Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 28/10 14h36

 

19726649.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20110428_103322.jpg

 

Après une première saison diffusée au printemps dernier, et pour la première fois en clair, D17 diffusera l’intégrale de la saison 2 de « PRETTY LITTLE LIARS » dès le vendredi 22 novembre à 20h50. Trois épisodes à la suite.

 

"A mi-chemin entre Gossip Girl et Desperate Housewives, cette série se passe à Rosewood, parfaite petite ville qui cache un grand nombre de secrets. Après le final explosif de la saison 1, nous retrouvons nos 4 héroïnes Spencer, Hanna, Aria et Emily faisant à nouveau face à d’étranges phénomènes. En effet le corps de Ian a disparu et rien ne prouve qu’il est mort. Dans cette seconde saison, on cherche toujours l'identité du tueur (de la tueuse ? des tueurs ?) d'Alison. Les filles en seront suspectées et deviendront désormais les filles les plus détestées de la petite ville de Rosewood… Mystères, mensonges, scandales, trahisons et intrigues jalonnent l’histoire de cette série à suspense adaptée de la série de romans éponymes de Sara Shepard (« Les menteuses » en français)."

 

Saison 2 : 25 x 45 mn.

Série créée par Marlene King.

Avec Troian Bellisario (Spencer Hastings), Ashley Benson (Hanna Marin), Holly Marie Combs (Ella Montgomery), Lucy Kate Hale (Aria Montgomery.

 

Le début de la saison 2 : Le corps de Ian a disparu, rien ne prouve qu'il est bien mort. Aria, Emily, Hanna et Spencer ont alors beaucoup d’explications à donner à la police comme à leurs parents. Elles sont maintenant toutes les quatre suspectées pour le meurtre d’Alison. Après s’être réunis, leurs parents les envoient consulter un thérapeute. Mais même dans ce cadre de confiance, les quatre filles se demandent si elles pourront enfin parler de A à cette thérapeute. Elles sont aussi bousculées dans leur vie amoureuse : le père de Spencer lui interdit de revoir Toby, Aria décide de prendre ses distances par rapport à Ezra, et Caleb est de retour dans la vie d’Hanna.

Commenter cet article