Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 07/11 11h45

 

ZAMBIE_A_QUI_PROFI_preview.jpg

 

TVNEWS teleLe documentaire Zambie, à qui profite le cuivre ? a reçu la Mention Spéciale du Jury dans la catégorie Meilleur Programme Européen d’Investigation lors du 26ème Prix Europa qui s’est déroulé à Berlin. Ce documentaire réalisé par Alice Odiot et Audrey Gallet produit par Yami 2 avait déjà reçu le prix Albert Londres 2012.

 

La population zambienne, victime de la contamination par l’une des plus grandes réserves de cuivre africaines, a décidé de s’attaquer à la multinationale qui l’exploite et en retire tous les bénéfices. Après deux ans d’enquête, ce film documentaire, diffusé l'an dernier sur France 5, permet de comprendre un processus de pillage des matières premières d’un pays du Sud par une multinationale.

 

(Rappel) Par Anne-Laure Fournier :

A Mufulira, ville zambienne où se trouve la plus grande fonderie d’Afrique, les habitants souffrent de problèmes pulmonaires, de peau et sont victimes de cancers. Car les cheminées de la mine Mopani rejettent dans l’air du dioxyde de soufre, un gaz toxique, et le processus d’extraction du cuivre entraîne une pollution des sols et de l’eau par l’acide sulfurique. Ce n’est pas le seul problème auquel sont confrontées ces familles. Depuis que la multinationale a licencié trois mille des mineurs qui travaillaient pour elle depuis des années, le chômage ronge le quotidien. Pourtant, Glencore, la première société de négoce de matières premières au monde, a doublé sa production, tandis que le cours du cuivre a quintuplé en dix ans.

L’économiste zambien Savior Mwambwa dirige une ONG qui traque la fuite des capitaux d’Afrique. En 2007, il découvre les accords secrets signés entre le gouvernement zambien et les multinationales : « Ces accords permettent aux compagnies minières d’avoir le minimum de responsabilités sociales et environnementales, et de taxes. » Mais ce n’est pas tout : grâce à un montage complexe de filiales dans le monde entier, toute trace de bénéfice est effacée dans les paradis fiscaux, comme la Suisse où se trouve le siège de Glencore. Son fondateur, Marc Rich, fut jadis condamné à 325 années de prison aux Etats-Unis pour corruption, évasion fiscale et commerce avec l’ennemi, avant d’être amnistié par Clinton. Avec l’aide d’une ONG française, Savior a décidé de faire condamner Glencore et mobilise la population de Mufulira. Au cours de l’enquête, ils découvrent que la Banque européenne d’investissement a accordé à Glencore, en 2005, un prêt au titre de l'aide au développement de l'Afrique de 48 millions d’euros ! La députée européenne Eva Joly dénonce le scandale : « Je pense que, dans quelques décennies, nous allons regarder cela avec les mêmes yeux que nous regardions la colonisation ou l’esclavage. » Même si le combat de Savior et de ceux qu’il défend est celui de David contre Goliath, en avril 2011, un procès est ouvert par cinq ONG à l’encontre de Glencore pour violation des principes de l’OCDE…

 

Crédit photo © Audrey Gallet - Yami 2.

 

PAGE D'ACCUEIL.

LES 40 DERNIERS ARTICLES.

RETROUVEZ NOUS SUR CE COMPTE TWITTER.

Related Posts with Thumbnails

Commenter cet article