Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 06/05 6h45

 

D’après une étude réalisée par l’Ipsos, trois salariés sur dix sont victimes de harcèlement sur le lieu de travail, et même en dehors, par leur hiérarchie. Par ailleurs, 12% déclarent "avoir fait l'objet d'insultes ou de comportements insultants de façon répétée de la part d'un supérieur".

Ces chiffres alarmants s’accompagnent d’une réelle libération de la parole, notamment du côté des réseaux sociaux, grâce à des comptes dédiés, à l’image de Balance ton Agency, Balance ta start-up, qui se font le relais de voix anonymes et en souffrance.

Ce jeudi 06 mai, Faustine Bollaert recevra sur le plateau de « Ça Commence Aujourd’hui » 3 victimes de ces violences au travail. “Mon patron est un tyran”, un rendez-vous à ne pas manquer sur France 2 dès 13h50.

JULIE, en couple, avocate : "C’était un homme très séducteur qui parlait sans arrêt de ses conquêtes, alors que sa femme n’était jamais loin… Il a même souvent eu des gestes déplacés avec moi. Les réunions étaient sources d’angoisse car je savais qu’il allait les passer à me hurler dessus.. J’ai essayé de démissionner plusieurs fois mais à chaque fois, il tenait des grands et beaux discours et je restais..."

MARGOT, réceptionniste dans l’hôtellerie : "La patronne de l’hôtel était tyrannique. Je vivais dans l’hôtel avec les autres employés et elle nous surveillait grâce aux caméras de l’établissement. Cette femme avait tout pouvoir sur moi. Je sombrais petit à petit, je faisais des crises d’angoisse, je pleurais tout le temps, je ne voulais plus travailler. Jusqu’au jour où elle m’a envoyé un message pendant mes congés en me demandant d’être là le lendemain, c’était trop, j’ai dit non pour la première fois et j’ai démissionné !"

ALEKSANDAR, au chômage : "Je ne vivais que pour mon travail. En plus de ce rythme effréné, moi et d’autres, on subissait des remarques sur notre physique, notre orientation sexuelle ou même notre couleur de peau… Epuisé, je suis tombé dans une sérieuse dépression. J’ai même sombré dans l’alcool pendant un petit moment pour tenter de calmer mon stress, mais ça n’a pas suffi. J’ai fini par vouloir mettre fin à mes jours. Après une première tentative de suicide à la maison, j’ai fait une seconde tentative sur mon lieu de travail."

Crédit photo © Nathalie Guyon - France 2.

Commenter cet article