Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Endométriose, troubles de l'érection et transidentité abordés lors d'Aventures de médecine, ce soir.

Endométriose, troubles de l'érection et transidentité abordés lors d'Aventures de médecine, ce soir.

Dans un nouveau numéro d’« Aventures de médecine », diffusé ce mardi 16 octobre peu après 21 heures sur France 2, Michel Cymes explore l’histoire de la sexualité et de la sexologie. Sans voyeurisme, et sans tabou, le médecin aborde tous les sujets délicats, et surtout ceux qui n’ont jamais eu la faveur d’un prime time :

- l’endométriose, cette maladie gynécologique qui met au supplice une femme sur dix en France,

- les dysfonctions érectiles qui concernent 3 millions de Français,

- la transidentité, abordée pour la première fois sous l’angle historique et chirurgical.

Grâce à la collaboration des chirurgiens, des services hospitaliers spécialisés, l'équipe de tournage a pu accompagner sur plus de six mois celles et ceux qui ont accepté de partager le pan le plus intime de leur vie pour contribuer à libérer la parole. ​

Vanessa, une jeune femme atteinte d’endométriose nous raconte ses douleurs, son désespoir et son parcours du combattant pour que sa maladie soit diagnostiquée. Son parcours chirurgical devrait lui permettre de connaître enfin une vie sexuelle épanouie et d’accomplir son rêve : fonder une famille.

Léanie, une jeune femme trans partage dans ce document la difficile quête de sérénité qui la pousse à modifier chirurgicalement son corps pour qu’il corresponde à ce qu’elle est intérieurement. Loin des clichés d’hyper féminité caricaturale trop souvent véhiculés, Léanie nous fait comprendre tout en subtilité sa souffrance, son projet, et nous permet de découvrir pour la première fois l’exploit chirurgical que représente une réassignation sexuelle.

Jean et Marie-Christine, mariés depuis quarante ans, voient leur couple battre de l’aile depuis que Jean souffre de troubles de l’érection à cause d’une opération de la prostate. Le septuagénaire se lance dans une chirurgie impressionnante mais qui représente pour leur couple la dernière chance de raviver une flamme qui vacille : la pose d’un implant pénien qui recrée l’érection de façon artificielle.

Composante essentielle de la santé, la sexualité a toujours intéressé la médecine. À travers les époques, médecins, chercheurs, infirmiers, hommes ou femmes, ont exploré le fonctionnement des organes génitaux, la reproduction mais aussi la diversité des comportements. Quand certains tenaient la sexualité pour responsable de handicaps, de maladies physiques et psychiques, d’autres se battaient pour faire progresser les esprits mais aussi libérer les corps. Car la médecine fut pendant longtemps un instrument social pour contrôler les naissances, brider les instincts, avant de devenir un outil de libération, un droit à l’épanouissement intime, la clé pour une vie personnelle équilibrée. Le film est l’occasion de rendre hommage à des pionniers militants qui ont pris des risques pour changer le regard de la société sur la sexualité et le genre.

C’est le cas de Margaret Sanger, cette formidable infirmière américaine qui s’est battue contre son propre pays pour que la mortalité féminine liée à la maternité cesse d’être une fatalité, premier pas vers la libération de la sexualité féminine. Harcelée par les autorités, jetée en prison, cette féministe d'avant-garde a réussi, à force de volonté, à fonder le « planning familial » qui essaimera ensuite à travers le monde. Puis, avec la complicité d’un biologiste précurseur, elle fut à l’origine de la fameuse pilule qui a bouleversé la sexualité féminine.

C’est aussi le cas de Magnus Hirschfeld, ce médecin allemand qui a créé dans le Berlin des Années folles le premier centre de sexologie au monde. Un centre d’études sur la sexologie et d’accueil des patients jusque-là rejetés à cause de leur homosexualité ou de leur trouble du genre. Hirschfeld fut le premier à prendre en charge les personnes trans, et le premier à accompagner un homme dans la transformation physique qui lui a permis de devenir la première femme trans opérée de l’histoire : Dora Richter.

En assumant de porter ce documentaire touchant, drôle et pédagogique en prime time, France 2 annonce faire pari d’un service public en prise avec son époque, qui se donne la gageure pour faire avancer les mentalités.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
C
Nous avons regardé l’émission d'hier soir ,un grand plaisir de voir enfin des sujets que l'on n'a pas l'habitude de visionner a une heure de grande écoute ,je suis aussi travestie ,vivant en couple avec une femme trés compréhensive et nous aimerions que les gens comprennent enfin que nous sommes nés avec des différences car nous souffrons tous surtout des regards ,parfois des insultes .Si Léanie veut nous contacter ça sera un grand plaisir d'échanger nos points de vue .
Répondre