Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mohamed Ali, série documentaire de Ken Burns, ce soir et demain sur ARTE.

De fabuleuses archives, dont certaines inédites, annonce ARTE à propos de la série documentaire Mohamed Ali. Parties 1 & 2 ce mardi dès 20h50 ; parties 3 & 4 mercredi soir.

Ken Burns (Vietnam, The War) déroule le destin du plus célèbre boxeur de tous les temps, né Cassius Clay en 1942, héraut afro-américain musulman devenu un symbole mondial de liberté et de courage.

Les poings et le verbe Mohamed Ali fut-il, comme l’écrivit Norman Mailer, «la plus parfaite incarnation de l’esprit du XXe siècle» ? Sa personne, et le destin qu’il s’est forgé de ses poings et de son verbe, ont en tout cas cristallisé certains des changements culturels majeurs qu’a connus l’Amérique à partir des années 1960.

Dans cette fresque, Ken Burns, Sarah Burns et David McMahon nous offrent huit heures dans l’intimité solaire de l’athlète iconique du Black Power, pour le faire revivre dans toute sa complexité. Tissant la parole de dizaines de témoins – dont les filles du champion, leurs mères respectives, ses biographes David Remnick et Jonathan Eig, ou encore le boxeur Larry Holmes, qui pleure de chagrin au souvenir du combat qu’il remporta contre son héros, affaibli par l’âge et, déjà, la maladie... –, ce portrait multidimensionnel, intensément humain, explore toutes les facettes, parfois contradictoires, du parcours hors norme de Mohamed Ali et de son héritage, sur le ring et en dehors.

Un récit rythmé par de fabuleux combats, qui rappellent combien la boxe, davantage peut-être qu’aucun autre sport, relève de l’épopée.

Le début : Né en 1942 à Louisville, Kentucky, dans une famille chrétienne de la petite classe moyenne noire, Cassius Marcellus Clay Junior découvre la boxe par hasard, à 12 ans, et sa fascination est immédiate. En 1955, le lynchage dans le Sud d’un garçon de son âge, Emmett Till, attise sa révolte contre la ségrégation. Il croit aussi dur comme fer à son destin sur le ring («Je serai le plus grand»). S’il a un don pour attirer les micros et les caméras, le jeune Cassius s’avère aussi un sportif acharné et déterminé, qui gravit les échelons des compétitions amateur et remporte, à 18 ans, la médaille d’or aux JO de 1960 dans la catégorie mi-lourds. Désormais professionnel, il part s’entraîner à Miami avec Angelo Dundee, qui restera son coach pendant deux décennies. C’est là qu’il affine ses talents de boxeur et de «danseur» sur le ring, et démontre son génie pour l’autopromotion. Parallèlement, il découvre le mouvement Nation of Islam et devient l’ami de Malcolm X, l’une de ses figures montantes. En 1964, à tout juste 22 ans, il crée la surprise en remportant le titre de champion du monde des poids lourds contre Sonny Liston, pourtant donné grand favori.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article