Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par François 17/05/2020 16H30

Un documentaire inédit sur la grossophobie, sur france.tv/slash : La grosse vie de Marie.

Des millions de personnes adultes sont considérées comme obèses dans notre pays. Pourtant, la représentation des personnes grosses et leur sexualité sont encore invisibles dans les médias, les films et la pop culture.

Qu’est-ce que la grossophobie ? Quels sont les idées reçues, les stéréotypes et les discriminations que vivent les personnes en surpoids dans leur quotidien ? Marie de Brauer enquête sur cette stigmatisation encore méconnue dans La grosse vie de Marie.

Un documentaire écrit et incarné par Marie de Brauer, réalisé par Estelle Walton, tourné par Clara Griot, à découvrir dès le 24 mai sur france.tv/slash.

Ronds, dodus, bien en chair, en surpoids, obèses... Dans une société où la minceur est un idéal, les gros et grosses souffrent d’une discrimination constante : la grossophobie. De la cour d’école au cabinet médical, des relations amoureuses aux entretiens d’embauche… Dans La grosse vie de Marie, Marie de Brauer nous raconte sa vie et celle des personnes grosses qui, comme elle, doivent vivre avec cette injustice au quotidien.

Marie de Brauer : "Je suis journaliste et je suis grosse. Il est évident pour moi de me mettre en scène dans ce documentaire car le sujet me concerne, j’ai vécu la grossophobie et veux montrer que le gros n’est pas seulement celui qui souffre ou celui qui a confiance en lui. La réalité est entre les deux. Ce documentaire a un double objectif : montrer les gros·ses comme ils/elles sont réellement et parler avec des personnes qui souffrent de la grossophobie. Nous voulons aussi apporter de l’information et contre-argumenter les idées reçues et préjugés autour de l’obésité. L’information sera apportée par des experts et des professionnels. Il y a d’abord l’information nouvelle sur une discrimination méconnue, mais aussi un aspect conseils/aides pour les victimes de grossophobie ou personnes qui veulent aider les victimes de grossophobie.

Commenter cet article