Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 28/04 7h25








Ayant bénéficié d'une première diffusion sur Arte, le téléfilm français Vive la bombe est visible ce mardi soir sur France 2, dès 20h35.



Réalisé par Jean-Pierre Sinapi. Scénario de Daniel Tonachella et Jean-Pierre Sinapi.



Avec Cyril Descours (Philippe), Bernard Lecoq (Antoine), Mathieu Boujenah (Javiez), Olivier Barthélemy (Fred), Damien Jouillerot (Jojo) et Nadine Marcovici (Louise).



Algérie, 1er mai 1962. La guerre est finie depuis moins de deux mois mais, en vertu d’accords secrets avec le FLN, De Gaulle poursuit les essais atomiques français dans le Sahara. Philippe, un jeune lieutenant, et trois appelés du contingent, Fred, Jojo et Javiez, font partie de l’une des compagnies chargées d’assurer la sécurité autour de la montagne du Taourirt, où va s’effectuer un tir nucléaire souterrain. Mais au cours de l’essai, le Taourirt se fissure ; un nuage atomique s’échappe de la montagne et se déploie au-dessus des jeunes soldats. Exposés tout l’après-midi aux radiations, ils attendent un ordre de repli qui ne vient pas…



Selon France 2, Inspiré d’un fait longtemps méconnu (l’accident de Béryl), Vive la bombe ! a le mérite d’attirer l’attention sur les “dommages collatéraux” de la politique nucléaire militaire française.  "Il y a eu en tout 210 essais nucléaires français – dont une cinquantaine en atmosphère – réalisés dans le Sahara algérien entre 1960 et 1966, puis en Polynésie française jusqu’en 1996, date où fut signée le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE). Ces essais ont mobilisé environ 150 000 personnes, civils ou militaires. Exposées au radiation à des degrés divers, elles n’ont jamais été reconnues comme victimes. Selon l'Aven (Association des vétérans des essais nucléaires), 35 % des vétérans sont victimes de cancers, soit deux fois plus que les Français de la même génération. Le taux des cancers du sang est anormalement élevé avec 22 %, et 40 % des vétérans atteints de cancer sont déjà décédés. 82 % des vétérans sont touchés par d'autres maladies non cancéreuses, principalement cardiaques, qui sont souvent survenues avant l'âge de 30 ans. Un tiers des vétérans n'ont pas eu d'enfants, dont 25 % en raison d'une anomalie du sperme... En mars dernier, près de cinquante ans après le premier essai, le gouvernement a annoncé un projet de loi visant à les indemniser."



Commenter cet article