Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Summer of the 70's, dernière. Du glam au punk.












Arte propose ce mardi la dernière thématique "Summer of the 70's". David Bowie sera particulièrement à l'honneur...




A 21 heures, diffusion du film britannique "L'homme qui venait d'ailleurs" (1976).




Un ovni entre dans l'orbite de la Terre puis plonge dans un lac au Nouveau-Mexique. Sur la berge apparaît un homme pâle aux cheveux rouges. On le retrouve à New York, muni d'un passeport britannique au nom de Thomas Jerome Newton (David Bowie), chez un avocat réputé. Il confie à ce dernier des brevets technologiques d'une immense valeur, à partir desquels Farnsworth va bâtir une société high-tech qui rendra Newton immensément riche. Celui-ci se lie avec Mary-Lou, femme de chambre dans un hôtel. Au bord du lac où le vaisseau spatial s'est englouti, Newton fait construire une maison et s'y installe avec elle. Il est hanté par les images de sa vie sur une autre planète.




23h20 : "Les seventies, le clash des styles". Partie 2 : "I hate Pink Floyd".  Documentaire inédit. Second volet de l'histoire des luttes féroces qui ont opposé les fans des différents styles de musique dans les années 70.




Dans les années 70, les groupes de rock progressif (Pink Floyd, Genesis, Yes, King Crimson) inventent un nouveau style, mélange de rock, de classique, de jazz et de musique d'avant-garde, et sortent des albums concepts. Mais leurs morceaux, délibérément longs et souvent instrumentaux pour s'opposer au rock commercial, ne sont pas du goût de tout le monde. Les punks détestent le sérieux du rock progressif et son héritage de l'époque hippie : "I hate Pink Floyd", clame le tee-shirt de Johnny Rotten. Pour eux, le rock doit renouer avec la rébellion, la provocation, la destruction et l'anarchie. Ils dansent le pogo, beuglent, crachent, mettent en scène la laideur et affirment que trois accords suffisent pour faire une chanson. Dès 1974, les Ramones, les Stooges et les New York Dolls se font leurs premiers fans à New York. En Angleterre, Vivienne Westwood crée le look punk tandis que son compagnon, Malcolm McLaren, décèle le potentiel des Sex Pistols. En 1976, quand le groupe sort "Anarchy in the UK", le grand public découvre le mouvement punk, dont Sid Vicious devient le symbole...




Et enfin vers minuit quinze, "Ziggy stardust and the spiders from Mars". Film documentaire réalisé en 1973.




Le 3 juillet 1973, à l'issue d'un show aux allures de messe décadente, David Bowie annonce à ses fans stupéfaits la retraite anticipée de Ziggy Stardust. Un concert mythique filmé par Pennebaker.




Le 3 juillet 1973 donc, au Hammersmith Odeon de Londres. Dans les loges, David Bowie se métamorphose une dernière fois en Ziggy Stardust, ange sexy, androgyne futuriste, diva kitsch dont les jambes nues font grimper les jeunes filles (et les autres) au rideau. Sur scène, la star la plus glam enchaîne ses standards : "Space oddity",
"Suffragette city","Rock 'n' roll suicide"... Il changera trois fois de parure au cours de la soirée, son guitariste Mick Ronson (avec qui il mimera quelques scènes de luttes sado-maso) maintenant la salle à température ambiante pendant que l'artiste disparaît en coulisses. Pour son ultime apparition, David "Ziggy" Bowie n'a rien laissé au hasard : le show touche à la perfection.




Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
V
Prenez-en de la graine...les jeunes ! Un mec pareil ca n'existe que tous les dix milliards d'années...et encore !Avant Lui, le néant ! Après Lui...le Néant ! Ben oui!... je l'aime !> Bowie !
Répondre