Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Soirées Summer of soul sur Arte : Mohamed Ali à l'honneur ce 28 juillet.

Ali_preview.jpg

 

Mohamed Ali, né Cassius Clay, s’est frayé aux poings et à l’instinct un chemin dans la légende. De la fiction à la réalité, la troisième soirée Summer of soul sera centrée, ce dimanche 28 juillet sur ARTE, autour du héros des années Black power, rythmée par les grandes voix de la soul qui ont accompagné sa gloire.

 

20.45 ALI

1964, Miami. Cassius Clay, 22 ans, devient champion du monde de boxe poids lourds contre le tenant du titre, Sonny Liston. Beau parleur, beau gosse, fulgurant sur le ring, il devient instantanément une star dont l’aura déborde la rubrique sportive. Mais alors que la ségrégation raciale est en vigueur pour quelques mois encore, il révulse une partie de l’Amérique blanche en se convertissant à l’islam et en proclamant son refus de porter un nom hérité de l’esclavage pour adopter celui de Mohamed Ali...

Icône aux pieds d’argile Avec son sens de la mise en scène et son souci maniaque du détail véridique, Michael Mann s’attache à montrer, en creux, la solitude et la vulnérabilité d’un homme que son éblouissant art du combat et sa fidélité à ses idéaux ont consacré icône mondiale. Rythmée par de trépidantes musiques soul, interprétée avec finesse, son évocation de ce qui fut l’âge d’or du boxeur est voilée de mystère et de mélancolie.

Film de Michael Mann (États-Unis, 2002, 2h30mn, VF/VOSTF). Scénario : Stephen J. Rivele, Christopher Wilkinson . Avec : Will Smith (Cassius Clay/ Mohamed Ali), Jamie Foxx (Drew “Bundini” Brown), Jon Voight (Howard Cosell), Mario Van Peebles (Malcolm X).

 

23.15 WHEN WE WERE KINGS

Montée vingt-deux ans après son tournage, l’épopée hallucinée du match Ali-Foreman au Zaïre.

En 1974, un producteur de combats de boxe aussi audacieux que vénal, Don King, convainc le dictateur zaïrois Mobutu de financer et d’accueillir à Kinshasa ce qui sera le premier “match du siècle” organisé en Afrique, précédé de trois jours de concert avec les grands noms de la soul (James Brown, B.B. King...). À l’affiche, le boxeur le plus médiatique de la planète, Mohamed Ali, 32 ans, qui clame avoir été privé de son titre de champion de monde par le retrait de sa licence, de 1967 à 1970, suite à son refus de combattre au Viêtnam ; et le tenant du titre, George Foreman, 25 ans, un cogneur colossal jusque-là invaincu

Arrivé à Kinshasa pour tourner un documentaire en partie musical, Leon Gast décide de rester quand le match est reporté de cinq semaines, suite à une blessure de Foreman. Il filme ainsi près de 200 heures de rushes, aux premières loges d’un événement qui ressemble, avec le recul du temps, à un scénario d’une richesse foisonnante servi par un casting de titans. Faute de moyens, le film restera plus de vingt ans dans les tiroirs. Un témoignage inégalé sur Mohamed Ali, et sur l’immense espoir de changement qu’il a représenté.

Oscar 1997 du meilleur documentaire

Documentaire de Leon Gast (États-Unis, 1974/1996, 1h29mn, VF/VOSTF)

 

00.35 Toisième épisode de Palace of soul - Les années “Soul train”. 

 

Crédit photo © Columbia Pictures.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article