Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Interview exclusive (et décalée !) d' Adrian Pasdar ( série Heroes ). Leblogtvnews / Wat tv.

 

La semaine dernière, proposition était faite au blog d'assister à la conférence de presse Heroes, organisée au siège de TF1. Avec, cadeau, la possibilité d'interviewer Adrian Pasdar. 

Ron ( son blog : Ron l'infirmier )  vous livre ci dessous  l'entretien en vidéo ( beaucoup de second degré d'un côté et de l'autre... Un réel délire auquel Adrian Pasdar va plus que contribuer, en rajoutant même dans ses réponses). Puis les coulisses.

Remerciements à Ron bien sur mais aussi à l'équipe de Wat tv, adorable ! Merci aussi aux 142 autres personnes qui se sont proposées en quelques heures pour  assister à l'évènement. Désolés d'avoir fait autant de déçus et de ne pas avoir pu répondre personnellement à chacun :(

François

  



Si vous voulez bloguer ce fichier :
http://www.wat.tv/leblogtvnews
 

hero5-1-.jpg




J’arrive devant le building de TF1, accompagné de l’équipe  de WATtv. La sécurité est maximum, car les fans rodent autour du bâtiment, espérant attraper une image au vol, un autographe, un instant volé à leurs stars qu’elles savent proches. Je sais exactement ce que cela fait d’attendre des heures, pour rien, et je propose à deux jeunes filles qui attendent devant depuis le matin de prendre leurs photos pour les faire signer, si d’aventure j’arrive à approcher une star. Je sais que je vais y arriver, mais je préfère leur laisser la surprise !

 
Après contrôle des identités, nous sommes accompagnés vers un bel amphi, au rez-de-chaussée. La consigne est claire : pas de photos, pas de vidéos…mais je la brave, décidant que l’occasion est trop belle, voire unique ! Après tout, c’est peut-être la seule fois de ma vie que je pourrais aller chez TF1, rencontrer des stars de la télé américaine, en vrai, à quelques mètres. Nous sommes une trentaine, il y a beaucoup de journalistes, je ne reconnais que Philippe Guedj, qui fait la rubrique télé à Studio, nous nous saluons et, puisqu’ils sont tous installés bien loin de la scène, je décide de me coller au deuxième rang.

 
Précédée par deux gardes du corps, Hayden Panettiere (Claire Benett), descend doucement les escaliers, soutenue par un garçon que je ne reconnais pas tout de suite, mais qui me fait exploser le cœur dès qu’il lève la tête : Milo Ventimiglia (Peter Petrelli). Le père de Claire, dans la série, sourit à tout le monde, suivi par un des producteurs et Adrian Pasdar qui boucle la marche. Ils s’installent, nous applaudissons timidement. Soudain, un attaché de presse prend le micro et demande :
-          Allez-y, première question !
Tout le monde se regarde, un peu surpris, nous n’avions pas compris qu’on allait poser des questions, la timidité est très présente, je sens les journalistes ronger leurs ongles alors je lève le bras :
-          Adrian, Milo, quand allez-vous arrêtez de vous toucher tout le temps, dans la série, le coup de « on est Italien », ça va un moment, allons, personne n’est dupe !

 
Adrian rigole grassement, me jette un coup d’œil amusé, et répond en tripotant Milo. La question ne surprend pas le producteur qui enchaîne en sous-entendant qu’il y aura des personnages de toutes les origines, de tous les continents, de toutes les préférences sexuelles, à venir. J’enchaîne alors :
-          Comment avez-vous convaincu un network de laisser passer à l’antenne, à une heure de si grande écoute, une série avec un japonais, parlant japonais, et sous-titré en permanence ! Quand on connaît le désamour du public américain pour les sous-titres, bravo !

 
Le producteur sourit, m’explique que nous ne sommes pas à la fin de nos surprises à ce sujet et rappelle qu’il est très fier d’avoir tenu bon sur les origines variées des Heroes, et leur expression dans leur langue d’origine. 

 
Vu que les journalistes posent des questions aussi ennuyeuses que possible («quel super pouvoir aimeriez-vous avoir ? » OH MON DIEU ! Mais sortez-les !), je décide de poser LA question qui tue, LE détail sur la série que tout le monde a BESOIN de savoir, comprenez-moi bien, si je ne la posais pas, je n’en aurai pas dormi ce soir, ok ?

 
Je lève la main et je dis :
-          J’ai une question Beatles pour Milo (dans les années soixante, les interviews des Beatles ne tournaient qu’autour de la longueur de leur cheveux !)... (le producteur sourit et répète ce que je viens de dire à Milo qui n’avait pas compris le mot Beatles)…Milo ! Que s’est-il passé avec vos cheveux ? Pourquoi les avez-vous eu si long pour les couper ensuite ? Si je peux me permettre, vous êtes parfait maintenant, juste parfait.
 
 
Il fallait que ce soit dit.

 
A la fin de la conférence, Hayden, visiblement épuisée, se lève la première, suivie par les autres, sauf Milo qui se baisse vers le premier rang et accepte de signer quelques autographes et de se laisser prendre en photo. Je lui dis que je suis infirmier, comme lui dans la série, mais qu’il n’y a pas de collègue comme ça à l’hôpital. Il éclate de rire et me dit « one day, one day, you will have some, you never know ! ».

 
Nous rejoignons au huitième étage les attachées de presse (françaises, américaines) qui nous font signe que la terrasse (avec vue sur la Tour Eiffel) est dispo, open bar à volonté, petits fours, doubles macarons et j’en passe. Je sympathise avec une Italienne un peu fatiguée, une journaliste de Métro visiblement aussi ravie que moi et…déjà, on nous indique qu’il faut y aller ! Je déglutis péniblement, regrettant le petit four qui pèse une tonne dans mon estomac. Ma première interview. En anglais. J’avais rencontré Kamini, une fois, mais là, tout de même, on est à un autre niveau. 


 

hero3-1-.jpg





Adrian P. est dans un coin de la vaste pièce, posant son appareil photo, le même que le mien, sur la table. Je lui montre mon appareil, il sourit, je lui signale que c’est ce qui se fait de mieux, en poche, le Canon Ixus, il hoche la tête, me le prend des mains et me signale que ma batterie vient de rendre l’âme. Propose de me prêter la sienne. Je fais non. Il me demande alors si je veux prendre une photo souvenir avec mon téléphone. J’accepte. Je suis totalement détendu à ce moment-là.
Son iphone ne capte rien, visiblement, mais il le pose négligemment sur la table, en dévorant des macarons (« this thing is gonna kill me ! »). Je prends deux photos, il s’éloigne, me demande si la lumière est bonne, veut être sur que j’ai le cliché parfait, je comprends de suite à qui j’ai affaire : ce mec est un pro. Il bosse, moi aussi, tout va parfaitement se passer. Alors que le caméraman prépare son matériel, nous discutons.

 
(Toutes les conversations suivantes sont en anglais)
 
-          Ca va ? Pas trop fatigué ?
-          Je ne vous réponds pas, Ron, qu’est-ce que vous pourriez y faire ?
-          Rien. Compatir. Je reviens de Los Angeles et les 48 premières heures sont les pires !
-          Bah, c’est mon boulot, je suis là pour travailler, il y a pire dans la vie. Vous êtes ok, vous, pas stressé ?
-          Oui et non. Vous êtes presque mon premier client, de toute ma vie d’interviewer, mais comme je me suis renseigné sur vous, ça m’a rassuré.
-          Vous vous êtes renseigné ?
-          Oui. Un ami américain m’a dit que vous étiez marié à la chanteuse des Dixie Chicks et que donc vous deviez être cool, tellement elle est drôle. Et anti-bush !
-          (Il me lance un regard noir) Ne pensez pas ça ! Les opposés s’attirent, je suis un vrai connard ! (éclat de rire)
-          Comme dans Profit ?
-          Pire ! Oh, mon dieu, vous parlez encore de Profit ? Vous, les français, vous adorez cette série ! Je me souviens avoir acheté les…comment disait-on déjà, « VHS » sur les Champs Elysées, il y a dix ans. C’est sorti en DVD ?
-          Ouais. J’aime beaucoup.
-          C’était trop en avance sur son temps… (il se retourne)…Incroyable, la vue…Savez-vous que j’ai une dent à moi sous la Tour Eiffel ? 
-          Euh…

 
Pensant avoir mal compris cette histoire de dent, en souriant bêtement, j’élude la question qui reviendra finalement plus tard, dans l’interview. Je suis alors totalement détendu, attendant que l’équipe soit prête. Adrian P est adorable, très très attentif à mes regards, sur ses chaussettes bleues qu’il a roulé jusqu’à la cheville, donnant à ses pieds une allure un peu bizarre, vu le prix du costume qu’il porte. Il m’interroge du regard, je lui réponds « Those americans…well, bygones ! ». Il éclate de rire et me file une petite tape. Je le préviens quand même que je vais faire une interview un peu spéciale au début, il acquiesce. Je lui montre mon livre, alors, et il sourit sur la couverture…Je reprends :

-          Adrian, nous avons deux points communs, votre mère et moi…
-          Ah ?
-          Je suis infirmier et, comme elle, j’écris !
-          Puis-je garder le livre ?
-          Oh, je comptais juste faire le zouave avec pendant l’interview, un instant…
-          Ok !

 
Je ne vais pas vous raconter l’interview que vous verrez par vous-même sur WAT. Sachez juste qu’il a suivi mon délire, dépassant largement toutes mes espérances, et revenant dessus alors que j’avais complètement oublié depuis le début de l’interview. Très pro, vraiment. Un ange.

 
Vingt minutes plus tard, l’attachée de presse nous fait signe que nous devons partir, je le salue alors, il me demande une seconde fois si il peut garder le livre :
-          Mais il est en anglais, Adrian !
-          C’est pour ma mère, elle lit le français !
-          Bah, ok, si vous voulez, alors…
-          Combien vous dois-je ? (dit-il en ouvrant son porte-billets en argent, plein de billets de cinquante euros)
-          Rien !
-          Come on, Ron, rien n’est gratuit dans la vie ! Quinze euros, ça fait combien de dollars ?
-          Arrêtez, vous me gênez, c’est gratuit…
-          Rien n’est gratuit, on ne brade jamais une « pièce d’art » (piece of art), quelqu’elle soit…Vous ne voulez pas ?? Ok, je saurai me souvenir de vous ! Et méfiez-vous, si vous dites des bêtises sur les infirmières, ma mère saura me le dire ! Et il y a votre adresse mail au dos !! Ah ah ah !! Je vous retrouverai !
 
 
Je pourrais vous dire que j’ai massé les pieds d’Hayden Panetière (pour de vrai), en faisant mon infirmier sauveteur, mais je crois que tout le monde s’en fiche un peu, non ? Après vingt minutes avec Jim Profit, pardon, monsieur le sénateur Petrelli, le monde semble tourner différemment. 

 
Ah, oui, j’oubliais…A voir la réaction des deux jeunes filles devant l’entrée à qui j’ai donné les autographes, en sortant, j’ai su que moi aussi, hier soir, j’étais devenu un héros, pour quelques secondes. Et je me suis senti bêtement heureux, comme si j’allais m’envoler sans supers pouvoirs.


Ron.



Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
C
On est très loin des sempiternelles interviews standard et c'est ça qui est bon ! Félicitations pour avoir obtenu pour ce blog cette interview et félicitations pour le choix très judicieux de la personne qui interrogé. J'en redemande.
Répondre
X
Hilarant :-) Bravo tout simplement !
Répondre
S
22.000 visionnages sur Wat, ça grimpe ;-)
Répondre
J
Je découvre texte et vidéo ce matin, la classe :0004:Bravo à Ron, dont j'ai d'ailleurs découvert son site ici l'an dernier.
Répondre
R
Sweet lola : pas pour le moment, mais j'ai posé la question.
Répondre
S
Maintenant 15.000 visionnages sur wat depuis jeudi soir. Est-elle sur Youtube ou Daily ?
Répondre
F
Billet très bien écrit, et interessant, merci :-)
Répondre
D
Juju, pourquoi tu postes pas directement ta critique de l'interview sur le site de Klein: http://www.pointblog.com/past/2007/09/01/serie_tv_heroes_adrian_pasdar_ron_linfirmier_et_le_pain_francais.htm#commentsCe serait autrement plus intéressant de confronter ton point de vue de jeune padawan jounaliste avec un jedi de la vieille école.
Répondre
T
Je n'ai jamais regardé Heroes, ça ne m'interesse pas, mais j'ai bein aimé l'interview et le résumé ! Bravo Ron !Sauf pour le coup de la promo de ton livre, que je trouve un peu limite...Heureusement qu'on ne comprend rien à ce que tu dis quand tu en cites le titre et l'éditeur ! Ca équilibre ton péché de... publicité :D
Répondre
N
mais qui fait ça avec talent !
Répondre
J
Il a fumé ou quoi Gilles KLein? L'art, moment d'anthologie...faut resdescendre sur terre, c'est juste un mec qui voit une star et se permet de faire la promo de son bouquin
Répondre
X
Merci pour le sous-titrage :0010:
Répondre
R
Comment ils ont fait pour avoir l'exclu française ? 1 ils ne volent pas les infos2 ils ne revendiquent pas les exclus3 ils sont adorables et n'ont pas le melon4 ils mangent du pain français tous les matins.
Répondre
R
Comment avez-vous fait pour obtenir la seule interview vidéo d'Adrian lors de sa venue ???
Répondre
T
On a du coucher...Tous...Plus sérieusement, des personnes qui semblent apprécier le blog nous ont fait cette proposiiton qui ne se refuse pas . Et Ron a été au delà de nos espérances les plus folles :)Si ça vous donne envie de découvrir Ron par l'écriture : http://www4.fnac.com/Shelf/article.aspx?PRID=1888671&OrderInSession=1&Mn=1&SID=21fc9175-6ef4-5148-6b45-5485c317a6d0&TTL=020920071245&Origin=fnac_google_home&Ra=-1&To=0&Nu=1&UID=0686A72A5-D38A-A4C8-365A-178F82B540EE&Fr=0http://www.amazon.fr/Chambre-dAlbert-Camus-autres-nouvelles/dp/2350760464
V
ça commenc eà faire le tour du web !Gilles Klein en parle sur Pointblog:Sous le coup de l'émotion, j'ai attendu deux jours pour en parler. Donc si vous l'évoquez aujourd'hui, c'est que vous m'aurez lu, que vous communiez avec cet instant où l'interview et l'art se rejoignent. Car, oui, c'est un morceau d'anthologie, une très belle interview vidéo où Ron l'Infirmier, très à l'aise, aborde sans détour la question du pain français dans la série Heroes avec l'un des héros de cette série Heroes : Adrian Pasdar. Une version originale sous-titrée, un magnifique moment où la culture française affronte, dans un match implacable, l'univers de Mickey. Un morceau d'anthologie qui illumine cette rentrée. A mettre dans votre cartable pour votre retour en Maternelle lundi matin. Le tout est produit par Wat (un site français) en collaboration avec le blog TVnews (autre site français malgré des noms à consonance américaine).
Répondre
S
9.000 visionnages sur wat depuis jeudi soir ;)
Répondre
R
Enorme, c'est complètement déjanté, j'adore !Une autre, une autre !!! :))))))))))))))))
Répondre
C
La vidéo est 1ere sur la home de wat tv les gars ;)
Répondre
J
tiens tiens ça me rappelle quelques histoires de piges...
Répondre
P
Très fort ! J'admire cet "exercice".TvNews, vous frappez fort avec Ron, pour une première !(en passant, le résumé écrit est lui aussi très bon )
Répondre
Y
exact, elle est sur lci :http://tf1.lci.fr/infos/people/0,,3534122,00-nathan-petrelli-heroes-interview-qui-mange-pas-pain-.html
Répondre
C
reprise sur TF1.fr et LCIc'est la gloire
Répondre
F
Respect ! :0007:Moi qui suis assez nul en anglais, j'ai cru au départ à un "fake" pour les sous-titres !! :0012:
Répondre
F
GEANT !! EXCELLENTISSIME !!Bravo à toute l'équipe de TVNews et surtout à Ron, enfin une interview digne de ce nom, remplie d'humour, mieux qu'un "pro"  !!Congrats !! ;-)
Répondre
J
A quand la prochaine ???Sinon, merci pour cet artcile et cette vidéo ...
Répondre
P
Du travail de pro, bravo !
Répondre
W
jadore "interview eclsuive", çà me fait penser à quelqu'un ... sauf que là, c'est une vraie exclu !!lol
Répondre
S
Ron, on évoque l'interview sur ce forum US :http://forums.televisionwithoutpity.com/index.php?showtopic=3144925&st=1845"I watched the video of the French man Ron interviewing Adrian. Adrian really has a, let's say, unqiue sense of humor. I admire him for keeping his composure while cracking jokes. It is very different from what we have seen him on American Talk Shows. A very informative interview though. Adrains was very courageous (just like his wife) to say that he thought people making the 24 movie was not because they're creative, but just for money. He also had doubt about adding a lot of new characters in Season 2. He said it was a risk. It would either be a success, or a failure. Also, Adrian revealed he buried a tooth under the Eiffel Tower when he was six. "Bon, pour la tour eiffel, c'est un gag ?
Répondre
J
:0004:...tu lui a mis quoi comme dédicace sur le livre ?
Répondre
R
Cécile : oui, il savait que je n'étais pas journaliste. Il m'avait repéré à la conf de presse, avec mes questions 'MIIIIILLOOOOOOO" et je lui ai dis et redis qu'on allait le faire à la cool (plus pour me convaincre moi !), donc son délire était partagé avec sympathie, il savait que j'étais là pour mon plus grand plaisir, pas pour bosser. Je crois que ça se voit !
Répondre
J
Pour son film Home Movie c'est vrai, c'est un thriller qui va sortir l'année prochaine. Pour sa comédie musicale, Atlanta, c'est aussi vrai, il l'a coécrit avec Marcus Hummon, célèbre songwriter de musique country (il a notamment écrit pour le groupe les Dixie Chicks dont Natalie Maines, l'épouse d'Adrian, est membre)... par contre quel délire lorsqu'il cite les gars avec qui il veut travailler (Emmanuel Lewis et Gary Coleman!!!)... il a vraiment joué le jeu, c'est très sympa... Bravo Ron pour cette interview, chapeau ;-)
Répondre
V
Derniers épisodes samedi, sniff :-(J'espère que TF1 programmera la saison 2, même à 22h30. Trop fan!
Répondre
T
C'est de loin l'une des interviews les plus sympathiques et intéressantes que j'ai eu l'occasion d'entendre jusqu'à présent.Toutes mes félicitations, Ron. Ta maîtrise de l'anglais doit rendre jaloux beaucoup de personnes.===> maintenant tu peux dire YAKAAAAAAA !
Répondre
B
Très bonne cette interview, je vais penser à vous samedi en regardant Heroes ;)Ca va peut-être inciter certains attachés de presse à vous accorder des possiiblités d'interviews. Parce que là, c'est très positif :)Pourquoi pas des entretiens avec des animateurs, sans parler promo ?
Répondre
U
J'aime beaucoup le dernier paragraphe de l'article (même si j'apprécie l'ensemble). La façon dont c'est tourné :)
Répondre
N
Je pense que c'est un blog américain (spécialisé dans Heroes ) qui évoque votre interview :http://feilongfan.livejournal.com/
Répondre
R
Hayden est restée jusqu'à la fin de la conférence de presse mais se sentait mal (épuisée) et a interrompu les minis interviews, après.Sa comédie musicale est véridique, son film est, à mon avis, une connerie qu'il me baratine :)
Répondre
P
Je n'arrive plus à déméler le vrai du fux : "Home movie" c'est vrai ou pas ? "Atlanta", la comédie musicale, non, je suppose ?
Répondre
C
Ron, est-ce qu'il était au courant que tu n'étais pas journaliste ?   Si oui, ça explique peut-être le pourquoi de ses délires ( je retiens notamment le passage sur la croisière s'amuse, pauvre Julie LOL !! )
Répondre
S
Ron, info ou intox ? J'ai lu que Hayden était partie au bout de quelques minutes de la conférence de presse ? Mais toi, tu écris qu'elle est partie à la fin.( PS : je faisais partie des 142 déçus, mais j'aurais eu l'air très très amateur à côté de ce que tu as fait. Bravo à toi ! Et merci à Wat et ce blog pour cette initiative. Le blog prend de l'importance et c'est bien )
Répondre
C
Du costaud pour la 1ere interview by tvnews. J'espère que vous allez refaire ça, parce que c'est super bien écrit et la vidéo j'adooooooooooore !!!!!!!!!!!Ca signifie que le blog commence à interesser les chaînes je présume, cette opportunité offerte. Mérité, car vous faites un super boulot ici, et l'ambiance est extra, et très détendue. Et les commentaires sont généralement assez "adultes".Bonne soirée d'une fan qui vient ici chauqe jour .
Répondre
K
Juste une petite remarque, Milo Ventimiglia (Peter Petrelli) ne joue pas le père, mais l'oncle de Claire
Répondre
D
Quel flegme ! Chapeau ! Une réussite.
Répondre
N
Excellente interview ! Ca me fait penser à celles de Letterman lorsqu'il reçoit des vedettes, du délire et un peu de sérieux. Je ne pense pas que Cauet a fait aussi bien pour son émission.
Répondre
K
Excellent ! lol
Répondre
T
interview très décalée d'adrain pasdar, j'adore ! celle écrite est très sympa aussi. comme dit dans l'article, les acteurs us se prennent beaucoup moins la tête étant beaucoup plus rompu à cet exercice des interviews
Répondre
T
Franchement chapeau Ron. J'ai jamais autant ri devant une interview d'un acteur américain. D'habitude les interviewers français sont un peu trop timides et je ne vois pas un Laurent Weil se taper un délire pendant plus des 3/4 de l'interview comme tu l'as fait.
Répondre
N
Superbe délire :0049:Le coup de la dent, j'y croirais presque !Ca serait drole qu'un jour, Ron reçoive un courrier de sa maman pour le livre.
Répondre
G
Sympa le clin d'oeil à Rendez-vous à Nothing Hill. Tu es hyper à l'aise en tout cas, chapeau !
Répondre
@
Cool, et effectivement ça a du lui faire du bien qu'on ne lui demande pas, "et vous si vous aviez un super pouvoir, lequel serait-il, patati patata..." On l'a retrouvé dans toutes les interviews ou presque quand il est venu à Monaco en juin.Thomas, François, Ron, vous avez un truc à creuser là, un bon truc à refaire ! :-)
Répondre