Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Spartacus Vengeance, diffusion française dès ce dimanche.

 

spartacus-vengeance-serie-creee-en-2010-avec-liam-mcintyre-.jpg

 

TVNEWS tele

La nouvelle saison de Spartacus : Vengeance, où la lutte reprend de plus belle entre les gladiateurs et les soldats romains, sera à découvrir dès ce dimanche 27 mai à 20h40 sur la chaîne Orange ciné choc (signalétique CSA : déconseillé aux moins de 16 ans). Deux épisodes à la suite.

 

La rébellion de Spartacus a porté ses fruits ! Il est maintenant libre, mais avant de penser à venger la mort de sa femme, il doit d’abord assurer la survie de ceux qui ont fui avec lui l’école de gladiateurs de Capoue. Crixus est à la recherche de Naevia, Doctore reprend l’identité de Oenomaus mais ne sait plus vers qui se tourner, et Gannicus (le héros de la mini-série « prequel » Les Dieux de l’Arène) est de retour, tandis que le machiavélique Ashur n’a comme seul but que son enrichissement personnel. Même si la cohésion est difficile à maintenir, Spartacus et Crixus vont mener de redoutables attaques contre l’Empire Romain, tandis que toute personne qui portera aide aux rebelles sera condamnée à la crucifixion.

 

Le début de saison : Le groupe de gladiateurs qui s’est échappé de l’école dirigée par Batiatus se cache dans les environs de Capoue et s’en prend à des détachements de l’armée romaine pour assurer sa survie. Spartacus prend la tête de la petite troupe. L’annonce que le Sénat romain dépêche Gaius Claudius Glaber dans la région, pour en finir avec les trublions, offre à Spartacus l’occasion de se venger de l’homme qui a jeté sa femme dans les liens de l’esclavage et qui en est morte. Mais la poursuite de ses buts personnels est-elle bien compatible avec le salut de ses compagnons d’arme ?

 


 

 

RETROUVEZ-NOUS SUR CE COMPTE TWITTER.

RETOUR PAGE D'ACCUEIL.

LISTE DES 40 DERNIERS ARTICLES.

Related Posts with Thumbnails 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article
C

Game of Thrones, c'est plutôt le Moyen-Age, en particulier du fait de la présence de la Féodalité ( absente de l"Antiquité bien plus " sans foi ni loi " ), mais aussi de la mise et de
l'armement des différents protagonistes, c'est une série que j'adore et qui, pour moi, est réhaussée par la présence de la britannique ( Les Bermudes ), Lena " no mercy " Headey, dont j'avais mal
vécu l'arrêt de la série, Terminator, les chroniques de Sarah Connor et que je suis ravi de retrouver dans le rôle de Cersei Lannister !


Pour Rome, c'est une des deux séries, à l'époque, dont j'avais acheté l'intégral _ l'autre, Suspect n°1 ( Prime suspect ) _ avant même X-Files ou OZ,
c'est dire à quel point cette oeuvre m'a vraiment emballée ...
Répondre
M

Si on aime pas, ce n'est pas forcément de l'élitisme ... Game of Thrones et Rome sont aussi des séries très violentes et portées sur le sexe, mais je trouve qu'elles sont d'un autre niveau que
Spartacus. Il est vrai qu'elles n'avaient pas la même ambition (là, c'est de l'élitisme ;-))


Oui l'antiquité romaine était très violente et le sexe présent, mais dans cette série, il y a une surexposition, et c'est volontaire de la part des créateurs de la série.
Répondre
C

C'est donc raccord avec ce que je dis plus haut sur la branchitude qui ne parle que d'une seule voix !


Sinon, l'Antiquité romaine, et plus encore le monde des gladiateurs, était largement ausi violent et sexué ...
Répondre
M

A l'inverse, je n'ai pas pu supporté 2 épisodes de cette série, c'est cheap et gratuitement violent.


Il y a aussi plus de cul dans cette série que dans un film érotique de M6, mais c'est pas le truc qui m'a le plus dérangé ;-)
Répondre
C

Ok, bizarrement, si on m'a procuré la Saison 1 de Blood and Sand et le one-shot, Gods of the Arena, je n'ai pas vu cette seconde saison de B & S, donc bonne
nouvelle pour moi, car, à l'inverse de la branchitude, cette fiction m'a bien botté !
Répondre