Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 22/05 10h17

 

Depuis un peu plus de 40 ans, le mensuel GEO invite ses lecteurs à l’évasion, et leur offre des émotions au travers des lieux explorés et de rencontres.

Nouvelle formule de ce magazine, dès le 26 mai. Nouvelle structure, nouvelles rubriques.

"Après quatre décennies marquées par une très forte vitalité, le monde du voyage et les voyageurs eux- mêmes ont subi un choc : la crise du coronavirus et ses conséquences. Aux bouleversements provoqués par la Covid-19 s’ajoutent d’autres problématiques, fondamentales, déjà présentes auparavant : le réchauffement climatique, le sur-tourisme, la mauvaise gestion des déchets, la disparition des cultures locales, la folklorisation...

La notion de voyage, de découverte, de connaissance du monde se voit donc, en 2021, profondément remise en question. Que signifie voyager, désormais ? Quels choix effectuer face au grand défi qu’est le dérèglement climatique ? Toujours plus proche de ses lecteurs, la rédaction de GEO soulève ces questions et renouvelle son regard sur le monde.

En s’appuyant toujours sur ses points forts et ses valeurs, elle propose un média bâti autour de quatre axes forts :

• la compréhension des relations entre l’Homme et sa géographie ;

• la mise en valeur de lieux inattendus, originaux, qui aident à l’évasion, au rêve ;

• l’appréhension des enjeux de la planète (biodiversité, faune, flore, écologie...) ;

• le reportage de terrain."

Ce mois-ci, j’ai le plaisir de vous présenter un GEO qui fait peau neuve, dans sa structure et sa présentation, inaugurant - entre autres - une séquence consacrée à l’attention que nous portons à la planète, une autre à l’esprit d’aventure, une grande interview...
Le renouvellement d’un magazine est l’occasion, obligatoire, de se pencher sur ses racines, sa raison d’être, sa vision du monde. Pour GEO, celles-ci tiennent en une phrase : aller à la rencontre du monde. Dans toute sa complexité et sa beauté. Le monde tel qu’il est, et le monde tel qu’on le rêve. Les deux.

Eric Meyer, rédacteur en chef de GEO

Commenter cet article