Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par François 20/01/2015 17H50 / MàJ 25/01/2015 8H35

Mardi 10 février, l'antenne de France 2 se mobilise contre le harcèlement scolaire.

Mardi 10 février, l'antenne de France 2 se mobilise contre le harcèlement scolaire, autour du documentaire INFRAROUGE : "SOUFFRE-DOULEURS, ils se manifestent". Tout au long de la journée, les magazines de société de la chaîne aborderont très largement cette question de société majeure. Un phénomène méconnu ou banalisé dans notre pays où pourtant 10% des élèves s’en disent officiellement victimes.

 

► Le magazine TÉLÉMATIN , présenté en direct par William Leymergie, à partir de 6h30, y consacrera la chronique santé. Brigitte-Fanny Cohen nous éclairera sur les conséquences du harcèlement scolaire sur la santé psychique et physique des élèves. ​​ ​Intervenant : Marie-France Le Heuzey, psychiatre à l'hôpital Robert Debré.

 

► A partir de 10h00, le magazine C'EST AU PROGRAMME, présenté en direct par Sophie Davant. Sophie Davant recevra en plateau avec Anne-Marie Revol, Nora Fraisse, maman de Marion, 13 ans, décédée le 13 février 2013. Victime de harcèlement moral à l'école, elle s'est suicidée. Marion était une adolescente joyeuse et brillante, personne dans sa famille n'avait envisagé sa souffrance. Auteur de "Marion, 13 ans pour toujours" (Calmann Levy - 28 janvier), Nora Fraisse a enquêté pour comprendre ce qui a poussé sa fille ainée à commettre l'irréparable.

 

► A partir de 14h, le magazine quotidien TOUTE UNE HISTOIRE , présenté par Sophie Davant consacrera une émission au thème du harcèlement à l’école. Les invités de Sophie Davant étaient des enfants insouciants jusqu’à ce qu’ils soient pris en grippe par d’autres élèves dans la cour d’école.

 

► A partir de 22h25, le rendez-vous documentaire INFRAROUGE propose le documentaire inédit SOUFFRE-DOULEURS, ils se manifestent, réalisé par Laurent Follea et Andrea Rawlins-Gaston. Une production Capa Presse.

Dans ce film choral, six jeunes ont accepté d’être les figures de proue du combat pour la reconnaissance de ce fléau. Ils s’appellent Emeline, Agathe, Lucas, Jacky, Charlène et Jonathan. Ils ont entre 15 et 23 ans. Les plus jeunes sont accompagnés par leurs parents, mais il y a aussi Nora, Virginie et Raphaël. Des parents dont l'enfant a perdu la vie à cause du harcèlement scolaire.

Pour éveiller les consciences, interpeller la société toute entière et proposer des solutions, la tête haute, le regard droit, ils ont décidé de raconter la cruelle réalité de ce fléau et ses conséquences.

Ce documentaire sera accompagné d’une déclaration publique signée par des centaines de jeunes victimes et leurs parents. Ce manifeste sera publié dans le quotidien « Le Parisien-Aujourd’hui en France » au moment de la diffusion du film. Il sera également présent sur la plateforme numérique mise en place par France Télévisions, sur laquelle toutes les victimes de harcèlement scolaire et leurs parents pourront, s' ils le souhaitent, signer ce manifeste et s'engager pour la reconnaissance de ce fléau.

 

► A 23h20, HARCÈLEMENT SCOLAIRE : BRISER LE SILENCE Un débat présenté par Julian Bugier, réalisé par Philippe Lallemant. Quelles sont les mesures mises en place dans les établissements pour lutter contre le harcèlement ? Que dit la loi concernant le harcèlement scolaire ? Quel rôle jouent les réseaux sociaux dans le processus de harcèlement scolaire ? Des questions qui seront abordées au cours de ce débat.

 

► Mercredi 21 janvier à 15h10, le magazine quotidien L'HISTOIRE CONTINUE , présenté par Sophie Davant, prendra des nouvelles de Noémya et Steeve. Ils étaient venus témoigner sur le plateau de Toute une Histoire il y a quelques mois. Noémya avait été victime de harcèlement à l’école. Steeve, lui, était passé de victime à bourreau. Depuis leur rencontre sur le plateau, ils font ensemble de la prévention dans les écoles.

 

► Rendez-vous sur Twitter avec le hashtag #harcelementscolaire

 

Crédit photo © CAPAPRESSE

Commenter cet article

une mamie 10/02/2015 15:01

quand on le signale à l'école il ne le prenne pas au sérieux et le mal psychologique pour l enfant concerné quand ils se mettent a plusieurs contre un seul élève et qu'ils le font dans la cour hors de la vue des surveillantes, on leur signale mais cela continue les parents sont angoissés ainsi que les grands parents et malgré le signalement la surveillance est toujours la même les instituteurs discutent entre eux et les élèves sont mal surveillés il faut renforcer la surveillance dans la cour de récréation surtout quand on leur signale un cas, il faut le faire savoir en cours et avoir une psychologue expliquent à ces enfants le mal qu'ils peuvent faire psychologiquement et que la violence verbale est très dangereuse comme la violence physique et prendre immédiatement des sanctions pour ces élèves qui se sentent forts en groupe contre un seul élève svp il faut dans toutes les écoles sensibilisés les instituteurs directeurs et élèves c 'est très important ne pas attendre que le mal soit fait

places 04/02/2015 09:47

C super qu'une chaîne de télé puisse s’intéresser a ce genre d'affaire car on ne vois pas assez de documentaire sur le harcèlement scolaire mon fils en subit actuellement les conséquences et nous mettons tous en œuvres pour que cela cesse.Bravo et Merci

Jackie 03/02/2015 09:59

Pourquoi attendre 22h30 pour secouer les consciences sur le harcèlement scolaire, une heure de grande écoute me semble plus judicieuse...

Coco 03/02/2015 09:00

Il est temps de gerer enfin ce probleme, ayant travaille dans une ecole qui comprenait le primaire/ secondaire et lycee, dans l'aide aux eleves en difficulte, j'ai pu mesurer l'ampleur du probleme. Il est indadmissible que des enfants souffrent au point de se suicider, ou de gacher leur scolarite ou leur enfance. D'autre part il faut aussi apprendre aux enfants a gerer ce probleme aussi, afin qu'ils soient moins vulnerables aux abrutis... Bravo a vous de mettre cela en lumiere

une maman 03/02/2015 08:39

Ma fille se bat tous les jours pour aller au collège et même qu'elle a changé d'établissement les réseaux sociaux continu à véhiculer pour empêcher une quelconque reconstruction.
Déjà fragilisé par toutes ses attaques et la non reconnaissance de ce qui c est réellement passé en dehors de ce qui véhicule sur les réseau sociaux nous envisageons de porter plainte afin de savoir qui véhicule ses messages. On m a dis que la gendarmerie a un code pour ce genre de d affaire.

Coco 03/02/2015 09:28

Bonjour, je pense qu'il ne faut pas hesiter a en parler, au chef d'etablissement et aux professeurs, ils ont le pouvoir d'aider serieusement, le probleme c'est que souvent le jeune harcele est presente comme "fauteur de trouble", ce qui est inadmissible. Il faut aussi porter plainte, je l'ai fait pour mon fils, a deux reprises, et tout s'est calme. Bon courage, il ne faut pas qu'elle baisse les bras! Elle y arrivera.

Emily 25/01/2015 08:30

C'est important qu'il y ait enfin des actions, ce problème n'entraîne que des conséquences immédiates mais aussi à long terme sur la vie d'adulte de tout les jours que ce soit au niveau professionnel et/ou social.

REGEN 22/01/2015 20:11

il faut faire des conférences sur ce sujet grave qui rejoint le droit de juger une personne et de le conduire a se donner la mort .:le monde des enfants est monstrueux es ce les films qu'ils voient ou un manque d'autorité des parents mais comment en arrive-t-on à cela ;pas étonnant qu'après il y ait des délinquants ....