Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

À ne pas louper, dès ce mercredi au cinéma : Les chatouilles, réalisé par Andréa Bescond et Éric Métayer.

À ne pas louper, dès ce mercredi au cinéma : Les chatouilles, réalisé par Andréa Bescond et Éric Métayer.

Présentée à Cannes, dans la sélection Un certain regard, la comédie dramatique Les chatouilles - qui multiplie les excellentes critiques presse - sort en salles ce 14 novembre 2018.

Réalisé par : Andréa Bescond & Éric Métayer.

Avec Andréa Bescond , Karin Viard, Clovis Cornillac, Pierre Deladonchamps.

Odette a huit ans, elle aime danser et dessiner. Pourquoi se méfierait-elle d’un ami de ses parents qui lui propose de « jouer aux chatouilles »? Adulte, Odette danse sa colère, libère sa parole et embrasse la vie ...

Karin Viard : "Au départ, mon agent m’a appelée pour m’inciter fortement à aller voir un spectacle sur scène, sachant qu’une adaptation pour le cinéma se préparait. J’ai accepté parce que je suis toujours très curieuse de nature : j’ai trouvé que le point de vue d’Andréa Bescond et Eric Métayer était totalement bouleversant et qu’il y avait une forme pour raconter ce sujet, sans l’édulcorer, qui correspondait complètement à ma propre vision. J’ai donc été excessivement touchée par ce seule-en-scène. J’y ai ensuite emmené mes filles et elles m’en reparlent encore aujourd’hui ! (...) Avant de lire le script, je m’étais dit qu’il allait être très difficile d’adapter ce spectacle pour le cinéma. Car ce qui fonctionnait très bien, c’étaient tous ces allers retours entre les différentes temporalités et le fait qu’à partir d’un épisode traumatique, Andréa fasse ressurgir le passé. Finalement, quand j’ai lu le scénario, j’ai compris qu’Eric et Andréa avaient opéré les mêmes sauts dans le temps et qu’ils fonctionnaient à merveille – qu’ils étaient évidents. Surtout, ils ont su éviter une forme de réalisme à tout crin qu’ils ont réussi à transcender par l’imaginaire".

À propos de la mère qu'elle incarne, Karin Viard souligne que c’est une femme pleine de regrets et d’amertume qui porte une humanité qu’on n’a pas envie de regarder. "Et en découvrant ce personnage indéfendable, je me suis dit que je la connaissais et que c’est justement ce qui m’intéressait dans ce rôle complexe. Car malheureusement, on est entourés de gens qui s’enferment dans leur souffrance et qui se persuadent que personne ne peut les comprendre. Au lieu de s’ouvrir aux autres et de partager leur souffrance, ils sont aigris et convaincus que rien de bien ne peut leur arriver. Cette mère a un terrible manque d’empathie pour les autres, si bien qu’on ne peut éprouver d’empathie pour elle... Pire encore : elle a une peur épouvantable du qu’en- dira-t-on. Et quand cette appréhension prend toute la place de l’amour et de la capacité à tendre la main, c’est affreux ! C’est terriblement petit-bourgeois et c’est que je déteste le plus chez elle ! (...) Elle tient debout paradoxalement parce qu’elle est verrouillée de l’intérieur. Si on devait lui enlever cette raideur et cette fermeture aux autres, je pense qu’elle pourrait s’écrouler. Car toute sa vie repose sur des convictions et des idées reçues. Je pense qu’en effet, elle ne peut pas changer car cela remettrait en question toute sa construction. Et elle est d’autant plus détestable qu’elle se sent victime.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article