Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 04/03 11h00

Laetitia Casta est Arletty ce mercredi soir sur France 2.

Inédit : le téléfilm Arletty, une passion coupable. Diffusion ce mercredi 4 mars à 20h50 sur France 2.

Réalisé par Arnaud Sélignac. Librement adapté d’un scénario original de Yves Riou et Philippe Pouchain. Adaptation de Jean-Luc Seigle et Arnaud Selignac. Dialogues de Jean-Luc Seigle. Musique originale composée et dirigée par Fabrice Aboulker (Cristal Publishing).

Avec : Laetitia Casta (Arletty), Ken Duken (Hans), Marie-Josée Crozé (Antoinette), Joséphine Draï (Marie), Marc Citti (Jacques Prévert), Natalia Dontcheva (Josée de Chambrun), Jean-Philippe Ecoffey (Jalon), Michel Fau (Sacha Guitry), Mathieu Carrière (général Schleier), Marc Arnaud (Pierre Brasseur), Dominique Bastien (Marcel Carné), Xavier Lafitte (Jean-Louis Barrault), Franck Victor (Marco), Roland Menou (Franck), Daniel Isoppo (Laval), Vincent Nemeth (Goering) et Lévanah Solomon (Zouzou).

Paris vit sous le joug de l’Occupation allemande. En plein tournage des Enfants du paradis, Arletty, anticonformiste, continue de vivre au gré de ses envies. Alors qu’elle entretient une relation amoureuse avec Antoinette, membre de la Résistance, elle tombe sous le charme d’un jeune officier allemand, Hans Jürgen Soehring. La liaison fera bruire le Tout-Paris, aussi bien dans les milieux collaborationnistes que résistants. Rien ne déstabilise la comédienne qui, portée par cet amour, refuse de se ranger dans un camp. Le portrait d’une époque trouble et complexe vue à travers la vie d’une femme, icône de sa génération, finalement rattrapée par ses choix à l’heure de l’épuration

Je n’ai pas essayé d’être le personnage, mais d’apporter un peu de moi vers lui. Un esprit documentaire du genre « copier-coller » n’aurait pas pu toucher le public de la même façon. Il fallait cette humanité. Cela m’a aussi permis de montrer un peu mon caractère. J’ai disposé pour cela d’un espace dans lequel j’ai pu m’exprimer.
Pour m’imprégner, j’ai regardé beaucoup de films. J’ai cherché les points communs qu’il pouvait exister entre Arletty et moi. Arletty a par exemple été mannequin. Elle a une manière bien précise de marcher que je connaissais ; elle a aussi une manière très particulière de se tenir, avec le dos arrondi : je me suis rendue compte que ce dos arrondi est, chez elle, une façon de parler.
Et puis, il y a toujours dans ses yeux quelque chose de singulier. J’ai observé son regard et j’ai réalisé qu’il me donnait la parole. Pas besoin de voir un spécialiste de la voix pour apprendre à parler comme Arletty. Je suis allée chercher en moi, me disant : « Tiens, là, je la comprends ! » ou bien « Comment aurais-je fait à sa place, comment aurais-je réagi ? » Aimer ses personnages, avoir envie de les défendre, c’est important. Peu à peu, les choses se sont ainsi mises en place toutes seules. Je me suis fait confiance : « Laisse faire, ne cherche pas et surtout amuse-toi ! ». Petit à petit, Arletty m’est apparue. Et je me suis amusée !

Crédit photo © Gilles Scarella - FTV.

Commenter cet article