Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 03/12 14h50

 

NICOLASLEFLOCH_224753.JPG

 

Mission périlleuse pour la très bonne série française Nicolas Le Floch : ce vendredi soir, un épisode inédit se trouve face aux deux poids lourds que sont Koh Lanta et NCIS.

 

La larme de Varsovie est un téléfilm réalisé par Nicolas Picard Dreyfuss. D'après Jean-François Parot (Nicolas Le Floch et Jean-Claude Lattès). Adaptation, scénario, dialogues de Hugues Pagan.

 

Avec : Jérôme Robart (Nicolas Le Floch), Mathias Mlekuz (l'inspecteur Bourdeau), Camille de Pazzis (La Satin), François Caron (monsieur de Sartine), Vincent Winterhalter (le docteur Scemacgus), Jean-Marie Winling (monsieur de Noblecourt), Claire Nebout (la Paulet) et Sava Lolov (le comte de La Borde).

Et : Tom Novembre (Comte de Saint Germain), Nathalie Roussel (La Reine), Philippe Girard (Chevalier d’Aumont), Paul Minthe (Duc de Choiseul), Lucile Krier (Clothilde de Claivois), Raphaëlle Boitel (Baronne d’Hericourt), Vincent Ozanon (Baron d’Hericourt), Maria Verdi (Catherine) et Jules Sadoughi (L’enfant).

 

La Reine de France demande au curieux Comte de Saint Germain de raviver l’éclat de "La Larme de Varsovie". Si cette perle venait à s’éteindre, une terrible malédiction s’abattrait sur la Monarchie. Mais le bijou est volé… Nicolas le Floch est chargé de suivre l’affaire.

 


Camille de Pazzis reprend le rôle de La Satin, femme libre et rebelle, amoureuse et complice de Nicolas Le Floch. "Je suis ravie d’avoir rejoint l’équipe de Nicolas Le Floch. Pour cette troisième saison, le personnage de La Satin, précédemment interprété par Vimala Pons, était vacant. J’ai passé un casting en plusieurs étapes qui m’a permis de décrocher le rôle. C’est un grand plaisir de participer à une aussi belle série, d’autant que c’est la première fois que je joue dans un film d’époque. La difficulté, c’était de trouver sa place et son jeu au sein d’une mécanique déjà bien établie. J’ai essayé de respecter au maximum ce qui avait été fait avant mon arrivée. La première étape, c’est d’observer et d’écouter, de s’imprégner des conseils de chacun. Ensuite, j’ai peu à peu intégré mon point de vue, ma sensibilité. Il faut parvenir à se construire un espace de liberté dans le cadre qu’on vous a fourni."

 

"C’est une sensation très excitante d’être transporté dans l’univers de Louis XV, poursuit Camille de Pazzis. Le vêtement dit beaucoup de choses. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce n’était pas simple d’être une femme ! Robes, jupes, corsets : quel attirail ! C’est très contraignant et c’est assez révélateur du peu de liberté dont jouissait la gent féminine à cette époque. Les mouvements sont limités, on a l’impression d’être uniquement un objet d’apparat. J’ai eu beaucoup de mal à m’habituer au corset, d’autant que j’ai quelques scènes de combat assez exigeante. C’était rock’n roll ! Finalement, mon corps s’est adapté et j’avoue avoir eu du mal, en fin de tournage, à abandonner l’accessoire ! Porter les habits de La Satin, c’est une étape importante dans la compréhension et la construction du personnage. Ca m’a permis de me familiariser avec elle."

 

Crédit photo © France 2 / Bernard Barbereau.

Related Posts with Thumbnails

Commenter cet article

charles 03/12/2010 17:24



je vais m'y précipiter : j'adore cette série, son scénariste et ses acteurs !


 


et j'enregistre le doc sur France 5 consacré à ma compatriote Pietra :



http://www.france5.fr/et-vous/France-5-et-vous/Les-programmes/LE-MAG-N-48-2010/articles/p-11167-Empreintes-Pietragalla-Entre-ciel-et-terre.htm