Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 25/02 7h22

En mai 2000, Vladimir Poutine, ex-lieutenant colonel du KGB est élu président de la Russie, le plus grand pays du monde. En 2013, Vladimir Poutine toujours président de la Russie est élu l’homme le plus puissant du monde par le magazine libéral américain Forbes. 

 

Un film documentaire inédit, diffusé ce mardi à 22h50 sur France 2, nous parle de l’obsession d’un homme, d’un président qui, a lui tout seul veut incarner la puissance d’un empire. Sa volonté, chevillée au corps : se maintenir au pouvoir et gagner les élections présidentielles en 2018. A tout prix ?

 

Un film écrit et réalisé par Jean-Michel Carré.

 

POUTINEPOURTOUJOURS_preview.jpg

 

Pour éviter toute dérive autoritaire, la Constitution Russe post-soviétique prévoit des mandats présidentiels de quatre ans renouvelables une fois. Après huit ans à la tête de la Russie, Vladimir Poutine réussit un tour de passe-passe aussi ingénieux qu’inattendu en faisant élire un homme de confiance à la présidence, et en devenant lui-même Premier ministre. Cet homme de confiance, Dimitri Medvedev, a en outre l’avantage de représenter l’aile libérale du parti Russie Unie, et de porter un message de modernisation qui rassure les élites occidentales et permet d’attirer en Russie des investisseurs internationaux.

 

Après le succès relatif de ses premiers mois de présidence, le président Dimitri Medvedev se retrouve vite dans l’ombre de son Premier ministre. Lorsque la Géorgie bombarde une de ses provinces séparatiste et russophone, Dimitri Medvedev tarde à réagir et c’est Poutine qui endosse le rôle de chef de guerre. Quelques semaines plus tard, la crise financière mondiale décrédibilise dès le début de son mandat le discours libéral du nouveau président. Dès lors, son rôle va le conduire aussi à préparer le retour de Vladimir Poutine à la présidence. Dimitri Medvedev, ce juriste pourtant légaliste, amende la constitution, ouvrant la possibilité à son successeur d’enchaîner deux mandats de six ans.

 

C’est bien Vladimir Poutine, ex-lieutenant colonel du KGB, qui profitera de cette réforme constitutionnelle. Mais avant cela, il devra affronter la colère d’une opposition réduite à la portion congrue dans les urnes, mais de plus en plus virulente dans la rue. En mai 2012, il est de nouveau élu à la tête de la Russie. Il choisit Dimitri Medvedev pour Premier ministre. Cette fois, sa large victoire lui donne les coudées franches pour prendre sa revanche contre ses adversaires, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Tous ses opposants sont convoqués devant des juges, sous divers prétextes. Les Pussy Riot, le groupe féministe Punk qui avait bruyamment réclamé son départ à l’église du Christ Sauveur de Moscou, sont incarcérées. Les ONG de défense des droits de l’Homme sont mises sous contrôle de l’Etat. Sur le plan international, Vladimir Poutine parvient à éviter à la Syrie une intervention armée. Il s’oppose et se rapproche de la Chine pour contrer l’hégémonie américaine sur la politique mondiale et le marché de l’énergie.

 

Après ces nombreuses années à la tête de la Russie, Vladimir Poutine est considéré comme l’un des plus influents du monde. Fort de ce sentiment de puissance, il s’engage dans des chantiers pharaoniques. Ce sera à Sotchi, station balnéaire transformée en station de ski pour les jeux olympiques d’hiver de 2014. En 2018, la Russie organisera la coupe du monde de football. Mais alors que Vladimir Poutine investit des dizaines de milliards d’euros dans les stades et les patinoires, une jeunesse révoltée et avide de changement s’organise.

 

Crédit photo © Les films du grain de sable.

Commenter cet article