Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François / COLE MàJ 14/11 11h

 

Diffusée aux Etats-Unis sur ABC, puis en France sur Orange Ciné Séries, la saison 1 de la série Cougar Town sera proposée aux téléspectateurs de Téva dès ce dimanche 14 novembre à 20h35. Créée par Bill Lawrence (Scrubs). Avec Courtney Cox (Julie), Christa Miller (Ellie), Busy Phillips (Laurie), Dan Byrd (Travis) et Josh Hopkins (Grayson).

 

La programmation des séries donne souvent lieu à de drôles de situations en France, vu certains rythmes de diffusion. Téva fait très fort pour les débuts de Cougar town (format inférieur à 25 minutes). Ce ne sont pas trois épisodes qui seront diffusés ce soir à la suite, ni 4, ni 5...Ni 6, ni 7...Mais 8 !

 

Puis "seulement" 6 épisodes dimanche prochain...

 

Revoici la chronique de cette saison 1 par Cole. Un billet paru l'été dernier pour la rubrique "Séries, ton classement impitoyable (34ème sur 40). 

 

Indice Spoiler : 1/5

 

1270315750-cougar_town_s1_import.jpg

 

Après tout, pourquoi pas ? C’est une tactique intéressante. Cougar Town est en fait ce que l’on pourrait qualifier d’hold-up up de l’année. Sa manière de procéder a été relativement simple : proposer des épisodes affligeants en début de saison avant de petit à petit remonter la chaine qualitative et ainsi d’être qualifiée de super surprise de l’année.

 

Bill Lawrence pousse même le vice jusqu’à vouloir littéralement changer le nom de sa sitcom en y introduisant soit les mots « Modern » ou « Family », ben oui la sitcom diffusée juste avant elle fait 2 fois plus d’audience, soit carrément le mot « Friends » afin évidemment de surfer sur l’éternelle sitcom culte. J’ai une proposition pour Bill Lawrence: et pourquoi pas “The Big Bang Theory about how i met the Modern Friends & Family of Charlie, Seinfeld, Will, Grace & Frasier?” Ce serait suffisamment vendeur comme ça ? Voyons, voyons. On se foutrait pas un peu de la gueule du monde ? Fais une bonne sitcom et après on en reparlera !

 

Oui car votre chroniqueur préféré, à savoir moi (si, si !), ne s’est pas fait berné comme tant d’autres. Je ne citerais pas de noms. J’irais même jusqu’à dire que la situation de Cougar Town s’est empirée. Alors, pour que vous compreniez bien de quoi il s’agit, laissez-moi vous briefer très rapidement sur ces fameux « Cougar Town 1 » et « Cougar Town 2 : le retour, on est prêt à tout pour remonter l’audience mais on est nul et on a rien compris ».

 

La première monture, globalement des épisodes 1 à 10, met donc en scène Courtney Cox à la recherche de petits minets, en compagnie de ses deux amis hystériques et de son fils coinços. L’humour est gras, potache et le casting en fait des caisses. Le nouveau Cougar Town met toujours en scène Courtney Cox mais cette fois-ci, cette dernière a décidé d’abandonner les beaux jeunes et de jeter son dévolu sur son voisin, interprété par Josh Hopkins, avec qui elle ne cessait de s’envoyer des crasses en début de saison. La deuxième partie est donc encore plus girly et surtout beaucoup trop comédie romantique, histoires d’amour, émotion, inondations de bons sentiments et tout le tutti-cuenti. A-t-on vraiment gagné au change ? La réponse dépend évidemment de votre propension à être ému devant un film avec Patrick Dempsey.

 

Je vais même aller plus loin en déclarant qu’à défaut, je préférais encore le début. Au moins, nous savions pourquoi nous avions signé. Et puis les répliques étaient plus drôles. Entre les quiproquos entre Jules et son ado (comme la scène où il surprend sa mère en train de faire une gâterie à un jeune), les vacheries envoyées à profusion entre Jules et Grayson et les répliques juteuses d’Ellie, rescapé de Scrubs, on ne s’ennuyait pas. Bien sûr, il fallait apprécier l’humour guère finaud basé avant tout sur le comique de situation. Mais ça fonctionnait relativement bien, pour peu que l’on arrive à supporter le taux de cabotinerie à la seconde record de Courtney Cox. Pour vous donner une idée, elle a carrément envoyé au tapis la déjà bien gratinée Jenna Elfman d’Accidentaly On Purpose.

 

Et c’est justement ça, le problème. Qu’on aime ou pas le début de Cougar Town, c’était assez original. La fin, miello-dramatique à souhait, me donne l’impression de voir un mauvais remake des sitcoms de remplissages de ABC, de Samantha Who à In The MotherHood. Je t’aime, moi non plus, on en fait des tonnes mais on sait qu’on va finir ensemble. Ces jacasseries m’exaspèrent. Franchement, non seulement je n’en peux plus mais en plus, je ne comprends pas qu’on puisse encore faire des séries avec des filons aussi dramatiquement rongés jusqu’à la moelle. C’est d’autant moins pardonnable que Cougar Town a fait cela pour remonter l’audience. Résultat des courses : ils sont encore plus au fond du trou. Et c’est bien fait.

 

infphoto_936674_courtney_cox_busy_philips_cougar_town.jpg

 

Le problème est donc que le mélange des genres ne prend pas. La ménagère ne sait plus où donner de la tête. Soit on lui donne de la daube mielleuse pour célibataires trentenaires compulso-depressives et elle sait qu’elle va pouvoir se détendre tranquillement soit on lui donne de l’humour grassouillet, du Sex & The City au rabais et elle sait qu’elle va pouvoir se marrer. Mais les deux en même temps, elle sait pas faire. C’est comme si on lui demandait de faire du shopping tout en réfléchissant à la tonne de repassages qu’elle aura à faire en rentrant. Ça, voyez, elle n’aime pas. Je rigole bien sûr. Les chiennes de gardes peuvent ranger les crocs.

 

Au final, vu que les scénaristes ont jeté l’éponge sur les intrigues et ne nous proposent que de l’infâme bluette, notre seul espoir réside dans le casting et dans la galerie des personnages. Le casting féminin est globalement bon, voire excellent et surtout très attachant. On a beau dire, on a beau faire, je suis un grand fan de Courtney Cox et cela ne changera pas. Busy Phillips est également un amour de femme, très généreuse, hilarante et encore une fois, très attachante. Quant à Christa Miller, elle reprend pour ainsi son rôle de pince-sans-rire dévergondée aux répliques stridentes de Scrubs et personne ne s’en plaindra. Elle excelle.

 

Si l’on avait donc eu que ce quatuor gagnant, en rajoutant le sympathique Josh Hopkins dans le lot, Cougar Town aurait pu se défendre. Mais malheureusement, Bill Lawrence se sent toujours obligé d’inclure une panoplie de secondaires masculins d’une débilité tellement incommensurable que leur simple apparition suffit à ruiner un épisode. C’était déjà l’une des principales raisons qui m’avait forcé à abandonner Scrubs mais dans Cougar Town, c’est carrément de la torture.

 

On passe rapidement sur le fils de Jules, transparent au possible. Le bât blesse surtout avec l’ex-mari de Jules, un demeuré complet, tape l’incruste inutile, sans la moindre épaisseur et le mari d’Elie, un être tout bonnement répugnant donc le sketch récurrent, et quand je dis récurrent cela signifie à chaque épisode, est d’essayer de mettre sa femme dans son lit. Enfin, on mettra tout cela sur le compte de la malédiction des acteurs de Friends qui ne semble pas prête de s’arrêter au vu des premières images de la nouvelle sitcom de Matthew Perry. A quand le film Friends ?

 

cougar-town-cox-kudrow_l-480x334.jpg 

Conclusion : Cougar Town est foncièrement sympathique, l’alchimie du casting est bonne, c’est rafraichissant et les personnages féminins sont excellents. Malgré tout, la sitcom ne sera pas trouvée. Ayant fait le choix d’opérer un virage à 180° en plein milieu de la saison, elle n’aura convaincu ni les aficionados du début, ni les autres qui ne se sont jamais venus. Cougar Town est ainsi passée d’une sitcom grasse et lourdingue, bourrée de défauts mais drôle à une mièvrerie dramatique d’une banalité consternante. Les fans des comédies romantiques de Katherine Heigl seront surement conquis. Les autres, passez votre chemin. .

 

COLE.

Twitter : http://twitter.com/Cole4616

 

(Crédit photos © ABC /DR).

Related Posts with Thumbnails

Commenter cet article

charles 14/11/2010 13:16



merci pour le rappel, TV NEWS!



tao 24/10/2010 11:21



Le plus drôle avec ses programmations, c'est que les chaînes font passer cela pour des sortes d'événements. Comme si on faisait plaisir aux téléspectateurs avec autant d'épisodes.
Visiblement certains programmateurs n'ont pas encore compris le principe de la série qui est de retrouver chaque semaine le même programme et ainsi fidéliser le public sur le long terme.
L'important n'est pas de savoir le plus vite possible comment ça finit, mais de profiter de chaque épisode.



Allegria 24/10/2010 10:35



Le record est toujours pour Paris 1ere avec les 10 derniers épisodes de Modern Family à la suite et pas dans le bon ordre ...


No comment ...



zeb 23/10/2010 21:30



Voilà une série que je ne pourrai pas voir, ou seulement en partie si je me contente de la rediffusion....il serait temps que le CSA se penche sur ces ridicules diffusions en rafale.



Ema2100 23/10/2010 17:38



Bonjour,
C'est top une série avec des vielles ultra sexy !!!
La rock cyberpunk music c'est top aussi !?!?!
Exemple :
http://www.web3u2free.com/article-u2-news-actu-infos-


et-videos-3d-fantastic-live-54173679.html
c'est top rock cyberpunk ???
Bon week end.



Jillij 23/10/2010 16:22



Je ne compte plus les programmes que je dois enregistrer car trop d'épisodes sur la même soirée ou horaire trop tardif : encore un donc



BarjaBulle 23/10/2010 16:02



Affligeant ! Record battu là !


Déjà Paris 1ere avait fait fort en liquidant par paquets de 5 ou 6 Modern Family. Mais là, 8, franchement, c'est une programmation spéciale enregistrements ?



charles 20/10/2010 20:05



hâte de découvrir cette série et de retrouver Courteney Cox !


merci de penser à le rappeler un peu avant, TV NEWS ...


( je suis un peu tête en l'air !  )



FL 20/10/2010 15:21



Il y a quand même un (petit certes) effort de M6 pour proposer des choses inédites sur Téva niveau séries.