Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans les salles dès ce mercredi, Climax de Gaspar Noé (film interdit aux - de 16 ans).

Dans les salles dès ce mercredi, Climax de Gaspar Noé (film interdit aux - de 16 ans).

Climax, film écrit et réalisé par Gaspar Noé, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs au Festival de Cannes, sort au cinéma ce mercredi.

Attention, film interdit aux moins de 16 ans.

Avec Sofia Boutella, Romain Guillermic, Souheila Yacoub, Kiddy Smile, Claude Gajan Maull, Naab, Giselle Palmer, Taylor Kastle…

"Naître et mourir sont des expériences extraordinaires. Vivre est un plaisir fugitif".

Gaspar Noé :

"Dès le départ, le parti pris était de faire un film avec les meilleurs danseurs et danseuses se trouvant en France ou pouvant y venir. Ayant l’intention de faire un film axé sur l’expression corporelle, nous n’avons pas été chercher des comédiens mais, avec Serge Catoire, avons écumé les battles de krump et les balls de voguing de la région parisienne, ainsi que les vidéos de danse sur internet. Très vite et de manière instinctive, on a compris qui étaient ceux qu’il serait merveilleux d’intégrer au groupe et de filmer. Nous en avons convaincu les téméraires Edouard Weil (Rectangle Productions) et Vincent Maraval (Wild Bunch), les coproducteurs de mon film LOVE, et la production de ce film à petit budget s’est enclenchée.

Lors de notre toute première visite dans un ball de voguing, invités par Léa Vlamos, j’ai croisé Kiddy Smile, grand DJ et musicien, qui m’a invité à assister aux batailles de danse depuis la scène. Serge et moi, nous n’avions pas vu une telle énergie festive se déployer à Paris depuis certaines fins de manifestations de notre adolescence. Nous avons réussi à joindre les danseurs et danseuses qui nous faisaient rêver, et leur avons parlé d’un film qui avait déjà une histoire mais aucun dialogue préétabli.

De manière inespérée, la chaîne ARTE s’est intéressée au projet. Kiddy nous a alors servi de « father » pour contacter et surtout convaincre certains de ses amis vogueurs ou vogueuses. Il nous a semblé évident qu’il fallait lui proposer de jouer le rôle de DJ Daddy. En même temps, j’ai eu l’idée de contacter la mythique Sofia Boutella, installée à Los Angeles, que j’avais rencontré une fois, pour lui proposer de jouer le rôle conducteur de la chorégraphe. Ses vidéos de danse me fascinaient tout autant que sa personne. Depuis quelques temps, elle se consacrait au jeu et avait tourné dans plusieurs longs métrages. Je savais qu’elle aurait la force et la folie nécessaires pour jouer ce rôle extrême aux multiples facettes. Avant de me donner sa réponse, elle m’a conseillé celle qu’elle considérait la meilleure pour faire les chorégraphies de ce film, Nina Mc Neely, et je la remercie encore de cette idée lumineuse. La présence de certains danseurs en a entrainé d’autres, et des petits groupes ont répondu positivement à notre proposition. On a eu la chance de rencontrer des waackeuses, des krumpeurs et un groupe de danseurs d’électro (entre autres, Romain Guillermic et Taylor Kastle) qui nous ont immédiatement envoyé des vidéos d’eux simulant des états de transe. La joie entraîne la joie.

En janvier, j’ai contacté tous les collaborateurs que je chéris le plus et qui se sont rendus disponibles (Benoît Debie, Lazare Pedron, Ken Yasumoto, Rodolphe Chabrier, Pascal Mayer, Fred Cambier, Denis Bedlow, Marc Boucrot, Tom Kan et Laurent Lufroy) auxquels se sont joints les encouragements de Thomas Bangalter et deux merveilleux nouveaux collaborateurs : le décorateur Jean Rabasse et la première assistante Claire Corbetta-Doll. En un temps record, nous avons trouvé une école désaffectée à Vitry, nous avons pu négocier les droits de certaines musiques dont je rêvais. A deux jours du tournage, nous avons rencontré Souheila Yacoub, acrobate et comédienne, et obtenu le visa pour que l’étonnant contorsionniste Strauss Serpent puisse venir nous rejoindre depuis le Cameroun. Nourri de nos expériences multiples de dérapages incontrôlés, le tournage s’est déroulé dans la plus grande joie et les improvisations des danseurs sur le tapis ou lors de leurs dialogues improvisés nous ont tous éblouis.

Deux mois plus tard, nous sommes heureux de vous présenter cette modeste reproduction de la joyeuse et triste réalité. Tous mes remerciements à ceux qui nous ont faits et qui ne sont plus... Et que la fête commence !"

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article