Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par thomas 27/10 14h00






Marianne-France-2.jpg






Un Titanic nommé France 2, titre l'hebdomadaire Marianne ce samedi. Un dossier de quatre pages à découvrir dans le numéro 549. 




L'hebdo note en préambule l'injuste procès fait à la chaîne, pour les programmes de soirée, si l'on veut bien se donner la peine de comparer
"à la vacuité des programmes de télévision en général - et à ceux de TF1 en particulier. Il n'empêche...Le public n'a pas toujours tort ou, en tout cas, pas systématiquement mauvais goût". 




Marianne rappelle qu'en trois ans, l'audience de France 2 est passée de 20.5 à 18.5% ; et en août et septembre, on était sous les 17%. Et souligne que toutes les conditions d'un naufrage cathodique sont réunies : 


- audience en chute. 

- nouveaux programmes de qualité médiocre. 

- Vieillissement des "animateurs vedettes". 

- Incapacité chronique à se démarquer des chaînes privées (contrairement à France 5, écrit l'hebdo). 

- Baisse prévisionnelles des recettes publicitaires. 

- Direction infichue de montrer le cap à suivre. 

- Fictions françaises d'un ennui abyssal. 

- JT qui ne parviennent pas à redresser la barre, à 13 et 20 heures... 




"
Bref, malgré quelques émissions qui donnent encore à France 2 un semblant d'identité, la chaîne-paquebot paraît foncer droit sur l'iceberg, pendant que l'orchestre berce équipage et passagers de ses flonflons". 




Christine Lentz, ancienne directrice des magazines et des documentaires de France 2 reproche une grille de programmes frileuse qui veut à tout prix faire du TF1 sans en avoir ni les moyens et l'audace, et une équipe dirigeante qui n'a aucune stratégie précise...Selon elle, De Carolis est une erreur de casting : un bon journaliste ne faisant pas nécessairement un bon chef d'entreprise... 




Marianne évoque le fiasco des après-midi, avec les rediffs entre 15 et 19 heures des vieilles séries Rex et le Renard. "A côté, l'inspecteur Derrick a des airs rock'n'roll". Et souligne que Ruquier "réalise presque un exploit" avec ses parfois 14% d'audience : "Tout lui fut reproché, en interne comme dans la presse "émisison moins rythmée à cause du direct", "projet mal travaillé, programme bâclé". Or, si ces griefs sont à prendre en compte, la direction de France 2 semble oublier que, lorsque Ruquier prend l'antenne, l'audience ne dépasse guère les 6%.




Dossier à découvrir en intégralité dans Marianne paru ce
27/10. Scan issu du magazine.




Commenter cet article

Bruno (Rabatjoie-tv) 28/10/2007 00:19

AHHHH ENFIN!! L'était temps que les choses soient dites ouvertement !!Moi qui adorait France 2, bah voilà Marianne décrit complètement ce qui fait que je décroche complètement.France 2 se perd complètement ! Comme le dit Christine Lentz, la chaîne veut trop faire du TF1 ! MAIS STOP !!On matte pas France 2 pour y voir du TF1 !!Effectivement en plus les après-midi ne sont que des vieilles rediff !! On dirait une chaîne qui a fait le tour "bon ben voilà on a épuisé nos stocks, nous reste que ça avant qu'on ferme le rideau".Je pense que la chaîine peut se reprendre SI les bonnes personnes bossent sur le contenu de la programmation.MAIS PAS POUR Y METTRE DU TF1 !!

brita 28/10/2007 00:15

qui regarde la télé l'après-midi ? Il en faut pour tous les goûts

tao 27/10/2007 21:40

voilà une belle analyse. la tranche d'après midi et de fin d'après midi est médiocre avec de vieux feuilletons allemands. sur tf1 ce n'est certes pas d'un niveau très élevé mais au moins ce sont des programmes récents.france2 a abandonné son public .

brita 27/10/2007 15:02

L'hebdo note en préambule l'injuste procès fait à la chaîne, pour les programmes de soirée, si l'on veut bien se donner la peine de comparer "à la vacuité des programmes de télévision en général - et à ceux de TF1 en particulier. Il n'empêche...Le public n'a pas toujours tort ou, en tout cas, pas systématiquement mauvais goût". le chiffres de tf1 dépriment devant tant de nullité à l'horaire

nico 27/10/2007 14:58

tout à fait daccord sur les points de cet article