Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par 21/01 7h40




France 3 propose ce lundi 21 janvier à 20h55 le documentaire inédit "Jeunes, seules, sans travail et déjà mères". Une production Capa.




En France, on compte actuellement plus d'un million de mères célibataires. Elles ont entre 18 et 25 ans, connaissent ruptures familiales et affectives, chômage, endettement, et ont parfois un ou deux enfants qu'elles élèvent seules.
Ce film met en lumière leurs difficultés pour surmonter les problèmes de logement, de travail et d'éducation des enfants... 




Sans travail, sans famille et sans conjoint, Noémie, Séverine et Aurélie, âgées de 19 à 24 ans, élèvent, seules et dans la plus grande précarité, leurs enfants. La réalisatrice Andrea Rawlins-Gaston les a suivies pendant neuf mois dans leurs galères et leur difficile apprentissage de la maternité. Mi-femmes mi-enfants, ces jeunes mamans isolées n’ont qu’un souhait : passer du monde de la survie à celui de la vie, et devenir des mères comme les autres…




Séverine
De loin, cette jeune Amiénoise de 24 ans a la silhouette d’une étudiante. Et pourtant, en s’approchant, son regard triste et inexpressif en dit long sur les affres de son existence. Déjà mère d’une petite fille de 5 ans, Manon, dont on lui a retiré la garde faute de moyens nécessaires pour l’élever, Séverine confie à demi-mots qu’elle est à nouveau enceinte, d’un autre garçon avec lequel elle a rompu. Ayant arrêté ses études en troisième, elle cumule depuis des missions courtes d’intérim (femme de ménage, caissière de supermarché…) et vit chez ses parents. Redoutant la réaction de sa mère, la jeune femme repousse l’annonce de la nouvelle. Idem avec Manon qui vit avec son père, Eric, et qu’elle n’a pas vue depuis des mois. « Que va-t-elle penser ? J’ai déjà honte de ma situation, de ne pas avoir de ressources suffisantes pour m’occuper d’elle. » Mais pour Séverine, la décision est prise : elle va garder son enfant. Epaulée par une assistante sociale, elle va tout faire pour que, cette fois, on ne lui retire pas sa garde… 




Noémie.
Cette jeune brunette de 22 ans revient de loin. Après un lourd conflit familial, cette ancienne brillante élève de première S fugue de chez elle et vit pendant deux ans dans la rue avec son petit copain. A bord d’un camion acheté avec leurs économies, ils sillonnent la France au gré de l’argent récolté en faisant la manche. Leur road-movie s’arrête net lorsque Noémie tombe enceinte. Abandonnée, Noémie rentre à Beauvais et se tourne vers les services sociaux pour donner un toit à sa fille, Saskia. Logée dans un 30 m2 sans salle de bains et toilettes sur le palier, Noémie multiplie les démarches pour offrir un appartement décent à sa fille. « Je veux m’en sortir, trouver un travail pour que Saskia ait une bonne image de sa mère. C’est important de donner l’exemple. » Mais la liste d’attente pour l’obtention d’un logement social est longue. En attendant, Noémie bénéficie de l’aide précieuse d’une puéricultrice qui veille à prévenir tous les comportements démissionnaires, voire violents, chez ces jeunes mamans en détresse. 




Aurélie.
Laon, en Picardie, Aurélie, 19 ans, vit avec sa fille de un an et demi, Fanny, dans un centre maternel. Objectif : apprendre à être une maman responsable et autonome. Placée en foyer à l’adolescence et mère à 17 ans, la jeune fille a vécu les premiers mois chez la famille du père de Fanny, avant de tout plaquer. Aurélie a été SDF pendant huit mois avant de réagir et de tout faire pour récupérer sa fille. « J’ai eu envie que ma fille ne connaisse pas la même jeunesse que la mienne. J’ai été victime d’attouchements sexuels de mon père, et ma mère ne m’a pas crue. Elle m’a même rejetée. Moi, je refuse d’abandonner Fanny. » Epaulée par des éducateurs pour bien gérer son quotidien de maman, Aurélie sait qu’elle n’aura pas droit à une seconde chance. A la moindre incartade de sa part, le père de Fanny, lui aussi sans ressources, peut récupérer la garde. Mais Aurélie a la foi. D’ici un an, Fanny rentrera à l’école. Elle pourra alors reprendre sa formation professionnelle où elle l’avait laissée à l’annonce de sa grossesse. « Il faut que je travaille pour que ma fille fasse de longues et belles études, qu’elle trouve un mari et qu’elle soit beaucoup plus heureuse que moi. » 





Commenter cet article

gicquel 21/04/2008 11:03

je pense a toi fanny bisous de tata sandrine

Monaco Clara 12/04/2008 16:38

Bonjour, Pour faire un exposé sur ce sujet nous avions enregistré votre reportage très intérressant. Manque de peau nous avons perdu cette cassette. Serait il possible de m'envoié une redifusion sur cette adresse?? Je vous serai très reconnaissante c'est urgenttttttt!!!!! 

Séverine 01/02/2008 21:49

slt Maguelone, j'ai eu ma fille à 17ans, et je suis donc allée dans un foyer de jeunes mères, je remercie les éducatrices et le travail qu'elle font, elles m'ont été d'une grande aide pour me retrouver entre être une maman, et avoir 17ans.J'aurais voulu voir l'émission, mais je n'ai pas pu malheureusement, il n'y a pas tellement d'émissions qui parlent de "vrais" jeunes mères, pas des jeunes mères d'une vingtaine d'année, mais surtout les mineurs.

Lucile 24/01/2008 11:30

Bonjour, je me demandais s'il existait des associations de bénévoles pour aider ces jeunes mères. Par exemple des jeunes grand mères à la retraite pourraient se proposer bénévolement de garder quelques mois les enfants, le temps pour les mères de trouver du travail et d'engranger un peu d'argent pour pouvoir faire garder les enfants.

magaly 23/01/2008 03:20

bonjourj'ai etait a l'ecole avec aurelie quand elle etait a la fere je m'appelle magaly jumeaux .

maguelone 22/01/2008 20:47

Ce reportage était trés touchant, je suis éducatrice et j'aurai souhaiter l'enregistrer pour le montrer aux jeunes avec qui je travaille. Les fille qui décident de garder leur enfants ne sont pas à blamer, car c'est souvent pour elles, le seul moyen d'être reconnues dans la société, aprés un parcours ou une période de vie difficile.Si il y a moyen de l'enregistrer par internet tenez moi au courant.Bon courage à Aurélie, Noémie et Severine.Maguelone

maxime 22/01/2008 19:37

commen obtenir lé coordonnées de aurelie et fanny?? jai été touché par son histoire

Eve 22/01/2008 19:04

Bonsoir comment obtenir les coordonnées de noemie???

julie 22/01/2008 10:46

slt vero pourré tu menvoyer le rediff si tu lenregistre ?merci

helena 22/01/2008 10:02

tres beau reportage, tres touchant. ces filles ont beaucoup de courage, surtout noemie......  bravo!!!

Véro 57 22/01/2008 09:08

Rapide la réponse, merci :0010:Je n'avais même pas fait attention à cette rediffusion sur mon programme télé, encore merci !

kazzz 22/01/2008 09:06

Oui, mais enreigistrement à programmer vu l'horaire :cette nuit vers 2h30 du matin .

Véro 57 22/01/2008 09:04

Malheureusement, mon enregistrement a foiré, grrr. Y a -t-il une rediff svp ? Merci.

rachida 22/01/2008 08:55

Je tiens à faire mon mea culpa ces filles m'ont touchée je ne savais même pas qu'on séparait la mère et l'enfant en cas de précarité, je pensais qu'on aidait...

LiquidPrincess 21/01/2008 13:14

Comme par hasard ... 3 portraits de mères ados, 3 portraits de picardes ...

rachida 21/01/2008 08:45

Je vais sans doute enregistrer quoi que je sens que je vais m'énerver...Je ne supporte pas ces gamines qui font des gones comme ont joue à la poupée..

Isa. 21/01/2008 07:57

Prévu de regarder ça ce soir .Bonne semaine les garçons (les rédacs):)