Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 23/12 14h42

Carambolages_preview.jpg

 

Soirée spéciale ce lundi 23 décembre 2013 sur ARTE : Louis de Funès mène son petit monde à la baguette dans Carambolages, puis révèle l’étendue de son talent dans un attachant portrait. Documentaire inédit de Gregory Monro et Catherine Benazeth (France, 2013, 1h22mn) .

 

Trente ans après sa mort, Louis de Funès reste l’un des acteurs préférés des Français. Quel est le secret de ce succès qui dépasse largement l’Hexagone ? Comment l’engouement se perpétue-t-il à travers les générations ? Fils d’immigrés espagnols, il a longtemps couru le cachet avant de connaître une célébrité fulgurante en 1964. Il sera boudé par la critique qui lui préférait Jacques Tati, mais le réhabilitera sur le tard. À travers les témoignages admiratifs, et parfois émus, d’Alexandre Astier, de Jamel Debbouze et de Guillaume Gallienne, on comprend à quel point il a marqué et inspiré les acteurs et humoristes d’aujourd’hui. “Dès la première grimace, j’étais amoureux de de Funès”, confie Jamel. En fins connaisseurs, ils décortiquent la mécanique de son talent, secondés par le biographe Bertrand Dicale, l’historien Jean-Baptiste Thorel, l’écrivain Valère Novarina, le pédopsychiatre Marcel Rufo, des compagnons de route comme Mylène Demongeot ou Claude Zidi.

 

Le personnage tyrannique au bord de l’apoplexie mis au point par Louis de Funès film après film s’enracine dans la commedia dell’arte. Il s’inspire de l’affreux Polichinelle, celui qui empêche les jeunes premiers de se marier. Mais par sa vitalité et son talent, il est parvenu à faire aimer une figure a priori antipathique. “C’est son impuissance à faire le mal qui fait de lui beaucoup plus qu’un ami”, analyse Bertrand Dicale. Comédien ultra-expressif, il puisait ses mimiques chez les oiseaux et chez sa mère, “professeur de comédie à son insu”. Ancien pianiste de bar, doté d’un sens du rythme diabolique, Louis de Funès séduit aussi par la rapidité et le volume de son jeu : toujours juste, il n’a pas peur d’en faire trop, et ne cesse de prendre de court ses interlocuteurs. “Regarder de Funès jouer, résume Alexandre Astier, c’est dévaler un escalier sur les fesses.

 

Un portrait fin et réjouissant de l’acteur d’Oscar, Hibernatus, Fantomas se déchaîne ou du Grand restaurant, dont les extraits ponctuent agréablement le documentaire.

 

 

Crédit photo film Carambolages © DR.

Commenter cet article