Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Critiques presse du film The Dark knight. Eloges pour Heath Ledger.







Triomphe aux Etats-Unis avec 441 millions de dollars de recettes en 24 jours d'exploitation, le film The Dark Knight sort dans plus de 800 salles françaises ce mercredi.




Il devrait pulvériser les scores obtenus par les précédents films de la franchise Batman. Ces derniers n'ont jamais dépassé les 2 millions d'entrées, sauf le film réalisé en 1989. Aucun autre n'a réussi à faire mieux qu' 1,7 million d'entrées.




Le synopsis selon Télérama : Batman aborde une phase décisive de sa guerre au crime. Avec l'aide du lieutenant de police Jim Gordon et du procureur Harvey Dent, Batman entreprend de démanteler les dernières organisations criminelles qui infestent les rues de sa ville. L'association se révèle efficace, mais le trio se heurte bientôt à un nouveau génie du crime qui répand la terreur et le chaos dans Gotham : le Joker...




Le film de Christopher Nolan, avec Christian Bale et le défunt Heath Ledger, bénéficie d'excellentes critiques (dans l'ensemble) de la presse française. Et unanimité pour signaler la performance incroyable d'Heath Ledger.




Aperçu des critiques du film :




Le JDD (****) :

"(...) Nolan nous bluffe tout simplement en réalisant une oeuvre quasi parfaite et totalement originale. Visuellement, le réalisateur anglais a opté pour une atmosphère très urbaine et ultraréaliste, plus proche d'un polar noir d'auteur comme Heat que d'un film de super-héros saturé d'effets spéciaux (...)".




Le Figaro :

"Un grand spectacle, une tragi-comédie maléfique et un suspense aux accents démesurés : c’est beaucoup et juste assez pour remplir deux heures et demie d’une sombre évasion".




Le Parisien (***) :

"Palpitant.(...) Avec ses cascades phénoménales et ses décors majestueux, ce nouveau Batman est un concentré d'adrénaline".




Studio (***) :

"Dans le précédent volet, on apprenait comment le milliardaire Bruce Wayne était devenu ce caverneux homme chauve-souris vengeur. Pour sa deuxième exploration du comic book qu'il a fait renaître de ses cendres, Christopher Nolan – qui a coécrit le scénario avec son frère Jonathan – nous livre, cette fois, un Batman formé et affranchi. Baignant dans une atmosphère toujours aussi sombre, mais encore plus réaliste (à des années-lumière de la fantasmagorie des Batman de Tim Burton !) et encore plus cérébrale que celle de Batman Begins. Tout le film est mis en scène avec une main de fer dans un gant de velours, éclaboussé d'effets spéciaux suaves et de cascades spectaculaires (on voudrait davantage encore voir la Bat-Bike à l'œuvre !), orchestré par une bande-son qui se fond dans les gratte-ciel new-yorkais jusqu'à ceux de Hong Kong où Batman va rendre justice…"




Télérama :

"(...) Avec The Dark Knight, Christopher Nolan et son frère Jonathan ont écrit l'épisode le plus sombre et le plus pessimiste de la saga, plus proche dans l'esprit de la noirceur burtonienne (Batman, 1989 et Batman, le défi, 1992) que de la lourdingue paren­thèse queer de Joel Schumacher, qui éclairait le ­mythe à travers l'homosexualité latente, déjà suggérée par la BD dans les années 60, de l'homme chauve-souris et de son jeune page (Batman forever, 1995 et Batman et Robin, 1997). Au gothique cartoonesque de Tim Burton, Nolan préfère néanmoins le réalisme postmoderne des thrillers urbains de Michael Mann - l'époustouflante première séquence de braquage est un hommage limpide à Heat. Le réalisateur de Memento prolonge aussi la réflexion à l'oeuvre dans les récents films de superhéros, qui sont, à l'image de ce poivrot de Hancock, fatigués. Fatigués de sauver le monde. Fatigués de faire bonne figure. Et surtout fatigués de rendre des comptes à la société.(...)"




Télé 2 semaines (***) :

"Fabuleux ! Du très grand spectacle. Un film d'une intensité remarquable. Passionnant".

"Loin de se résumer à un simple affrontement entre le justicier et son terrible adversaire, l'intrigue, complexe et particulièrement fouillée, creuse une nouvelle fois la psychologie de ses personnages charismatiques
".




Télé 7 Jours (****)

"(...) The Dark Knight joue la carte de la noirceur absolue et de la complexité psychologique sans pour autant délaisser le spectaculaire".

"Sombre, intense et palpitant, voilà l'un des meilleurs films de superhéros".




Télé Star :

"Crépusculaire et magnifique, le film dépasse toutes les attentes".




Télé Loisirs :

"Film évènement"




Version Fémina :

"(...) la finesse psychologique des personnages et l'ingéniosité de l'histoire le disputent à la puissance visuelle".




Critique négative par contre dans Le Canard enchaîné : "(...) l'intrigue est à la fois tortueuse et décevante, le superhéros sans envergure (...) et le personnage du Joker n'est guère approfondi".





Heath-Ledger-Joker.jpg




A propos d'Heath Ledger :




Télérama :

"
Il est impossible de ne pas voir, dans les ­sixièmes et mortifères aventures de ­Batman au cinéma, le tombeau d'un ­ acteur surdoué en même temps qu'un émouvant (auto)éloge funèbre. La très honnête prestation de Christian Bale dans le rôle du Chevalier noir n'est pas en ­cause : Heath Ledger crève littéralement l'écran et envoie dans les cordes le clown Nicholson, mythique Joker du premier Batman de Tim Burton."




Le Figaro :

"Pour incarner ce personnage démoniaque, Ledger a raconté qu’il s’était enfermé seul dans une chambre d’hôtel durant plusieurs semaines afin de travailler sa voix et sa gestuelle. On ne peut s’empêcher de comparer son jeu à celui de Malcolm McDowell dans le film de Stanley Kubrick. Comme le précisait encore Ledger lui-même, « Le Joker est un clown schizophrène, un serial killer sans aucune empathie » . Et le comédien Michael Caine d’ajouter : « Ce que livrait Jack Nicholson en 1989 dans le film de Tim Burton, c’était un Joker clownesque, tordu. Heath est allé dans une direction opposée, celle d’un terrifiant psychopathe. À le voir jouer, j’en ai parfois oublié mes propres lignes de dialogues ! » "




Le Parisien :

"La fascination qu'exerce le film repose sur la performance hallucinante d'Heath Ledger (...)"




Le JDD :

"L'attraction du dernier Batman, The Dark Knight, est moins l'homme chauve-souris lui-même, que son ennemi, Joker. Heath Ledger, révélé par son rôle dans Le Secret de Brokeback Mountain, réussit à réinventer ce personnage diabolique. Cette performance impressionnante fait regretter un peu plus encore la mort prématurée de l'acteur en janvier dernier à seulement ans."




Télé 2 semaines :

"(...) véritable vedette de cette aventure, l'incroyable Joker, incarné par le regretté Heath Ledger. Halluciné et hallucinant, le comédien n'a rien à envier à Kack Nicholson, qui a interprété le clown malfaisant dans le Batman de Burton, en 1989".




Télé 7 Jours :

"Un méchant d'anthologie".




Télé Loisirs :

"(...) un spectateur cloué au fauteuil par la performance de Heath Ledger.(...)Une prestation admirable en Joker sinistre qui donne des frissons dans le dos. Ses apparitions constituent les véritables morceaux de bravoure de ce film".




Télé star :

"Prestation déchirante en Joker convaincu de la vanité de l'existence".












Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
P
Merci E, je corrige ;)
Répondre
B
Ces journalistes m'énervent, comme à chaque fois qu'un acteur meurt, il faut en rajouter sur ses qualités.Syndrome James Dean !
Répondre
E
Dans "à propos d'Heath Ledger", l'extrait de Studio est mal placé je pense vu qu'il n'en parle pas du tout...
Répondre
T
Prévu de le voir vendredi. J'avoue que c'est  plus pour voir la performance du"Joker".
Répondre
P
Décidément très bien ce blog :)
Répondre