Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 13/10 7h00

 

Ainsisoient-ils_preview.jpg

 

TVNEWS audiencesLancement très réussi avant-hier d'un des principaux évènements en matière de ficiton française cette saison sur Arte. La série française Ainsi soient-ils, créée par David Elkaim, Bruno Nahon, Vincent Poymiro, Rodolphe Tissot., a obtenu la meilleure audience  2012 de la case séries du jeudi sur Arte.

 

Jeudi 11 octobre 2012, les deux premiers épisodes de la série ont réalisé en moyenne 5.9% de part de marché soit 1 487 000 téléspectateurs (épisode 1: 5.7% de part de marché, 1 532 000 téléspectateurs / ép. 2 : 6.1% de pdm et 1 444 000 téléspectateurs).

 

Episodes disponibles jusque jeudi prochain en replay, gratuitement. (Episode 1)

 

Episode 2.

 

Cinq jeunes candidats à la prêtrise entrent au séminaire des Capucins, à Paris. Au fil de huit épisodes riches en péripéties et en personnages denses, une immersion saisissante dans les arcanes de l’Église.

 

Scénario : David Elkaïm et Vincent Poymiro. Réalisation : Rodolphe Tissot (épisodes 1 à 4), élizabeth Marre et Olivier Pont (épisodes 5 à 8).

Avec Jean-Luc Bideau, Thierry Gimenez, Michel Duchaussoy (son dernier rôle), Clément Roussier, Samuel Jouy, Julien Bouanich, David Baïot, Clément Manuel…

 

Septembre 2011, Paris. Cinq jeunes candidats à la prêtrise sont sur le point de changer radicalement de vie. En entrant au Séminaire des Capucins, ils vont apprendre à suivre la voie de Dieu et devenir ses ministres. D’où viennent-ils ? Quelles expériences de joie, de douleurs ont-ils vécu ? Autant de questions qui hantent le Père Fromenger, directeur légendaire du Séminaire, et son dévoué bras droit, le Père Bosco, lorsqu'ils accueillent José, Raphaël, Yann, Guillaume et Emmanuel dans leur nouveau monde. En partageant leurs espérances, leurs doutes, leurs épreuves quotidiennes, nous découvrons un monde fascinant, mystérieux, l’Eglise, qui nous mènera jusqu’au Vatican et ses coulisses politiques. Une plongée annoncée haletante, dans un univers secret.

 

Jean-Luc Bideau : "ça m’a beaucoup touché que Rodolphe Tissot, le réalisateur, pense à moi pour ce rôle. Ce personnage m’attirait et me permettait de m’éloigner de cette image de “déconneur” qui me colle à la peau depuis mes rôles dans Et la tendresse ? Bordel ! ou la série télé H. Moi qui ai horreur des castings, j’ai même accepté de lire un extrait du scénario pour décrocher le rôle. Dès le départ, je me suis senti très proche de cette aventure (...).

La dynamique du récit est assez moderne. Ainsi soient-ils est une série réalisée dans un style assez nouveau, pas du tout classique. Les jeunes séminaristes sont extrêmement bien choisis. On assiste à l’arrivée de ces garçons qui ne savent pas s’ils ont fait le bon choix entre, par exemple, devenir PDG d’une grosse entreprise ou devenir curé. Ils viennent de couches sociales très différentes et font face à des situations dramatiques. Les questions qui sont soulevées visent aussi les politiques qui n’arrivent pas à résoudre les problèmes de notre société. Et puis tous ces jeunes acteurs sont formidables."

 

A propos de son personnage, Jean-Luc Bideau dit que le père Fromenger est ambivalent dans la mesure où il ne dit pas clairement au clergé qu’il faut arrêter de dépenser pour les fastes de l’Église, que les priorités sont ailleurs. "Sa solution est de détourner de l’argent pour réparer le toit de son couvent. Le personnage est certes ambivalent mais, en même temps, il prend une voie qui me paraît importante et qui correspond aux critiques que l’on peut faire aujourd’hui du catholicisme et de sa hiérarchie".

 

Commenter cet article

charles 13/10/2012 10:40


Vivement que je trouve un moment pour regarder mon enregistrement de ces deux épisodes !