Inédit, ce soir : Titanic, la véritable histoire (racontée par Philippe Torreton).

 

TITANICLAVERITABLEHI_preview.jpg

 

TVNEWS telePour commémorer le 100e anniversaire du naufrage du Titanic, France 2 propose ce mardi 10 avril en première partie de soirée un documentaire anglais inédit qui raconte la véritable histoire d’une hécatombe.

 

Réalisé par Richard Dale. Produit par Dangerous Films et Handel Productions. Avec la participation de France Télévisions. Commentaires de Philippe Torreton.

 

Quand le Titanic coula lors de son voyage inaugural, 1 517 passagers et membres d’équipage périrent. Le navire a failli être sauvé par l’héroïsme de quelques-uns, mais certaines décisions abruptes du propriétaire de la compagnie ont accéléré son naufrage… Le film est basé sur les dernières recherches qui permettent d’expliquer au mieux la catastrophe. Son récit se construit sur les témoignages, souvent occultés, parfois contradictoires mais très révélateurs, que les survivants ont faits devant la commission d’enquête. Des témoignages de première main oubliés par l’histoire.

 

Le film met en plein jour le courage des "gueules noires", ces soutiers du Titanic qui n’avaient même pas le droit de rencontrer les passagers ; l’abnégation et la tendresse d’Elizabeth Dowdell, jeune nurse qui prit tous les risques pour sauver une enfant ; mais aussi les hésitations du capitaine qui précipitèrent le drame. Du fond des salles des machines aux cabines de première classe, l’eau était partout. Parfois, elle s’infiltrait, silencieusement, en cachette ; parfois elle submergeait tout, rugissante. En décrivant sa progression, ce film fascinant révèle avec précision comment le célèbre navire a coulé. Au coeur du Titanic, comme on ne l’avait pas encore été…

 

Des techniques de photographie spécialisées apportent un nouvel éclairage sur l’une des plus grandes catastrophes maritimes de l’histoire. Des caméras de vision nocturne révèlent un monde terrifiant à l’intérieur du Titanic plongé dans l’obscurité. Des effets spéciaux des plus modernes sont mis en oeuvre pour tenter de restituer au plus près la vérité du naufrage.

 

Richard Dale et l'équipe britannique de Dangerous Films sont réputés pour leurs docu-fictions exigeants et ambitieux (11 septembre : dans les tours jumelles, La véritable histoire de Barbe-noire le pirate, D-Day : leur jour le plus long, etc..

 

Ricahrd Dale :"En prenant le point de vue de l’eau et en montrant la manière dont elle s’est emparée du bateau, comme un monstre, on découvre de nombreux éléments inédits. Je n’avais jamais entendu parler du fait que parfois l’eau avait surgi des ponts supérieurs et était descendue par les escaliers ou qu’elle s’était frayée un chemin entre les planchers. Je ne savais pas qu’il aurait suffi que la chaufferie 5 reste sèche pour éviter le pire ; ni qu’il n’y avait aucun moyen efficace d’information aux passagers, ni que l’eau glacée avait rendu les rivets cassants comme du verre. Le bateau n’a pas coulé comme dans le film de James Cameron avec la poupe à la verticale, sauf dans les tous derniers instants. L’eau une fois à bord a rendu le paquebot lourd et instable de manière totalement imprévue, comme s’il avait été chargé d’une cargaison supplémentaire de 20 000 tonnes, et bien d’autres choses à découvrir dans le film… "

 

Crédit photo © Dangerous Films / Handel Prod / France téléviisons.

 

RETROUVEZ-NOUS SUR CE COMPTE TWITTER.

RETOUR PAGE D'ACCUEIL.

LISTE DES 40 DERNIERS ARTICLES.

Related Posts with Thumbnails 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
T
<br /> Ce documentaire est bourré d’approximations, de caricatures, de clichés, d’erreurs historiques, d’inventions, et de mensonges ! Honte à une chaîne relativement culturelle comme France 2 d’avoir<br /> osé diffusé ce documentaire qui n’a de documentaire que le nom : même le film Titanic de 1943, œuvre de la propagande Nazie, a l’air mieux à côté de ça !!<br />
Répondre
D
Absolument d'accord. Manifestement Monsieur Dale n'a lu aucun des ouvrages qui font autorité sur le sujet et n'a retenu qu'une narration événementielle sans intérêt. Où on confond allègrement babord ("port") et tribord ("starboard") dans un commentaire français où s'est fourvoyé le par ailleurs excellent Philippe Torreton. Dommage, ce doc est une montagne qui accouche d'une souri !!!