Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 29/09 6h50








Se libérer de l'alcool, émission spéciale programmée sur France 2 à 20h35. Qui aura bien du mal à lutter fac eau trio Les Experts - Almodovar - Desperate Housewives.


L'alcoolisme affecte la vie de plus du quart des familles françaises. Chaque année, près de 45.000 personnes meurent des suites de l'alcool et environ 5 millions souffrent des troubles dus à une consommation excessive : carrières détruites, familles brisées, santé ruinée. Ceux qui veulent cesser de boire, ou diminuer leur consommation d'alcool, se sentent piégés, impuissants et dépendants. Totalement enchaînés à leur bouteille. Alors comment vaincre cette pulsion insatiable et destructrice ? Tout n'est pas qu'une question de volonté car être alcoolique aujourd'hui est reconnu comme une véritable maladie. Et comment vaincre la dépendance ?


Ce magazine va d’abord s’intéresser aux méthodes classiques. La course à l'abstinence est longue et difficile : cures de désintoxication, rechutes, médicaments, psychothérapies diverses… Les chiffres sont éloquents : 80% des malades alcooliques rechutent au cours de la première année… Les patients souffrent et les médecins tâtonnent. Mais il y a un an, coup de tonnerre dans le monde de l'alcoologie : un médecin français raconte comment il a guéri son propre alcoolisme grâce à un médicament connu pour une autre indication. Utopie ou vraie révolution ?


Aujourd’hui la recherche médicale avance, remettant en cause des années de certitudes sur le traitement de la maladie alcoolique. Une révolution se dessine sur la manière de concevoir la maladie de la dépendance et donc sur la manière de la soigner. Ainsi nous ne serions pas tous égaux face à la dépendance et en sortir ne serait pas qu’une question de volonté. L’exploration des mystères du cerveau et des circuits neuronaux ouvre aujourd’hui de nouvelles portes et suscite de nouveaux espoirs pour venir à bout de la maladie alcoolique.


Autour d'Elise Lucet, des artistes, des célébrités, des anonymes et des médecins lèveront le voile sur ce combat contre la dépendance. Nous suivrons la lutte au quotidien de quatre témoins engagés dans leur chemin pour se libérer, chacun à leur manière, de l'alcool. Il y aura également un point avec des chercheurs qui, pour la première fois, entrevoient l’avenir avec optimisme.


Invités plateau :

Hervé Chabalier,
François Cluzet,
Patrick Chesnais,
Docteur Philippe Batel, psychiatre, alcoologue,
Docteur Jacques Yguel, addictologue, chef de service d’un département d’alcoologie et de conduites addictives,
Brigitte Kieffer, chercheur.
Et des anonymes…


Photo © France 2 / Gilles Gustine.



Commenter cet article

Christine 30/09/2009 20:27


Bonsoir,

suis malade alcoolique, abstinente depuis pas mal de 24 heures, après avoir bu de façon cyclique entre 10 et 15 ans, je ne sais plus.

J'ai bien retrouvé cette foutue dépendance au produit, mais je regrette qu'il n'y ait pas eu sur le plateau des personnes malades alcooliques, qui puissent s'en être sortie, sans pour autant avoir
fait des cures ou post cure.




J'ai trainé cette maladie comme un boulet ne pouvant plus vivre ni avec ni sans le verre quand j'étais dans ma période active de mon alcoolisation.




Un jour, marre d'en avoir marre, ai consulté annuaire, ai trouvé médecins alcoologue, (loin de chez moi, ça m'arrangeait), qui m'a aidé de façon ambulatoire pour le sevrage, et orienté vers les
alcooliques anonymes. Je dois ma nouvelle vie à ce mouvement.

J'ai du service dans ce mouvement, suis allée faire de l'info publique dans des hôpitaux etc..

J'ai même réussi à obtenir une promotion dans mon boulot (social) en mettant à plat mon problème d'alcool, car il fallait que je puisse être honnête avec moi-m^me. J'ai eu le bonheur d'avoir des
personnes dans le jury face à moi très compréhensives, et j'ai été choisie...

Je n'ai plus aucune honte, ni culpabilité, je suis malade, un jour à la fois depuis presque 9 ans, je vais bien.

Le programme m'a appris à gérer mes émotions, en sachant qu'un verre ne changerait rien.
L'alcoolisme est la maladie des émotions. je ne crois guère au médicament miracle!!! mais quand on veut s'en sortir tout est bon ..... on prend toutt
J'ai pu accompagner mon père jusque la fin, présente, l'aider, le portant, et en restant "forte", merci l'abstinence.
Merci d'avoir enfin oser parler de CA comme maladie, malheureusement encore tabou dans notre société...

Merci et bonne route à ceux qui souffrent encore. Tout est possible, il suffit d'y croire


BARRE 29/09/2009 21:46


Oh my god!!Eh non,je ne suis pas américaine mais alcoolisée c'est sùre...et très émue par le contenu de cette émission,c'est peu dire!Elise LUCET est merveilleuse de compassion et d'émotion
contrôlée............cette émission est une formidable piste de décollage.....où l'atterissage se fera!Merci pour avoir dépassé les tabous.Emmanuelle


sylvie dognon laurent 29/09/2009 11:27


mon fils est alcoolique depuis plusieurs annees j ai plusieurs fois etait oblige de l interner . je suis sans cesse entrain de me battre contre le milieu psychatrique et contre la justice afin que
l on reconnaisse cette putain de maladie car au bout de tant annees le cerveau a forcement des sequelles j ai plusieurs fois fait appel aux medecins au prefet au procureur de la republique et meme
a madame  la ministre madame alliot qui ma repondu qu il ferait une enquette mais  c est du bla bla bla j ai fait passer un article sur la depeche je ne peux pas faire grand chose de plus
je vous pose la question quand va ton reconnaitre ces gens malades comme des humains mais pas comme des poireux qu ils faut laisser grever dans leur coin et quond les respectent que on leurs
donnent leurs dignite je constate avec froideur la confrontation avec les gens .il faut que les gens soit plus humains et qu il arretent de faire du mal gratuitement . mon fils au final fait prison
psychatrie  cela va durer puisque aucune loi actuellement protege ces gens qui sont reellement tres malade je ne sais pas comment je tiens mais je porte ce lourd fardeau depuis 10 ans j aime
mon enfant mais le voir se detruire chaque jours cela me detruit et il faut malheuresement que je me protege car je ne peux plus rien pour lui vous media a vous de faire connaitre cette maladie a
faire changer lesattitudes des pspy vous allez rire quand je suis recu par ces personnages presque s il me disent pas que j ai besoin de consulter je pourrais vous en dire qui vous ferr sourire en
faire un roman  bon je crois que j ai fait le tour de la chose mon enfant se degrade chaque jours qui passe et je me prepare a le perdre je commence a preparer ses obseque et a accepter que ce
son ses choix et que le jour ou il partira ce sera ma delivrance et il restera ma petite etoile mon petit bonheur mon bebe et que meme avec cet enfer j ai toujours etait la pout lui et qu il
partira avec dans son coeur une maman qui aimait tres fort et qu il savait qu il etait aime merci de faire cette emission