Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tu vivras ma fille, ce lundi sur TF1 : un téléfilm inspiré de l’histoire vraie de Karen Aiach.

Tu vivras ma fille, ce lundi sur TF1 : un téléfilm inspiré de l’histoire vraie de Karen Aiach.

Programmation ce lundi 17 septembre en première partie de soirée sur TF1 du téléfilm inédit Tu vivras ma fille.

Réalisé par Gabriel Aghion ; scénario, adaptation et dialogues Ida Techer - Camille de Castelnau. 

Quand Nathalie (Cécile Bois) apprend que sa fille de 3 mois est atteinte d’une maladie orpheline mortelle, elle décide de tout faire pour la sauver. Il n’existe pas de traitement ? Elle le trouvera. Personne ne veut le financer ? Elle remuera ciel et terre pour trouver les fonds et les autorisations. Bianca doit être opérée avant ses 6 ans, après il sera trop tard.

Une fiction unitaire inspirée de l’histoire vraie de Karen Aiach. Pour que vive sa fille, cette héroine du quotidien a accompli en cinq ans ce que la science met vingt ans à faire...

Cécile Bois : "Après avoir lu le scénario, je me suis dit : je ne peux pas passer à côté ! J’ai trouvé de la lumière dans le récit, là où j’avais des préjugés. J’ai aimé le fait que ce soit une histoire vraie et que le personnage de Nathalie soit une guerrière : elle se bat sans cesse pour sauver sa fille et ne peut pas se permettre de sombrer. (...) Elle cherche immédiatement une solution pour sauver son enfant. Complètement étrangère au milieu scientifique, elle va passer beaucoup de temps en compagnie d’un chercheur, Simon, pour comprendre la maladie et trouver un moyen de mettre en place un traitement. Ces recherches intensives vont s’effectuer au détriment du temps passé avec sa fille : une distance physique va s’installer..."

À propos de ce qu’implique d’interpréter un rôle tiré d’une histoire vraie , Cécile Bois dit ne pas avoir la même liberté de jeu que sur un autre rôle. "Je ne peux pas inventer ce que je veux : tout a vraiment été vécu et traversé. Lorsque j’ai débuté le tournage, je me suis sentie un peu sanglée par cette réalité : cela m’a fait peur. Je voulais discuter avec Karen Aiach avant d’interpréter quelques scènes pour savoir comment elle avait réagi. Puis, j’ai réalisé que j’allais tomber dans un cercle vicieux à tout lui demander et ainsi, faire une copie forcément plus pâle de ce qu’elle est. Il m’a fallu quelques jours pour m’émanciper et réaliser que ce film reste une adaptation. Par exemple, l’histoire d’amour avec Simon, le chercheur, n’a jamais eu lieu. Ainsi, je peux me permettre de me «lâcher» un peu plus, de raconter ma vision des choses, mon ressenti et d’en discuter ensuite avec Karen".

L'entretien sur LCI de Karen Aiach et son combat contre la maladie de sa fille :

Crédit photo © Angela Rossi - GMET Prod - TF1

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
leblogtvnews.com

Actu des médias par 2 passionnés, amateurs. Et tweets perso.
Voir le profil de leblogtvnews.com sur le portail Overblog

Commenter cet article