Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 05/12 14h05

L'enquête à voir ce soir : Crime et châtiment, l'affaire Manuela Gonzalez.

Un très bon magazine, lit-on dans Le Parisien ce lundi. Une enquête fouillée, passionnante et bien racontée, selon Télé Câble Sat qui accorde 4 étoiles à Crime et châtiment.

France 3 diffuse ce lundi 5 décembre à 20h55 le deuxième numéro de ce programme de et avec Christophe Hondelatte. Initialement prévu il y a deux semaines, il a été remplacé peu avant par un document sur Emmanuel Macron suite à sa candidature à la Présidentielle.

L'audience du premier numéro avait été décevante, mais ce rendez-vous, qui nécessite des mois de travail, mérite que l'on s'y attarde et que le diffuseur lui laisse du temps

L'enquête à voir ce soir : Crime et châtiment, l'affaire Manuela Gonzalez.

Dans cette nouvelle collection, Christophe Hondelatte suit, au jour le jour, un procès en appel et donne tous les éléments pour apprécier par soi-même, jusqu’au verdict, les tenants et les aboutissants de cette affaire.

Ce soir, nous plongerons au cœur de l’affaire Manuela Gonzalez Cano. Un documentaire inédit dont les auteurs sont Christophe Hondelatte & Imen Ghouali. Réalisation : Imen Ghouali & Christophe Maillet.

Manuela Gonzalez est une femme chaleureuse, charismatique, séduisante et séductrice. Mais, en 2009, elle est accusée d’avoir assassiné son mari, Daniel Cano, décédé dans l’incendie de sa voiture. Un drame qui vient après d’autres péripéties, qui ont jalonnées sa vie : son premier compagnon a échappé à la mort de justesse ; le second idem ; les deux suivants sont morts dans des circonstances étranges, pour lesquelles elle n’a pas été poursuivie.

Renvoyée devant la cour d’assises de Grenoble en avril 2014, pour l’assassinat de Daniel Cano, Manuela Gonzalez Cano est condamnée à 30 ans de réclusion. Elle a aussitôt fait appel de cette décision. Elle est rejugée en avril 2016 par la cour d’assises d’appel de la Drôme. Elle comparait libre à ce procès, après une décision de la Cour Européenne des Droits de l’Homme qui a considéré que la justice française ne l’avait pas rejugée dans des délais raisonnables. A l’occasion de ce procès, une heure avant le verdict, elle a accordé un entretien à Christophe Hondelatte.

Crédit illustrations © Morgane Prod.

Commenter cet article