Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 17/04 7h18

La passion des moulins : reportage ce dimanche après-midi sur TF1.

Tombés dans l'oubli après la révolution industrielle, seuls 30 000 moulins fonctionnent encore aujourd'hui en France. De plus en plus de passionnés tentent pourtant de leur donner une seconde vie, comme Catherine, Alain et Alix. Mais entretenir un moulin est souvent un sacerdoce.

Reportage à découvrir ce dimanche après-midi sur TF1 (2ème sujet de Reportages Découverte, qui débute à 14h50).

Sans elle, le moulin de Rébé ne tournerait plus ! Huit générations que la famille Gueydon produit de l'huile. Et pour la première fois c'est une femme qui est aux commandes : " C'est un gros challenge, c'est pas évident parce que c'est beaucoup de stress et beaucoup d'incertitudes aussi ". A 37 ans, Alix s'investit corps et âme pour sauver le moulin. Malgré les ennuis techniques et la dureté du métier, elle ne veut pas être celle qui mettra la clé sous la porte. Dans quelques jours, elle participera à un salon gastronomique, décisif pour la poursuite de son activité. Alix mise beaucoup sur ses nouvelles bouteilles.

Alain, lui non plus, ne peut imaginer laisser le moulin familial en ruine. Sa retraite sera un combat ! " Pour mes enfants, mes petits-enfants, pour les gens de la commune, je pense que c'est important qu'un tas de cailloux pareil, abandonné pendant des années, puisse renaître de ses cendres. C'est formidable. Pour moi, c'est un challenge. Et il faut le réussir ! ". Alain est face à un chantier titanesque : reconstruire un bijou historique vieux du XIIe siècle, avec les matériaux de l'époque. Il a entraîné tous ses amis dans ce projet un peu fou. Sans eux, ce vestige tombera dans l'oubli pour toujours. Mais ce défi a un coût. Depuis plus de 5 ans, Alain y consacre tout son temps. Sans relâche, il épluche les archives de la région à la recherche de la moindre trace de son moulin. Et surtout, Alain a investi toutes ses économies, près de 80 000 euros.

Enfin Catherine, elle aussi, est une femme de défi. Cette productrice de farine de blé noir de Bretagne fait tourner le Moulin de la Fatigue depuis 13 ans : " Je vais me battre pour que ce moulin-là ne disparaisse pas. Je vais faire en sorte que le moulin puisse continuer à vivre dans les mêmes conditions, c?est à dire travailler de la même façon et faire le même produit toujours dans cette qualité, authentique et ancestrale ". Vivre de son moulin vieux de 150 ans, c'est le combat quotidien de Catherine. Ses farines sont réputées dans le monde entier. Mais pour rester compétitive face aux gros industriels, elle veut désormais obtenir l'appellation " sans gluten " et conquérir de nouveaux marchés.

Crédit photo © DR.

Commenter cet article