Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 18/05

 

HORS-SERIE__preview-copie-1.jpg

 

Après « Du poison dans l'eau du robinet » (France 3, 2010), son enquête sur l'eau polluée qui lui a valu en mars dernier le prix de l'Investigation au FIGRA (Festival international du grand reportage d'actualité et du documentaire de société), Sophie Le Gall s'attaque cette fois à la plus puissante des industries, celle qui possède l'ensemble des canaux de communication, l'industrie de la téléphonie mobile. A voir ce mercredi 18 mai à 20h35 sur France 3.

 

Interview de Sophie Le Gall, par Noëlle Corbefin :

 

"Tout au long de ce 90 minutes, la question des dangers sanitaires potentiels des ondes magnétiques sur notre santé est posée. Nous avons rencontré bon nombre de chercheurs qui nous ont expliqué avoir effectivement trouvé des effets, et que, bien souvent, notamment chez les chercheurs français, certains n’ont pas pu continuer pour cause de budgets non renouvelés, ou ont été dans l’impossibilité de publier leurs recherches. On se rend compte qu’il y a une vraie difficulté, parfois, pour les chercheurs à travailler de manière indépendante, surtout dans ces domaines-là. C’est un premier aspect du documentaire.

L’autre aspect concerne les normes sanitaires qui sont censées nous protéger contre les effets des rayonnements (ces normes sont les mêmes dans tous les pays européens) : à savoir, comment ont-elles été décidées et de quoi nous protègent-elles réellement ? Et puis, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui se battent localement ou s’interrogent sur les effets des antennes-relais, par exemple pour ceux qui se sont retrouvés à proximité. Je pense notamment à une dame qui a constaté une hécatombe dans sa basse-cour après l'installation d’une antenne-relais.

 

Au début du documentaire, nous posons le cadre des pollutions domestiques. En compagnie d’un ingénieur d’un labo indépendant, nous avons visité un appartement typique des constructions et aménagements d’aujourd’hui, et l’on se rend compte que nous vivons tous dans un bain d’ondes, sans forcément le savoir ou en identifier les sources : micro-ondes, babyphone, téléphone sans fil fixe, bornes wi-fi… Tout un éventail d’ondes envahissent désormais notre quotidien. Dans cette séquence, on identifie chacune des sources qui peuvent nous exposer, avec des conseils pratiques quant à ces expositions. Ces ondes sont quantifiées à l’aide de sondes isotropiques, qui mesurent la quantité d’ondes dégagées par un micro-ondes par exemple si l’on est devant, ou d’un téléphone sans fil fixe. On constate que des enfants qui jouent à proximité d’une borne wi-fi et d’un téléphone sans fil peuvent être exposés, de même qu’avec les téléphonesl portables, évidemment. Tout cela, on peut le mesurer. Ces appareils ont des normes et restent dans les normes, mais celles-ci nous protègent-elles réellement ?… c’est tout le questionnement. Ainsi, si votre borne wi-fi est placée dans un endroit isolé de votre appartement, ça ne posera pas un problème majeur, en revanche, si elle est à coté du canapé où vous passez du temps, c’est beaucoup plus embêtant. La difficulté principale, c’est que nous vivons dans des appartements remplis d’appareils qui émettent des ondes et que nous sommes donc de plus en plus exposés.

 

Ensuite, nous nous intéressons au téléphone portable. On peut constater qu’il existe un discours assez flou des autorités sanitaires, qui reconnaissent qu’il peut y avoir risque, mais, disent-ils, comme on ne sait pas encore vraiment, il est inutile d’affoler les consommateurs, etc. Mais lorsque l’on interroge des experts et des chercheurs, un bon nombre d’entre eux ont effectivement trouvé des effets. C’est donc intéressant de constater le décalage entre le discours officiel globalement assez rassurant et qui est avant tout un discours de précaution (utiliser des oreillettes, éviter d’avoir de trop longues conversations téléphoniques, éviter d’exposer les enfants, etc.) et les réponses des chercheurs. Que ce soit à propos des effets biologiques sur les animaux, ou des études épidémiologiques menées sur de gros consommateurs du téléphone portable, cet expert suédois que nous avons filmé nous explique très clairement qu’être exposé à son téléphone portable, pendant dix ans à raison d’une heure par jour, multiplie par deux les risques de certaines tumeurs cérébrales. Il y a donc des chercheurs qui ont répertorié des effets et les ont quantifiés. "

 

Crédit photo © Ligne de mire production.

 

RETOUR PAGE D'ACCUEIL.

LES 40 DERNIERS ARTICLES EN LIGNE

Related Posts with Thumbnails 

Commenter cet article