Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 18/10 10h52

 

MEDECIN-CHEFALASANTE_preview.jpg

 

TVNEWS audiencesFrance 2 communique avoir "fédéré hier soir un large public" en proposant une soirée spéciale avec la fiction « Médecin-chef à la santé » suivi du débat présenté par Benoît Duquesne intitulé « La prison française a-t-elle changé ? ».

 

► Près de 5 millions de téléspectateurs (18% de part d'audience) ont regardé en moyenne hier la fiction « Médecin-chef à la santé », réalisée par Yves Rénier avec Mathilde Seigner, librement adapté de « Médecin-chef à la prison de la santé » de Véronique Vasseur. La fiction réalise ainsi le meilleur score sur la case depuis avril 2012.

► Le débat présenté par Benoît Duquesne a également réalisé un très bon score en réunissant 3,2 millions de téléspectateurs avec 16.4% de part d’audience. Benoît Duquesne et ses invités ont apporté un éclairage sur les conditions de vie en prison 10 ans après la parution du livre choc de Véronique Vasseur.

 

France 2 se félicite de réunir un large public au travers de programmes de création originale et de grande qualité artistique.

 

Revoir en replay le téléfilm (disponible gratuitement 7 jours).

 

Médecin-chef à la prison de la Santé, Séverine Vincent n’a jamais été formée pour ça. C’est presque par hasard qu’elle accepte un jour de remplacer temporairement un collègue. Les premiers jours à la Santé sont un choc… Puis progressivement, la révolte va remplacer la peur. Parce qu’elle ne supporte pas l’injustice, elle va prendre en charge un combat où elle va s’investir au point d’y perdre ses illusions, son mari, et presque sa vie. Elle en sortira meurtrie, mais grandie.

 

Réalisé par Yves Rénier, le téléfilm inédit "Médecin-chef à la Santé" sera diffusé ce mercredi 17 octobre à 20h45 sur France 2.

 

Scénario de Jean-Luc Estèbe et Véronique Vasseur, avec la collaboration de Véronique Bedin et Anne Eveillard.

Librement adapté de Médecin-chef à la prison de la Santé (Cherche Midi Editeur) de Véronique Vasseur.

Musique de Michael Stevens.

Produit par Capa Drama. Avec la participation de France Télévisions, de TV5 Monde et du Centre National de la Cinématographie et de l’Image Animée.

 

Avec :

Mathilde Seigner (Séverine Vincent),

Samuel Labarthe (Richard Vincent),

Youssef Hajdi (Driss Chahidi),

Jérôme Robart (Olivier Meignan),

Valérie Dashwood (Raphaëlle),

Stéphan Wojtowicz (Gilles Thiercelin), Hyacinthe Imayanga (Bruno Makélé), Luc-Antoine Diquero (Pierre Jablonski), Jean-Pierre Malignon (Denis Malvois), Philippe Resimont (Brice Edelman), Alain Cerrer (Alain Muller), Philippe Fretun (Régis Poletti) et Paul Belmondo (Brismontier).

 

Mathilde Seigner est devenue le médecin-chef Séverine Vincent. Un personnage largement inspiré de l’histoire vécue par sa tante, Véronique Vasseur, et relatée dans le roman Médecin-chef à la prison de la Santé : "Même si l’histoire s’appuie sur le livre de ma tante et pour partie sur sa vie, j’ai joué ce rôle comme n’importe quel autre. Mais ça reste émouvant et particulier d’interpréter un membre de sa famille, d’en découvrir le résultat. Elle-même était absolument ravie de voir son livre porté à l’écran, d’autant plus avec moi dans le rôle-titre. (...) De nature je n’aime pas particulièrement discuter de mes personnages, de tout ça. Elle n’a d’ailleurs pas cherché à influencer mon interprétation ou à intervenir au cours du tournage. Elle m’a fait confiance. Yves Rénier et moi avons travaillé de concert et je trouve le résultat à la hauteur de nos espérances. Les comédiens castés collent bien à l’univers. C’est un téléfilm de qualité. Il n’est qu’à regarder la facture, la dimension cinégénique apportée notamment à la prison par Denis Rouden, cet excellent chefop’ de cinéma qu’Yves et moi souhaitions avoir à nos côtés. Ce n’est pas un film d’auteur underground, nul besoin d’en rajouter ; l’univers décrit est déjà assez glauque et violent. Bien sûr on aurait pu aller encore plus loin, en dire davantage, mais c’était une adaptation pour la télévision, avec des contraintes qui lui sont propres et qui ont été respectées."

 

Crédit photo © Daniel Angeli - France Télévisions.

 

PAGE D'ACCUEIL.

LES 40 DERNIERS ARTICLES.

RETROUVEZ NOUS SUR CE COMPTE TWITTER.

Related Posts with Thumbnails

Commenter cet article

Jaumier 18/10/2012 13:00


Le téléfilm a eu pour principal intérêt de (re)mettre en lumière les conditions de détention critiques et notamment le manque d'hygiène minimum des prisons en France ainsi que les enjeux de
pouvoir qu'elles suscitent. 


Le débat potiellement extrêmement intéressant sur les alternatives à l'incarcération pour les petits délits et courtes peines et les projets d'améliorations n'a, à mon avis
pas eu, lieu tant madame Dati avait pour objectif de faire valoir ses mérites en la matière.


Monsieur Dusquesne m'a d'ailleurs semblé complètement dépassé par le sujet et mal à l'aise, assez maladroit aussi dans ses tentatives d'obtenir de l'émotion et des mots chocs de la
part de ses invités. Il est complètement passé à côté de ce qui pouvait rendre ce débat passionnant, porteur d'idées et fédérateur. Sa conclusion sur "ce joli film" en est un example criant.

Bernard 18/10/2012 11:46


J'ai regardé le film et le débat intéressant qui a suivi.


Il me semble que R. Dati devrait se faire plus humble : à l'entendre, il n'y a qu'elle qui a réalisé des réformes utiles dans les prisons. Un univers qu'elle dit bien connaître de part ses
fonctions de juge, de ministre, de soeur (c'est elle qui a parlé de son frère récemment chez JJ Bourdin).