Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 24/04 11h35

Ce soir dans Complément d'Enquête : Bernard Arnault, l'homme qui valait 30 milliards.

Ses marques sont mondialement connues. Dior, Vuitton, Sephora, Moët & Chandon, Guerlain... Mais pour le grand public, il reste un inconnu. L'homme le plus riche de France cultive l'austérité et la discrétion. C'est pourtant lui qui, le premier, a sorti le luxe de son cocon artisanal pour en faire un business planétaire. Lui qui a fait du "made in France" une valeur marchande.

Avec quelles recettes ? Quels succès et quels revers ? Réponse dans un Complément d'Enquête de 52 minutes sur le plus secret des milliardaires. Ce jeudi à 22h20 sur France 2.

Qui aurait cru au départ que ce jeune homme timide, fils d'un entrepreneur de travaux publics à Roubaix, deviendrait l'ambassadeur du savoir-faire français dans le monde ? Quand il sort de Polytechnique en 1969, rien n'indique que Bernard Arnault va devenir le roi du luxe. Il commence par reprendre la société de son père pour en faire sa première marque, le promoteur Férinel. Comment s'est-il ensuite imposé dans le secteur de la haute couture et des parfums, où il était un parfait inconnu ? Comment, a-t-il dépoussiéré Dior en recrutant, contre l'avis de tous, le sulfureux John Galliano ? Des proches, d'anciens employés, des créateurs racontent l'homme, sa méthode, ses passions, ses faiblesses aussi.

Quarante ans plus tard, Bernard Arnault pèse 30 milliards d'Euros, il est devenu l'un des hommes les plus puissants de la planète, courtisé par les stars et les chefs d'Etats. Mais cette réussite ne lui procure pas que des avantages: comment a-t-il vécu la polémique qu'il a déclenchée en 2012, en tentant d'obtenir la nationalité belge ? Alors que l'industrie se mondialise, peut-il rester compétitif sans délocaliser ?

Pour ce Document de Complément, Bernard Arnault a exceptionnellement accepté la présence de caméras, de Paris à Singapour, des ateliers Vuitton à sa fondation d'art contemporain. Une enquête de Tristan WALECKX.

Crédit photo © Christophe Russeil.

Commenter cet article

kerloc'h Gaelle 24/04/2014 22:57

Allez vous parler de ces riches et cruels créateurs et acheteurs richissimes qui se foutent complètement des conditions d'élevage et d'abatage des pauvres animaux dont on prélève la fourrure?

kerloc'h Gaelle 24/04/2014 22:53

bonjour messieurs dames de complément d’enquête. Vous êtes en train de diffuser un reportage sur Dior /Vuitton, allez vous parler des conditions d'élevage et d'abatages des pauvres animaux qui font la fortune de ces cruels riches créateurs et acheteurs de fourrures?

Gaelle Kerloc'h