Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 25/09 6h22

image004.png

Aujourd'hui en France, près des trois quart des voitures neuves sont équipées de moteurs diesels : un record planétaire ! Selon l'Organisation mondiale de la Santé, les gaz d’échappements des diesels sont cancérigènes. Mais en France, « le diesel roi » n'est pas prêt d'être remis en cause, alors que la pollution de l'air cause plus de 40000 décès prématurés chaque année.

 

Diffusée ce mercredi 25 septembre à 22h35 sur France 2, dans le cadre du magazine Cash investigation présenté par Elise Lucet, une enquête d’une année, révèle, pourquoi, malgré des normes de pollution de plus en plus strictes, la France est toujours incapable de respecter ses engagements européens en la matière et risque des amendes record.

 

Aux côtés de scientifiques, enquête sur cette anomalie tricolore, qui empoisonne depuis des années l'air de nos villes à coup de particules fines et de dioxyde d'azote. Vous découvrirez également, par le biais de tests d'homologation automobile dévoyés, que les vrais chiffres de la pollution de nos voitures n'ont plus de rapport avec la réalité.

 

Les journalistes de Cash décrivent enfin la dramatique impasse française : le gasoil. Comment, pendant des décennies, les constructeurs tricolores ont investi massivement dans la technologie diesel, avec la bénédiction de l'Etat, en dépit des avertissements et des dangers sanitaires.

 

Produit par Premières Lignes.

Rédaction en chef : Laurent Richard et Jean-Pierre Canet.

Commenter cet article

helo 26/09/2013 00:10


La tournure de ce reportage est assez risible. Personne de suffisamment compétent parmi les journalistes pour oser comparer les avantages  respectifs de l'essence et du diesel, que ce soit
sur l'ensemble des polluants ou sur les rejets de gaz à effet de serre (avantage net du diesel sur ce sujet). Aucun mot sur les autres sources de pollution (chauffage, industries, agriculture)
atmosphérique, qui représentent en réalité la quasi totalité de la pollution. Bref, un reportage dans l'air du temps, sans aucun recul et mise en perspective sérieux. Et dire qu'on est sur la
télé publique, soi-disant d'un bon niveau. Qu'est-ce que ça aurait été sur des chaines à sensation ?!