Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 09/04/2014 8H40

A voir ce soir : Renaître de ses cendres (Rwanda).

40

Vingt ans après le génocide au Rwanda qui a coûté la vie à 800 000 Tutsi et Hutu, France Ô propose un documentaire exceptionnel ce soir en première partie de soirée. Multiprimé et porté par Forest Whitaker (producteur exécutif et narrateur de la version originale), Renaître de ses cendres raconte l’aventure de la première équipe cycliste du pays.

C’est l’histoire d’une équipe de cyclistes pas tout à fait comme les autres. Celle d’une poignée de sportifs amateurs qui ont cru en leur possibilité de quitter leur Rwanda natal pour aller participer à des courses internationales — jusqu’aux Jeux olympiques de Londres. Une aventure humaine qui est aussi l’histoire d’une renaissance, d’une incroyable victoire sur les fantômes d’un terrible passé.

Au Rwanda, surnommé « le pays des Mille Collines », le vélo fait partie du quotidien. Indispensable pour transporter personnes et biens, il a aussi servi, durant le génocide de 1994, de moyen pour fuir et échapper à la mort. Après le retour de la paix, un groupe de jeunes passionnés – des survivants du massacre – décide de remettre les courses cyclistes au goût du jour. C’est en explorant le pays à bicyclette que Tom Ritchey, l’un des inventeurs du VTT, les rencontre en 2005. Persuadé de leur potentiel, Ritchey demande à son ami, l’ancien coureur cycliste Jock Boyer, de s’installer à Kigali pour les évaluer et former une équipe. Réticent de prime abord, Boyer finit par accepter le défi. Le « Team Rwanda » est sur les rails…

Entre 2006 et 2012, le réalisateur T.C. Johnstone suit le travail, la vie, les joies et les souffrances du coach et de ses cinq coureurs. Parmi eux, Adrien Niyonshuti qui, après avoir perdu soixante membres de sa famille lors du génocide, retrouve avec le cyclisme une raison de vivre et portera les couleurs de son pays jusqu’aux J.O. de Londres, en 2012.

Confiée dans la version originale à l’acteur américain Forest Whitaker, la narration de cette version est effectuée par sa voix française, Emmanuel Jacomy. Le film a obtenu une vingtaine de prix, notamment au Bahamas International Film Festival, à l’Attic Film Festival (Texas), ou encore à l’Aspen Filmfest (Colorado).

Crédit photo © John Russell

Commenter cet article