Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 13/10 7h02








Première du magazine Prise directe, avec Béatrice Schonberg ce soir sur France 2. Mission impossible à priori pour ce rendez-vous cerné par des séries à forte audience : Les experts, Un village français, Desperate housewives...


En direct du Palais de justice de Paris. Produit par Emmanuel Chain / Eléphant & Cie, cette  émission mensuelle se veut en prise avec la société. Premier sujet : la justice avec sur le plateau, entre autres, Michèle Alliot Marie, ministre de la Justice.


53 euros par an, c’est ce que dépensent les Français pour leur justice. Moins que les Moldaves et les Roumains. Elle est au trente-cinquième rang des pays européens. Ses records en matière de lenteur lui ont valu de se faire régulièrement condamner par la Cour européenne de Justice. Les Français sont sévères à l’égard de leur justice : 40 % d’entre eux se disent de plus en plus méfiants vis-à-vis d’une institution qu’ils jugent archaïque et injuste.
De quoi la justice souffre-t-elle ? Experts contestés, peines non exécutées, procédures obsolètes, erreurs judiciaires… Alors qu’une nouvelle réforme est engagée, enquête sur une institution dépassée.


- Erreurs judiciaires : les experts en cause

On les a portés aux nues, la télévision en a fait des héros et pourtant, les exemples ne manquent pas où les travaux des experts ont conduit à des erreurs judiciaires. Comme Pascal, accablé par une expertise dans une affaire de viol, avant d’être finalement innocenté. Comment les experts fabriquent-ils des coupables ? Régine, fausse experte mais vraie chauffeur de taxi, a pratiqué plus de cinq ans avant d’être démasquée… "Quand on paye des experts au tarif de femme de ménage, on a des expertises de femme de ménage !" disait l’un des experts d’Outreau. Comment sont-ils formés, qui les choisit, quel est leur rôle et leur réel pouvoir ?


- Justiciables au bord de la crise de nerf

Douze ans pour un divorce, trente-sept ans pour une liquidation d’entreprise, des procédures pesantes, une informatique dépassée, des moyens insuffisants… Au tribunal d’Aix-en-Provence, la lenteur de la justice est chronique. Cela a même valu à la France plusieurs condamnations de la Cour européenne des Droits de l’Homme pour dépassement des "délais raisonnables" de l’instruction. La présidente se bat pour faire fonctionner son tribunal mais les procédures n’en finissent pas et les sanctions arrivent trop tard. Résultat : des victimes en mal de réparation et une justice qui perd son sens. Immersion dans le quotidien d’un Tribunal de grande instance au bord de la crise de nerfs.


- Des condamnés en liberté

80 000 condamnés à de la prison ferme sont en liberté. Igor, toujours pas incarcéré, trois ans après sa condamnation pour trafic de fausse monnaie, espère échapper à sa peine. Corinne, elle, a vécu vingt ans à 100 km de son violeur, un homme condamné par défaut à quinze ans, recherché en vain par la police. Sentiment d’impunité des coupables, incompréhension des victimes, pourquoi les peines prononcées ne sont-elles pas appliquées ? Qui faut-il incriminer ? Entre une justice incapable de faire appliquer ses décisions et des condamnés qui savent habilement jouer des failles d’un système, comment fonctionne l’exécution des peines en France ?


Crédit photo © FRANCE 2 - Emanuele SCORCELLETTI



Commenter cet article

Tang421 12/11/2009 12:49


Réduisez le champ de vos investigations, afin de pouvoir aprofondir vos sujet!
Laissez parler vos invités, ils sont là pour ça et non pour vous servir de faire valoir!
D'avance, merci!


gouze 14/10/2009 17:43


Oooooooooh... Béatrice a... rajeuni! La vilaine^^...


henique 14/10/2009 10:14



pour ma part, j'ai trouvé une différence énorme entre le tribunal de Grasse et celui d'Aix. Le magistrat grassois m'a fait une excellente impression ....quelle superbe lorsqu'il a ouvert la porte
et a annoncé l'ouverture d el'audience !!



La critique 14/10/2009 01:01



Madame Schonberg, en tant que proche de ministre, je pense que vous devez savoir ce que c'est que la démocratie. Chacun
doit devoir s'exprimer surtout dans une émission-débat. A ce titre, vous n'aviez pas qu'à faire uniquement la promotion des actions et des projets de Mme Alliot-Marie, intéressantes,
certes, mais discutables par ailleurs devant le parlement. Nous ne sommes plus à l’époque de l’ORTF du Général De Gaulle. D'autres personnes sur votre plateau voulaient s'exprimer mais vous avez
eu la maladresse de leur couper la parole, pire, de leur interdire toute expression, et  je pense en cela à Me Eric Dupond-Moretti. Tout simplement inadmissible. Aviez vous peur de ce
qu'il allait dire ? Outrau planait-il sur votre plateau ? C'est pourtant un avocat de grande valeur qui a su défendre des victimes de la Justice. Il avait certainement des choses très
intéressantes à dire, et nous restons sur notre faim. Il devait pouvoir s'exprimer. Je ne vous félicite vraiment pas et espère que Maître Eric Dupond-Moretti saura se faire entendre. Je
lui apporte mon soutien et je vous critique sur vos méthodes, d'autant que France 2 à couper cette émission pour ensuite diffuser un film sans intérêt. Dommage.
Je connais l'intérêt des actions des avocats et apprécie les garanties qu'ils peuvent apporter quelque soit le côté de la barrière où l’on se trouve. Vous aviez là un homme de valeur. Vous
avez raté une belle occasion de faire valeur votre neutralité et votre réserve en exerçant votre métier.



la foudre 13/10/2009 23:45



Butin de
1.689.192,00 euros = non lieux

lanceur d'alerte = condamnation

Les politiques
concernés



GOBERT Bernadette 13/10/2009 13:28


bONJOUR,
Pouvez vous interroger Madame la Garde des Sceaux sur le dossier déposé sur le site référencé ci  dessus : DENONCIATION. COM Gaspillage, FRAUDE FSE, pour lequel je lui ai
adressé un courrier en RAR le 25/9/09 sans réponse à ce jour. Je demande la MISE EN EXAMEN DE POLITIQUES qui ont tenté d'étouffer cette affaire de détournement de fonds publics destinés à la
formation professionnelle.
Ces faits sont prouvés (rapport de police sur le site), et je suis encore accusée de diffamation, après avoir perdu deux emplois dans ce secteur professionnel, simplement pour avoir été le lançeur
d'alerte. C'est scandaleux, car de plus, j'ai été condamnée pour avoir effectué des faux SUR ORDRE, donc SOUS LIEN DE SUBORDINATION. J'ai lancé l'alerte pour signaler la fraude AUPRES DU CONSEIL
REGIONAL AUVERGNE, et je suis condamnée alors que  tous les salariés ayant effectué la meme chose que moi n'ont jamais été inquiétés, COMMENT PEUT ON AVOIR ENCORE CONFIANCE EN LA JUSTICE.

le courrier en RAR adressé à ME ALLIOT MARIE est également en ligne sur le site FRANCE JUSTICE



Gérald 13/10/2009 13:24


Nous avons acheté une maison à rénover pour laquelle le diagnostiqueur n'avait rien signalé de la tonne de fibrociment amianté, caché derrière le papier usagé de plusieurs pièces. Le
diagnostiqueur et son assureur, ayant refusés de reconnaitre leur responsabilité, nous avons dû saisir la justice et stopper les travaux de rénovation durant 32 mois.

Le Tribunal de Grande Instance de Châteauroux ne nous a accordé aucun dommage et intérêt et la cours d'appel de Bourges seulement 1500 euros. Plus de 3000 euros de frais de justice sont restés à
notre charge et nos préjudices financiers sont d'une importance telle, que nous sommes, aujourd'hui, dans une situation désespérée. Toute cette affaire à eu lieu sur fond de magouilles ...

Je suis disposé à vous communiquer d'avantage d'informations sur cette affaire.

Cordialement


Bruno (Rabatjoie-tv) 13/10/2009 10:04


Et il existe les abérations de la justice et tout ce que ça coûte inutilement :

Sur mon blog, quelqu'un parle d'un pseudo en certains termes. Le senti visé se sent blessé de 2 mots. Il porte plainte, contre l'auteur du commentaire, mais aussi contre moi pour avoir maintenu,
selon lui des propos homophobes...
Résultat : convoqué pour me justifier au bout d'un an (entre temps j'avais modéré).
Presque 2 cm d'épaisseur de papier en dossier, juste pour 2 mots...

Et je suis fiché avec photos et empreintes pour ? Pour les propos de quelqu'un qui vit tranquille en Belgique, car l'auteur des propos lui, la police Belge n'a pas été plus loin pour trouver qui
c'est...

Voilà de quoi encombrer la justice inutilement et moi subir les conséquences de gens qui portent plainte de nos jours pour vraiment tout et n'importe quoi.
Car se retrouver fiché pour quelquechose dont on est pas l'auteur, et "si peu lourd", c'est cher payé.

En tout cas, plus d'un an que cette affaire traîne et j'attends toujours la décision de la Procureur.


Papi Emerveillé 13/10/2009 09:18


Vous oubliez les sabotages et les personnes protégées !!
Affaire d'Etat entre les mains de Mam, et  qui mélange justice presse et politique


jphfr56 13/10/2009 08:22


Je pense que ceux qui ne se sont jamais retrouvé au tribunal ont confiance, et les autres, un peu mois.

2 conseils :
- Eviter les periodes de vacances ou il est possible d'être jugé au pénal par des juges aux affaires familiales.
- Eviter les avocats mexicains qui mettent sur leur plaque qu'ils sont inscrits au barreau du Mexique ( doit aussi être vrai pour les autres pays )