Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 08/11 15h00








Après la diffusion du décevant Hussard sur le toit, avec Olivier Martinez et Juliette Binoche, Arte propose ce soir à 22h50 le documentaire "Juliette Binoche dans les yeux" .Un portrait intime et émouvant de la plus star française, réalisé par sa soeur Marion Stalens au moment où la comédienne s’apprêtait à danser pour la première fois avec le chorégraphe Akram Khan.


Marion Stalens, interrogée par Jonathan Lennuyeux, dit qu'un jour, Juliette lui a dit qu’elle allait entamer les répétitions d’un spectacle de danse, et qu’elle aurait aimé qu'elle soit là pour en filmer la naissance. "Je lui ai répondu que ça m’intéresserait beaucoup si ça devenait l’occasion de faire un portrait d’elle en mouvement, en action. Elle a été tout de suite partante et m’a dit : “Filme tout ce que tu veux, quand tu veux !” Sa confiance sans limite a été un cadeau précieux. J’ai décidé de la suivre pendant cette année-là, où elle allait non seulement danser, mais aussi peindre et jouer"


"J’avais envie d’être libre, mobile, inventive, de ne pas me limiter à filmer Juliette assise dans un fauteuil, déroulant sagement le fil de sa vie, parsemé de photos et d’extraits de films… Pour moi, c’est important de ne pas écraser le spectateur par l’image sublimée d’une star inaccessible, mais au contraire de lui transmettre un peu de l’énergie hors du commun d’un artiste, qui est d’abord un être humain qui doute et qui cherche. Il n’était pas question non plus de déballer la vie privée. Je pense qu’on en apprend davantage sur les artistes en les observant en train de créer : quoi de plus intime qu’une oeuvre d’art ? Mon ambition est que le spectateur sorte du film en ayant emmagasiné une parcelle de cette énergie créative. C’est pour cela que je tenais à tourner toute seule pour préserver l’intimité de nos échanges, et pour pouvoir ensuite partager cette précieuse proximité, avec le moins possible de filtres entre Juliette et le spectateur. Elle a accepté la présence de ma caméra avec une totale confiance – même si ce n’était pas toujours facile, notamment pour les séquences où elle peint. Je crois que cette expérience nous a rapprochées encore davantage."


Crédit photo © Cinétévé



Commenter cet article