Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par François 06/03 11h00





LOUISE-MICHEL.JPG


Téléfilm français inédit ce samedi à 20h35 sur France 3, "Louise Michel". Réalisation : Solveig Anspach. Avec Sylvie Testud (Louise Michel), Nathalie Boutefeu (Nathalie Lemel), Alexandre Steiger (Charles Malato), Bernard Blancan (Henri Rochefort), Augustin Watreng (Daoumi), Eric Caruso (Grippart), Jean-Paul Smadja (Gauthier de la Richerie), Pierre Deladonchamps (Henri Bauer), Coralie André (Adèle Desfossés), Magali Vuillemot (Marie Schmidt), Anne Marquis (Lucie Leblanc), Jean-Luc Gaget (Père Bénart), Victor Schlegel (Philippe Leblanc).


Louise Michel est une femme, une révoltée, une communarde. Tout le monde connaît son nom : nul ne sait rien d'elle. Elle a été condamnée pour avoir porté les armes contre les troupes de Bismarck puis celles de Versailles. Après son incarcération dans la forteresse de Rochefort, Louise est déportée en 1873, avec des milliers d'autres révolutionnaires, sur la lointaine... Nouvelle-Calédonie.


Pendant ce temps, à Paris, infatigable mais isolé, le jeune parlementaire Georges Clémenceau se bat pour arracher l'amnistie des Communards.


Institutrice, proche de Victor Hugo, Louise va se révéler, en déportation, une incroyable animatrice, une résistante exemplaire. Tous les hommes l'admirent. Non seulement elle raffermit le courage de ses camarades de détention, mais encore elle se lie aux habitants de l'île, les Kanaks. Elle leur enseigne le français, découvre leurs coutumes, leur identité. Son anarchie n'est pas idéologique, mais un comportement moral, un obstiné refus de l'injustice et des discriminations.
Elle terminera sa détention en enseignant, la journée, aux enfants caldoches, et en cours du soir, aux enfants kanaks, dans une école à Nouméa.


À Paris comme à Nouméa, l'histoire de Louise, c'est celle d'une rebelle.


Sandrine Testud : "
Comme nous tous, je connaissais le rôle phare de Louise durant la Commune de Paris. J’ignorais, en revanche, cette période de bannissement aux antipodes. Elle avait d’ailleurs réclamé qu’on la fusille, pour ne pas être confrontée à l’exil et au bagne. Aborder cet épisode méconnu de son parcours m’a passionnée. J’avoue que si le film avait porté sur Louise Michel la revendicatrice, je n’aurais sans doute pas accepté. Les idéologies me paraissent souvent complexes à interpréter, et les contestataires jusqu’au-boutistes ont tendance à m’effrayer. Mais, en déportation, Louise va se révéler une incroyable et courageuse résistante, prenant la tête des autres exilés, veillant sur eux, et, surtout, nouant un lien inédit — invraisemblable pour cette époque ! — avec les Kanaks. Louise embrasse littéralement cette nouvelle culture, prenant aussi position contre l’ordre colonial. A travers cet échange bienveillant avec les Kanaks, on découvre chez Louise des pulsions humaines marquant sa générosité et sa grandeur, et qui tranchent avec la violence dont elle est aussi capable. Louise Michel n’est plus seulement un personnage de l’histoire ; elle devient une héroïne".



Crédit photo © Charlotte SCHOUSBOE / FTV.





Commenter cet article

ema2100 06/03/2010 17:06


Sylvie Testud est à la fois belle et talentueuse,
elle mérite de jouer dans des films plus souvent. 


ema2100