Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 02/01 11h12

Le destin de la reine d'Albanie raconté par Frédéric Mitterrand ce soir sur ARTE.

À travers l’extraordinaire destin d’une jeune Hongroise devenue reine d’Albanie en 1938, Frédéric Mitterrand retrace ce mardi à 22h50 un siècle de l’histoire tourmentée de ce petit pays des Balkans. A découvrir sur ARTE.

Rien ne la prédestinait à épouser un roi. Fille d’un comte hongrois désargenté et d’une Américaine, Géraldine d’Apponyi de Nagy-Appony a cinq ans lorsque, au sortir de la Première Guerre mondiale, l’empire austro-hongrois est démantelé. Sa famille s’établit alors en Suisse puis à Menton en 1924, à la mort de son père. Remariée à un officier français, sa mère l’envoie alors parfaire son éducation dans un pensionnat autrichien.

À son retour à Budapest, Géraldine vend des souvenirs dans la boutique du Musée national. Mais lors d’un bal où la jeune débutante est conviée en 1938, sa beauté fait sensation. Publiée par un magazine, sa photo, prise au cours de la soirée, retient l’attention des sœurs de Zog Ier, roi autoproclamé d’Albanie depuis 1928. Célibataire de confession musulmane, le monarque, qui désespère à 43 ans de fonder un foyer, invite ainsi Géraldine à découvrir son pays. Malgré les vingt ans qui les sépare, le coup de foudre est immédiat...

Au travers du destin romanesque de Géraldine d’Apponyi, surnommée «la rose blanche de Tirana», c’est l’histoire aussi tourmentée que méconnue de l’Albanie que retrace, au fil d’un récit captivant, Frédéric Mitterrand. Nourri de surprenantes archives et d’une interview du prince héritier Leka II, le petit-fils du couple royal, son film entremêle romance et soubresauts politiques, diplomatiques et militaires, de l’émancipation de la tutelle ottomane au début du XXe siècle à la chute de l’une des dictatures communistes les plus répressives d’Europe sous le joug d’Enver Hoxha, en passant par l’annexion du pays par Mussolini en 1939.

Zog Ier, lui, meurt en 1961 en France, sans avoir revu son palais de Durrës, désormais en ruine, et Géraldine, en 2002, quelques mois seulement après avoir retrouvé Tirana, sa terre d’adoption, au terme d’un exil de soixante-trois ans.

Crédit photo © SK Media

Commenter cet article