Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par 16/10 8h15





 epuration.jpg






Diffusion sur France 2 ce mardi 16 octobre à 20h50 de "L'épuration", téléfilm inédit qui est le cinquième volet de "La plus belle histoire des femmes".




Après Le Bal des célibataires, le couple Sylvaine-Cécile se reforme : deux femmes fortes qui vont, une fois de plus, sauver leur village d’une fin tragique. Un nouveau chapitre de la saga romanesque signée Jean-Louis Lorenzi.




Souvenez-vous, en 1919 dans Le Bal des célibataires, Sylvaine (Cristiana Réali) et Cécile (Sophie Aubry) s’alliaient pour rendre vie au village de Saint-Roch, dépeuplé de ses hommes, morts au front. Un village de femmes et d’enfants… il fallait trouver des hommes. Entre amour, espoir et reconstruction, Saint-Roch renaissait. Puis ces deux femmes fortes avaient pris des chemins différents : Sylvaine, la guincheuse, s’en était allée tenter sa chance à la capitale, laissant Cécile, l’intellectuelle, veiller sur Saint-Roch.




Dans Epuration, Sylvaine trouve refuge à Saint-Roch, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec sa fille Monika (Fiona Chauvin) et son fiancé allemand, Max (David Mambouch). Fuyant Paris, après avoir perdu l’homme qu’elle aimait dans une rafle, retourner dans le Limousin apparaît comme une évidence, afin de protéger ses enfants. 




Un retour et des retrouvailles un peu particuliers avec Cécile, son amie de toujours : “La guerre a forcément créé des malentendus. Cécile et son mari Robert cachent leur engagement dans la Résistance. C’est beaucoup trop difficile et dangereux à avouer, même à sa meilleure amie”, explique Jean-Louis Lorenzi. Entre suspicion, déception et colère, les deux femmes ont du mal à se retrouver dans un premier temps. “Elles se fâchent pour finalement faire front, ensemble, lorsqu’il y a le ‘feu au village’”.
Ce binôme est l’élément moteur de la fiction. D’une époque à l’autre, elles se passent le relais du combat contre une société en pleine crise. “Je voulais qu’elles nous emmènent dans cette période noire. J’ai évolué à travers le siècle avec elles, je me devais de rouvrir ce chapitre de la noirceur humaine avec elles”, confie le réalisateur.




Photo copyright Laurent Denis - France 2.




Commenter cet article

Isa. 16/10/2007 08:32

Très beau film sur la 3 : "Vipère au poing".