Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Violences conjugales : 4 femmes en parlent en direct ce vendredi dans Ça commence aujourd'hui.

Violences conjugales : 4 femmes en parlent en direct ce vendredi dans Ça commence aujourd'hui.

France 2 a décidé de consacrer une émission spéciale « Ça commence aujourd’hui » aux violences conjugales. Vendredi 5 octobre, à 13h55 en direct.

En France, une femme meurt encore tous les trois jours sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint. Face à cette situation d’urgence, Faustine Bollaert donnera la parole à 4 femmes, anciennes victimes ou témoins, de violences conjugales. L’animatrice accueillera ces femmes pour lesquelles témoigner en plateau est un devoir et un besoin d’aider celles et ceux qui sont encore dans cette situation à s’en sortir.

Avec la participation de Marie Peze, psychologue, et Marc Geiger, avocat.

Les téléspectateurs pourront aussi rejoindre en live l’émission pour raconter leur histoire, donner leur avis ou poser des questions aux invités.

Force, courage et détermination seront les maîtres mots de ces femmes qui ont réussi à reprendre leur vie en main !

Sonia, en couple 45 ans, 2 enfants. « J’ai mis du temps à trouver la force de m’enfuir de cette prison sans barreaux qui me voyait mourir à petit feu »

Elisabeth, 52 ans, mariée, 4 enfants. « Mon ex-mari m’a battue pendant 11 ans. Lorsque mon fils m’a vue en sang, j’ai réalisé qu’il était temps que ça s’arrête. Aujourd’hui, j’ai retrouvé l’amour et même si je vis avec des traumatismes, je ne survis plus, je vis. »

Cathy, 42 ans, mariée. « L’ex compagnon de ma sœur Isabelle était violent avec elle. Elle a tenté d’alerter la police mais le 4 août 2014, il a abattu ma sœur et mes parents. Aujourd’hui, je me dois de parler pour elle et de faire en sorte que les femmes victimes de violences soient entendues et protégées. »

Florence, 54 ans, célibataire, 1 enfant. « J’ai passé 24 ans avec un homme, qui m’a détruite psychologiquement. Il a tenté de m’assassiner le 15 mai 2014, sur mon lieu de travail. Pour moi, le traumatisme est encore bien présent, tout comme la marque sur mon visage. »

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
P
20ans après 2 demarches auprès d'avocat, association qui ne m'ont rien apporté sinon la peur de devenir SDF(sans parents, sans travail, sans amis) Car demontrer des violences psychologiques c'est difficile. Quitter le et le juge du divorce decidera d'une pension (pas de barème si 100 euros c'est le risque).J'ai ravalé larmes et me suis considérée dorénavant comme femme corveable et souffre douleur mais sans avoir peur de mourir qd ça montait. Je suppose que le fait de ne plus montrer ma peur lui a fait perdre le gout de faire souffrir. Il a tout de meme gagner, car je suis detruite, sans aucun avenir, la honte devant mon fils! Je vois que rien n'a changé car rien n'est prévu (comme à l'epoque pour mettre à l'abri ces femmes), ces violences physiques et psychologiques devraient entrer dans le code, les droits . Les personnes qui avilissent devraient savoir ce qui leur en coute au lieu d'attendre la mort, le suicide pour sanctionner
Répondre