Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 06/01 14h50

 

À voir ce mercredi à 22h55 sur ARTE, ou dès à présent sur arte.tv, le portrait Alain Delon, l’ombre au tableau. Karl Zéro et Daisy d’Errata cherchent à comprendre pourquoi l’acteur d’exception a choisi, à un tournant de sa carrière, de se cacher derrière son propre rôle.

Pourquoi Alain Delon, star mondiale hors catégorie, mais d’abord acteur exceptionnel passionnément attaché à son art, a-t-il choisi, il y a près d’un demi-siècle, de se figer dans un rôle, le sien, aussi spectaculaire à la ville qu’oubliable à l’écran ? À cette question frontale, ce nouveau portrait de la collection “L’ombre au tableau” (après Charles Trenet, Yves Montand et Claude François) répond par le mystère, maintes fois évoqué, d’une personnalité à jamais duelle.

Si “Delon” est parvenu à incarner, en un temps remarquablement bref, un mythe, c’était aussi pour protéger “Alain”, l’enfant terrible et malheureux qu’il n’aurait jamais cessé d’être. Gamin placé, engagé volontaire à 17 ans pour la guerre d’Indochine puis révoqué pour indiscipline, voyou de Marseille devenu gigolo à Paris, il est intronisé acteur par l’intermédiaire de quelques femmes inspirées, avant de voler, très vite et très loin, de ses propres ailes.

De Christine (qui lui fait rencontrer Romy Schneider, en 1958) à Mr. Klein (qu’il produit lui-même, en 1976), cette réussite fulgurante, incandescente, sous l’égide notamment de ses trois “pères” de cinéma, René Clément, Luchino Visconti et Jean-Pierre Melville, précède une carrière en dents de scie, durant laquelle “Delon”, qui se met lui-même en scène sans craindre de se caricaturer, affiche sa lassitude vis-à-vis de son art et du monde.

Karl Zéro et Daisy d’Errata tissent extraits de films, archives en partie inédites et confidences de proches recueillies en noir et blanc, façon studio Harcourt : le cinéaste Patrice Leconte, avec qui il a tourné Une chance sur deux, le philosophe et réalisateur Bernard-Henri Lévy, qui l’a fait jouer (avec Karl Zéro) dans son film Le jour et la nuit, les actrices Nicole Calfan et Véronique Jannot, rencontrées respectivement sur les plateaux de Borsalino et du Toubib, et l’ancien commissaire divisionnaire Charles Pellegrini. Leur portrait affectueux, mais sans complaisance, met ainsi à nu l’homme à failles derrière l’icône. 

Crédit photo © Troisième Oeil Productions.

Commenter cet article

Fred 06/01/2021 23:44

C'est hyper rigolo à regarder tellement c'est ridicule. C'est pire qu' "un jour, un destin". Karl Zero a involontairement inventé le docu-nanard ! On pourrait appeler ce docucu : " Pas dans la peau d'Alain Delon". C'est sur le replay d'Arte.