Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 29/11 12h20

 

 

 

 

Témoignage à lire sur ce lien Libération.fr :

 

http://www.liberation.fr/medias/0101269634-un-ex-pdg-de-liberation-brutalement-interpelle-a-son-domicile .

 

 

 

Rue 89 y consacre un article ( http://www.rue89.com/2008/11/29/un-journaliste-de-liberation-humilie-par-la-police?page=0#commentaires ) et écrit que "C'est un pays dans lequel la police peut débarquer chez le journaliste d'un quotidien, l'humilier devant ses enfants, l'insulter, le menotter, le déshabiller complètement au dépôt... A cause de quelques mots écrits dans ce journal qu'il a dirigé pendant quelques mois. Ce pays, c'est la France de 2008."

 

 

 

A la suite de l'arrestation et de la mise en examen de Vittorio de Filippis, la Société civile des personnels de Libération demande «qu'une enquête soit ouverte sans délais sur ces méthodes» et communique ceci :

 

 

 

«Ce matin, à l'aube, à 6h40, Vittorio de Filippis, journaliste et ancien directeur de la publication de Libération, a été la cible d'une opération de police judiciaire sur réquisition d'une juge d'instruction, Muriel Josié, vice-présidente du Tribunal de grande instance de Paris.

La magistrate voulait l'entendre, comme ancien directeur de publication, dans le cadre d'une procédure de diffamation dans le cadre d'une affaire (l'affaire Niel) dans laquelle Libération a gagné tous les procès qui lui étaient intentés.

 

Les policiers se sont comportés d'une manière violente, l'ont insulté:«Vous êtes pire que la racaille». Les enfants, mineurs, de Vittorio ont été laissés seuls à son domicile, après avoir assisté à la scène. Notre collègue a ensuite dû subir deux fouilles au corps humiliantes, au Palais de justice de Paris, sur instruction de la magistrate. A chaque étape, policiers et juge ont refusé de prévenir les avocats de Libération.

 

Ces méthodes sont inadmissibles.

 

La SCPL veut manifester sa solidarité vis à vis de Vittorio de Filippis. Nous protestons auprès des autorités politiques et judiciaires. Nous demandons qu'une enquête soit ouverte sans délais sur ces méthodes

 

 

 

 

Commenter cet article

helgen 11/04/2009 13:00

La justice a sa place lorsque les magistrats qui jugent n'ont pas d'intérêts dans l'affaire (magistrats ou amis de ceux ci) Ainsi, dans un très faible pourcentage (évidemment) les juges ripoux se permettent d'assassiner les victimes qui gênent leurs affaires. Cela s'appelle de la corruption et cette corruption profitant a certains politiciens, magistrats et autres affairistes est jugée acceptable par les plus hauts responsables. La France ne dénonce pas encore ce genre de pratique , mais ceux qui en profitent vont pouvoir être dénoncés sur les nombreux sites qui se créent. Ainsi, la 8 eme chambre C d'Aix en Provence apparait de plus en plus dans les affaires douteuses, au même titre que cette cour d'appel et que les banques populaires de la cote d'azur.

FORNEY 01/12/2008 17:41

Je connais ces méthodes. J'ai eu droit aux mêmes rétorsions pour avoir dénoncé un réseau affairiste maffieux installé dans la police et la justice grenobloises.L'instruction publiée démontre la vente de 20 000 fichiers de la police pour 600 000 euros en 17 mois (à multiplier par 5) avec une amende au final égale à 3% du butin encaissé ! Chercher les causes possibles d'une pareille impunité ?Les juges étrangement préfèrent s'acharner sur la partie civile moi-même. Étrange méthodes de rendre justice. Je cumule à ce jour 150 heures de garde à vue avec les même méthodes employées contre le journaliste Philippis de Libération.http://www.victime-ripou.com/appelcwik/plaintecoups/video7fevrier2008.htm

pas terrible 30/11/2008 19:21

le juge d'instruction n'a pas procédé à l'interpélation sans preuves à l'appui et cela est vrai pour tout citoyen

srdo@free.fr 30/11/2008 18:34

Je m'excuse d'aller à contre courant. Mais il est vain de considerer les journalistes ou le systeme de l'information comme innocent par defaut. Si une interpellation a eut lieu. Ce système fait il état précisement des motifs de cette interpellation ? Je pense, car j'ai suivi l'affaire par "interet personnel" qui avait menné le pdg a l'epoque de free, a etre incarceré, pendant 1 mois, la veille d'un conseil d'administration. Dans cette histoire, particulière, qui se base sur une denoviation d'un corbeau, une investigation pendant plus d' 1 an du juge Van ruymbeke des affaires financières, l'objet visé était, des parts dans un peep show, qui aurait employé des prositués. X. Niel, etait donc accusé de proxenetisme. Quelquechose ne collait pas tout a fait, et faisait penser a un coup monté. Le ton de liberation dans quelques articles, avant, pendant et après, etait assez curieusement dans la tonalité globale de cette affaire, c'est a dire scabreuse. Je suppose donc, qu'ont été demandé, les adresses ip des participants au forum, informations qui ont été fournies ou non. Dans ce cadre il est envisageable, que des personnes dans liberation aient participé au forums, dans le but d'accrediter la tonalité des choses, qui je le pense etait douteuse, ou disons tiré par les cheveux....c'est a dire que le systeme d'information n'est pas neutre. Et souvent actif, et souvent nocif.Cherchez des exemple. Judith Miller par exemple, a reçut le prix Pullizer, et n'a jammais été grand chose d'autre qu'une propagandiste, et une personne a qui l'on pouvait donner des informations fabriquées pour qu'elle les repercute au pres du public. Le systeme de l'information, dans des periodes de crise de l'information (2001 /2006) est très fragile. Et certainement pas innocent par defaut. Je ne presume en rien des rapports entre de Fillipis et cette affaire. Mais il est dangereux de considerer qu'interpeller un journaliste, est anormal. Au contraire. Par contre peut etre devrait il y avoir une procedure speciale...par rapport au monde de l'information, que pourait saisir des personnes, non seulement visées, mais egalement s'estimant desinforméees...;-)

y 30/11/2008 04:05

je suis d'accord avec Michel, des personnes traitées de la sorte, il y'en a des milliers tous les jours...
et encore lui a été mis en examen, j'en connais c'était pour une enquête, ou juste pour humiliation gratuite...
C'est anormal et révoltant mais c'est "les œufs qu'il faut casser" pour notre tolérance zéro...
Enfin pour ceux qui en n'ont pas d'amis "haut-placé" ou médiatique.

pas terrible 29/11/2008 22:12

attendez avant de faire le procès public et être prêt à pendre votre voisin si facilement

mogli7 29/11/2008 21:44

Scandaleux,révoltant,à donner la nausée. Le déroulement de la procédure enclenchée par le dépot de plainte du PDG deFREE à l'encontre de Vittorio de Filippis est une honte. Abonné de FREE je demande le retrait de la plainte pour ne pas avoir à résilier mon abonnement auprès d'une sociéte qui privilégierait  ses intérets mercantiles au dépens des valeurs démocratiques.
Mogli7

Michel 29/11/2008 20:58

Bah, un journaliste qui vit ce que vit au quotidien plusieurs centaines de milliers de personnes chaque années...

Manifestement le journaliste d'investigation était en berne depuis bien longtemps pour que ce soit une découverte pour cet individu !!

charles 29/11/2008 15:41

@ doOm : soutien du Monde à Libération dans son édition de cet après-midi ...

pas terrible 29/11/2008 12:43

attendons les résultats de l'enquête il y a déja beaucoup de policier sur le dossier

Franck 29/11/2008 12:34

Menotté et fouillé au corps pour une...histoire de diffamation ! Mais où va-t-on là ?

dOom. 29/11/2008 12:32

Et les autres quotidiens, ils en disent quoi ? Soutien ou pas ?

Toine 29/11/2008 12:30

Totalement disproportionné : 2 fouilles au corps par exemple. Pouruqoi 2 ?