Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A voir ce 29 novembre : Poussière mortelle, le grand procès de l'amiante.

 

amiante-chronique-d-un-crime-social-bd-volume-1-simple-2444.gif

 

L’amiante n’en finit pas de tuer. Tournée en Italie, au Brésil et en Inde, une enquête remarquable plonge au coeur d’une catastrophe industrielle et raconte son procès historique à Turin : à voir ce mardi 29 novembre à 20h40 sur ARTE. Un procès dont le verdict est attendu pour la fin de l’année 2011 et auquel fait écho celui qui s’est ouvert à Bruxelles le 24 octobre dernier.

 

Poussière mortelle, le grand procès de l'amiante est un documentaire inédit de Niccolò Bruna et Andrea Prandstraller.

 

Pendant des décennies, Monferrato Casale, ville piémontaise, a vécu sous l’emprise de l’amiante. Dans l’immense usine Eternit, spécialisée dans la fabrication de fibrociment, les ouvriers manipulaient ce minéral toxique sans protection. Le soir, ils ramenaient dans leur famille un bleu de travail couvert de poussière blanche. Constellée de morceaux de fibrociment fournis par l’entreprise, qui garnissaient les toitures ou les murs des maisons, la ville entière respirait un air vicié. L’usine a fermé en 1986, mais l’amiante continue ses ravages. En respirant ses fibres minuscules, on risque en effet deux maladies mortelles : l’asbestose, qui tue par étouffement, et le mésothéliome, cancer de la plèvre qui se déclare parfois trente ans après.

 

Grâce à la ténacité de simples citoyens et du procureur Raffaele Guariniello, le plus grand procès pénal jamais intenté en Europe pour une catastrophe environnementale s’est ouvert à Turin, en 2009. Pour la première fois, ce sont les propriétaires de la multinationale eux-mêmes – le Suisse Stephan Schmidheiny et le Belge Jean-Louis de Cartier de Marchienne – et non pas les responsables locaux, qui ont dû répondre de la mort d’environ 3 000 personnes, à Casale et ailleurs. Cette procédure de grande ampleur constitue l’ossature du film.

 

Les réalisateurs en montrent les coulisses, les comparutions clés et les témoignages poignants. Il suit aussi le parcours de Luisa Minazzi, directrice d’école de Casale, militante anti-amiante, qui, depuis 2006, lutte avec vaillance contre le mésothéliome dont elle est atteinte. Le film enquête aussi en Inde ou au Brésil où l’amiante continue d’être produite et commercialisée, parfois au mépris de la légalité. Sur le mode du cinéma direct, il capte la réalité d’un drame industriel qui perdure, donnant chair à une enquête très complète. Le film observe avec une profonde humanité les simples citoyens pris dans cet étau, recueillant leur témoignage, captant les gestes quotidiens, les moments de convivialité – les repas partagés, la chorale qui redonne le moral –, émouvant hommage à leur combat et à l’instinct de vie.

 

Un débat suivra la diffusion de ce film documentaire.

 

RETROUVEZ-NOUS SUR CE COMPTE TWITTER.

RETOUR PAGE D'ACCUEIL.

LISTE DES 40 DERNIERS ARTICLES.

Related Posts with Thumbnails 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article