Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pascal 21/12 9h22 - Mis à jour 26/12 17h28

Les plus gros succès francophones dans les salles cette année 2019.

Les années se suivent et se ressemblent : après Raid Dingue, de et avec Dany Boon (4.57 millions d'entrées en 2017) et Les Tuche 3 (5.69 millions de spectateurs en 2018), c'est de nouveau une comédie populaire qui est le plus gros succès du cinéma français cette année.

  1. Qu'est-ce qu'on a encore fait au bon Dieu, avec notamment Christian Clavier et Chantal Lauby, totalise 6.71 millions d'entrées. 3ème place au classement annuel derrière Le roi Lion (10 millions) et Avengers : Endgame (6.94 millions).
  2. La comédie dramatique Nous finirons ensemble, diffusée en janvier sur Canal+, est 2ème avec 2.79 millions d’entrées. Guillaume Canet est le réalisateur de ce long-métrage.
  3. Hors normes, avec Vincent Cassel et Reda Kateb, se classe 3ème grâce à ses 2.06 millions de spectateurs. Nouveau succès pour le tandem Éric Toledano et Olivier Nakache.
  4. La surprise est la 4ème place du drame rural Au nom de la terre, d’Édouard Bergeon.  1.97 million d’entrées France pour ce film avec Guillaume Canet. Le budget était serré, environ 5 millions d’euros.
  5. La vie scolaire suit avec 1.81 million de spectateurs. Ce film a été réalisé par Grand Corps Malade et Mehdi Idir, qui font nettement mieux que Patients : près d'1.3 million d'entrées dans notre pays en 2017.
  6. 6ème position pour la comédie à gros budget Nicki Larson et le secret de Cupidon. Philippe Lacheau réunit près d'1.7 million de spectateurs. Chiffre en net retrait par rapport aux résultats obtenus par Baby Sitting, Baby Sitting 2 et Alibi.com.
  7. Les Misérables obtient une belle 7ème position : au 24 décembre, ce film à tout petit budget cumulait 1.55 million d'entrées.
  8. Le chant du loup, avec François Civil, Omar Sy et Mathieu Kassovitz, terminera 8ème avec 1.55 million d'entrées. Nettement insuffisant au vu du budget élevé (autour de 20 millions d'euros).

Commenter cet article