Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 27/01/2021 11H30

 

Le 27 janvier 1968, La Minerve, un sous-marin français de classe Daphné, disparaît en 4 minutes à peine au large de Toulon au cours d’une mission d’entraînement, interrompue par une tempête. À bord, 52 marins dont la trace n’a jamais été retrouvée.

Dans les jours qui ont suivi l’accident, une gigantesque campagne de recherche a été lancée. L’un de ses acteurs : le Commandant Cousteau, vedette de l’exploration sous-marine. Hélas, aucune trace du navire n’a été trouvée.

Pendant des années, les familles des marins disparus de la Minerve ont espéré en apprendre plus sur les circonstances de l’accident. Plus de cinquante ans après la disparition du sous-marin, elles sont enfin parvenues à obtenir la déclassification des archives militaires et la reprise des recherches. C’est la plus grande investigation sous-marine jamais effectuée par la France. Cet accident tragique qui défraya la chronique en 1968 est donc revenu sur le devant de la scène avec la reprise des recherches qui ont enfin abouties à la découverte de l’épave : le 22 juillet 2019, le sous-marin qui repose à 2 350 mètres de profondeur est retrouvé en plusieurs morceaux éparpillés sur plusieurs centaines de mètres. Un soulagement et un début de conclusion pour les familles des victimes mais aussi une véritable prouesse technique.

La chaîne National Geographic revient ce mercredi 27 janvier à 21 heures sur l’histoire de cette disparition, suit les recherches qui vont permettre d’aboutir à la découverte de l’épave et l’enquête qui a suivie : le succès des recherches entreprises en 2019 a été rendu possible par une technologie dernier cri appelée AUV. Ces véhicules, véritables drones sous-marins, sont capables de se coordonner de façon autonome pour scanner les fonds marins. En l’espace de cinq jours, les trois drones mobilisés ont couvert une surface gigantesque, que les technologies disponibles en 1968 auraient sans doute permis de couvrir en trois ans.

Pauline Dauvin, Vice-Présidente de la programmation pour National Geographic France : « Ce documentaire nous permet d’être au plus près des attentes de nos téléspectateurs en leur proposant un programme à la croisée de nos deux piliers de programmation que sont l’Histoire et l’investigation. Nous sommes très fiers de leur permettre de découvrir ou redécouvrir cette histoire absolument fascinante de l’histoire navale française. ».

Un film de 45 minutes environ, de Stéphane Rybojad.

Commenter cet article