Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 01/02 7h14





HORS-SERIE.JPG


France 3 propose ce lundi soir à 20h35, face à une très grosse concurrence ( Star wars, FBI, Camping paradis) le documentaire inédit Couples en crise : face au tribunal. Un film de Amal Mogaïzel. Produit par Sunset Presse.


Cela commence souvent comme un rêve : on est deux, on va s'aimer, se faire confiance et fonder une famille pour la vie. Chaque année, 250 000 mariages sont célébrés en France, 150 000 Pacs sont signés et 800 000 naissances déclarées. Des bonheurs familiaux qui finissent parfois en miettes dans le cadre peu romantique des tribunaux.


Chaque année, 120 000 couples passent devant le juge aux affaires familiales, et quand la machine judiciaire pénètre dans la vie privée, le choc est violent.


Nous sommes au tribunal de grande instance de Bordeaux où l'équipe du film a passé plusieurs mois. Jour après jour, elle a suivi le travail de quatre magistrats. Les JAF comme on les appelle. Avec eux et sans eux, nous allons pénétrer dans l'intimité de Caroline et de Benoît, de Natacha et Mickaël, d'Etienne et Chantal, ou encore de Régis. Les divorces qui se passent bien seraient selon nos magistrats plus que minoritaires. Du coup, les juges doivent arbitrer une véritable guerre, dont on a du mal à imaginer qu'elle a pu débuter par une histoire d'amour.


La réalisatrice Amal Mogaïzel explique, à propos de son documentaire, que les juges aux affaires familiales sont de plus en plus sollicités dans des dossiers de séparation qui représentent 65 % des procédures instruites.
"Illustration au tribunal de Bordeaux dont chaque JAF reçoit quotidiennement une dizaine de couples désirant rompre leur union. Mais face aux rancœurs, aux passions, aux haines, voire aux cris et aux disputes des conjoints, comment ces magistrats peuvent-ils trancher, arbitrer quant à la garde des enfants, la pension alimentaire, le partage des biens ?
Comment l'appareil judiciaire, qui s‘appuie sur des textes et des procédures formatées, peut-il régler des problèmes d’ordre privé qui ne s'inscrivent pas dans le rationnel ? A travers ce documentaire, j’ai eu envie d’explorer ce choc des mondes et, surtout, de montrer la difficile mission des JAF, chargés de décider de l’avenir d’une famille qu’ils ne connaissent pas".


"Nous avons démarché plusieurs tribunaux d’instance. Obtenir un accord s’est avéré encore plus compliqué que lorsque je préparais le documentaire Cour d’assises : crimes et châtiments. Avec les affaires familiales, on pénètre dans l’intimité des gens, dans un quotidien hermétique. Il est plus difficile d’évoquer des histoires de famille que des faits divers et des crimes. Aux assises, les choses sont claires : il y a les victimes et les coupables. En matière d’affaires familiales, rien n’est tranché. Au palais de justice de Bordeaux — l’un des rares tribunaux à avoir accepté notre projet de documentaire —, à l’étage dédié aux affaires familiales, il règne une ambiance à couper au couteau tellement la tension et la nervosité y sont intenses et palpables".


"À partir des listes d’avocats aux affaires familiales de Bordeaux, nous avons contacté une centaine de couples. Une poignée d’entre eux ont donné leur accord, car il fallait qu'ils acceptent d’être suivis du début à la fin de la démarche, de chez eux jusqu’au bureau du juge et ce, quelle que soit l’issue de la procédure. Des moments graves d’une vie qui exigeaient de leur part courage et, de notre part, respect et discrétion. Je pense que ces couples utilisent la caméra comme un média, voire un médiateur pour s’avouer les choses, justifier leurs comportements."


Crédit photo (TCI Bordeaux) © Vincent Pacifico - Sunset Presse.




Commenter cet article