Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 13/11 15h20

 

dernier-choix.jpg

Au coeur d’enjeux médicaux, philosophiques, juridiques et politiques, la question de l’euthanasie soulève régulièrement la polémique en France, où elle reste interdite. Après la diffusion du Dernier Choix, un documentaire en deux parties, Carole Gaessler ouvrira le débat pendant quarante minutes en direct dans Le Monde en face : soirée spéciale mardi 4 décembre, dès 20h40 sur France 5.

 

Les témoignages de personnes atteintes de pathologies graves et incurables réclamant par voie de presse le droit de « mourir dans la dignité » interpellent périodiquement l’opinion publique française. Dans un pays où l’euthanasie demeure interdite et malgré les avancées apportées par la loi Leonetti d’avril 2005, la problématique est plus que jamais d’actualité.

 

Avec cette soirée du Monde en face, France 5 entend donner aux téléspectateurs les clés pour mieux comprendre les enjeux de l’euthanasie. Décryptant les notions de refus d’acharnement thérapeutique et d’aide active à mourir, de dignité et de liberté, le documentaire d’Annick Redolfi, Le Dernier Choix, aborde, en deux volets, la question de la fin de vie au travers des parcours de femmes et d’hommes qui, touchés par des maladies sévèrement handicapantes et à l’issue fatale, ont clairement décidé de programmer le moment de leur mort.

 

Intitulée J’aime la vie, mon corps ne l’aime plus, la première partie s’intéresse à la situation en France, présente les cas de personnes qui se posent la question de l’euthanasie et fait le point sur la législation en vigueur ainsi que sur ses défaillances. Je quitte mon corps, la seconde partie, analyse les pratiques en Belgique et aux Pays-Bas, où l’euthanasie est autorisée, et en Suisse, qui permet le seul suicide assisté. Elle étudie les conditions légales pour avoir recours à une aide active à mourir dans ces pays, les modalités pratiques (médicales et légales) et les tendances sociales et politiques de ces lois. Elle interroge sur les implications collectives de ces tendances et les enjeux présents et futurs de ces choix de société.

 

Auteure-réalisatrice Annick Redolfi.

Une production Piments Pourpres Productions, avec la participation de France Télévisions.

 

Annick Redolfi : "J’ai rencontré des personnes admirables de courage face à la souffrance endurée, des médecins respectueux de leurs patients et confrontés à des décisions difficiles à prendre. C’est éprouvant de réaliser un documentaire qui touche à la mort, car il nous confronte aussi à la nôtre et à celle de nos proches. Je me suis demandée comment j’allais faire émotionnellement face à la souffrance, mais aussi comment j’allais en rendre compte sans voyeurisme. Heureusement, filmer est un travail collectif. Le travail d’équipe à chaque étape avec le producteur Michel Mouthuy, le chef opérateur Philippe Roussilhe, la chef monteuse Annick Hurst, ainsi que le regard et les retours toujours constructifs d’Hervé Guérin tout au long de ce processus de fabrication ont été essentiels et ont permis d’alléger le « fardeau ».".

 

PAGE D'ACCUEIL.

LES 40 DERNIERS ARTICLES.

RETROUVEZ NOUS SUR CE COMPTE TWITTER.

Related Posts with Thumbnails

Commenter cet article