Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce mercredi sur France 3, La Police de Vichy retrace les années noires de la police française.

Ce mercredi sur France 3, La Police de Vichy retrace les années noires de la police française.

Ce mercredi 19 septembre à 20h55, France 3 propose le film documentaire La Police de Vichy  De David Korn-Brzoza et Laurent Joly.

Ce dernier est directeur de recherche au CNRS (Centre de recherches historiques, EHESS, Paris). La diffusion du documentaire coïncide avec la parution de son livre "L'Etat contre les juifs. Vichy, les nazis et la persécution antisémite" (édition Grasset), dont les principaux axes ont nourri l'écriture du film. David Korn-Brzoza a récemment réalisé Hitler et Churchill, le combat de l'aigle et du lion, "Jeunesses Hitlériennes, l'endoctrinement d'une nation" et "68, sous les pavés...les flics".

Ce document de 94 minutes retrace les années noires de la police française : la collaboration, la traque des communistes, les rafles de Juifs, la Résistance, la Libération, l'épuration. Grâce à des archives rares et au moyen de l’animation et de la création graphique, ce film redonne vie aux principaux responsables politiques et administratifs de la police de Vichy : Laval, Bousquet, Pucheu... (ministre de l’Intérieur, secrétaire général de la Police, miliciens...). Leurs paroles consignées, que ce soit dans des mémoires, des procès-verbaux d'audition, de la correspondance, nous racontent, de l’intérieur, une histoire inédite de la police de Vichy. 

Pour mieux interroger la nature, les usages des pouvoirs de police de ces temps troublés et souligner leurs contradictions, ce film propose de convoquer les hommes d'état responsables de la mise en place des politiques policières et de leur exercice. Confrontant leur parole aux faits, notre documentaire revisite ces années noires qui marquent à jamais l’institution policière française.


Si les dirigeants et les responsables de la police sous Vichy ont laissé de très rares traces dans les archives filmées, ils ont en revanche laissé une vaste manne de paroles consignées: leurs mémoires, les dépositions au cours de leurs interrogatoires et procès après guerre, leurs correspondances. Cette matière, rarement exploitée dans les documentaires historiques, sera l’élément central du film. Grâce à ces paroles, et à un travail minutieux d’adaptation pour les traduire sous forme d’interviews, elles nous permettent de donner vie à ces dirigeants disparus. Le ton autant que l’intention qui se cache dans leurs prises de parole participent à la dramatisation du film. En effet, étant donné la nature de nos témoins, les interviews sont inévitablement l’occasion de mensonges, de justifications, d’arrangements avec la réalité. Au regard de l’histoire, les écouter devient vite édifiant.


Par la technique innovante mise en place pour ce film et s’inspirant de la rotoscopie, les témoins prennent vie sous nos yeux sans que nous fassions appel à la reconstitution classique. Le procédé choisi, qui impose une certaine distance avec la réalité, permet paradoxalement un réalisme accru et encourage la fameuse « suspension volontaire de l’incrédulité » chez le spectateur. Celle-ci doit impérativement s’accompagner d’un travail d’adaptation et de mise en récit minutieux des sources, guidé par la plus grande rigueur historique. Une voix off historienne assure enfin le contrepoint indispensable à la parole de nos témoins vichystes.

David Korn-Brzoza

Crédit photo © Bundesarchiv/Bildarchive

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article