Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Pascal 08/03 9h24

Les ventes du livre de Marie-Laure Picat en forte hausse après diffusion du téléfilm.

Autobiographie de Marie-Laure Picat, l'ouvrage bouleversant Le courage d'une mère est paru en 2009. Quelques mois avant la mort de l'auteur.

Une réédition du bouquin est disponible depuis hier. Conséquence de la diffusion du téléfilm Après moi, le bonheur diffusé lundi à 21 heures avec Alexandra Lamy sur TF1.

Une programmation qui a évidemment des conséquences sur les commandes : en prévente, le boquin n'était qu'autour de la 1000ème place dimanche après-midi sur Amazon ; 4ème ce mardi matin.

Un livre de 270 pages présenté ainsi par l'éditeur, lors de sa sortie :

"Le combat d’une mère, qui, condamnée à une mort imminente, se démène pour trouver une famille d’accueil qui s’occupera et protégera ses quatre enfants. Son histoire et sa personnalité ont bouleversé la France entière. Comment vivre la fin de sa vie, quand on n’a pas quarante ans et qu’on est mère de famille ?

Lorsque Marie-Laure Picat apprend qu’elle est atteinte d’un cancer fatal à court terme, sa première pensée est pour ses enfants : que deviendront-ils après sa mort ? Résolue à assumer son rôle de mère jusqu’au bout, elle choisit elle-même une famille d’accueil. Aussitôt, elle se heurte à une fin de non-recevoir : non, ce n’est pas à elle de décider du futur de ses enfants mais au juge, après sa mort. Non, rien ne garantit que Julie, Thibault, Matthieu et Margot seront élevés ensemble. Non, ils n’habiteront pas là où ils ont grandi.

Révoltée par l’aberration de la situation, Marie-Laure alerte les médias. Alors, un extraordinaire mouvement de solidarité se met en place, la presse relaye son message : le courage de cette jeune maman émeut le pays et elle reçoit un soutien inespéré. C’est pour laisser une trace que Marie-Laure a voulu écrire ce témoignage, pour ses enfants d’abord et aussi pour montrer qu’il faut assouplir le carcan administratif imposé aux familles dans la détresse. Pour que son combat ne meure pas avec elle".

Marie-Laure Picat est décédée le 9 août 2009.

Une lettre bouleversante était publiée par le magazine Closer quelques jours plus tard, celle de Marie-Laure. Un courrier destiné aux lecteurs de l'hebdomadaire et qui débutait par "Quand vous lirez ces lignes, je serai dans la boîte en bois. Je sais, ça fait drôle de lire ça, alors imaginez ce que ça fait de l'écrire".

La maman de quatre enfants confiait avoir accepté les articles de presse parce que son histoire pouvait servir à d'autres. Le livre était une opportunité de laisser un souvenir d'elle à ses enfants et un pécule pour leur avenir. Les droits d'auteur étant bloqués jusqu'à leur majorité sur un compte.

A propos de l'adaptation télévisée de son histoire, elle avait aimé le téléfilm sur Marie Humbert produit par Dechavanne. Marie-Laure Picat, "maman courage", espérait dans sa lettre une adaptation aussi sensible de son livre. "Mais faut pas croire, de ma boîte en bois, je veillerai". Elle avait laissé des consignes pour que quelques personnes de confiance valident le scénario. Il n'était ainsi pas question que ses enfants ne se reconnaissent pas.

Marie-Laure Picat terminait s alettre en écrivant qu'elle voulat juste qu'on se rappelle qu'elle s'est battue jusqu'au bout pour ses enfants. "Voilà, c'est fini".

Les ventes du livre de Marie-Laure Picat en forte hausse après diffusion du téléfilm.
Les ventes du livre de Marie-Laure Picat en forte hausse après diffusion du téléfilm.

Commenter cet article

EL Yagoubi 09/03/2016 20:40

Le choix de Marie-Laure Picat a été hautement supérieur à celui de juge et de l'institution. Le juge n'est qu'une reproduction des malheurs pour beaucoup des famille. Ces choix et ses décisions sont parfois d'une volonté destructrice et pour la maman et pour les enfants. Il est là non pour comprendre mais pour servir des logiques mortifères surtout quand il s'agit des maman en difficulté ou malades. Il croit qu'il est au service de la "protection" comme c'est le cas dans la logique de tutelle et curatelle, mais en réalité, il accélère les processus de destruction.