Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Publié par Pascal 26/01 17h34

Hommage à Michel Legrand dimanche soir sur France 2, lundi soir sur ARTE.

Mi, fa, sol, la, mi, ré, Ré, mi, fa, sol, sol, sol, ré, do...Le grand classique Les demoiselles de Rochefort sera rediffusé ce dimanche en première partie de soirée sur France 2, en hommage à Michel Legrand.

Jacques Demy importe la comédie musicale “à l’américaine” avec la complicité de Michel Legrand et de Gene Kelly. Les deux sœurs Garnier sont des jumelles de 25 ans, ravissantes, délurées et spirituelles. Delphine, la blonde, donne des leçons de danse, quand Solange, la rousse, enseigne le solfège. Toutes deux rêvent de concert au grand amour. Ensemble, elles mettent aussi au point une chorégraphie en vue de la kermesse de la ville. De pirouette en ritournelle, elles répètent, et attendent, jusqu’à ce que Delphine rencontre Maxence et que Solange croise le regard d’Andy...

"Jacques Demy a écrit les paroles, Michel Legrand, composé la musique, quand le décorateur Bernard Évein a coquettement repeint pour l’occasion des rues entières de Rochefort-sur-Mer. Trois ans après Les parapluies de Cherbourg, son précédent et déchirant chef-d’œuvre, Demy transplante dans une France provinciale et stylisée l’abattage euphorisant de la comédie musicale “à l’américaine”. Avec la complicité d’un Gene Kelly à peine vieilli depuis Chantons sous la pluie, et des deux sœurs Deneuve et Dorléac, fofolles et formidables, flanqués de Danielle Darrieux, impériale en mère célibataire de fiction, et du blond Jacques Perrin en ingénu de service, ce pur délice, qu’on ne se lasse pas de (re-re-re) revoir, enchante toujours autant".

La chaîne ARTE rend également hommage à Michel Legrand et va lui consacrer une soirée spéciale lundi 28 janvier avec, à 20h55 le film « Les parapluies de Cherbourg », suivi à 22h25 du portrait « Michel Legrand sans demi-mesure » de Grégory Monro (2018-53mn) qu'ARTE avait diffusé le 25 décembre 2018.

Le film « Les enfants du silence » initialement programmé à 20h55 sera diffusé quant à lui à 23h20. 

À propos du document d'ARTE:

Dans un même élan virtuose, il est passé de l’arrangement à la composition, du jazz au classique, de la Nouvelle Vague à Hollywood. Un portrait jubilatoire d'un musicien aux carrières multiples.

"En quittant le domicile familial, son père, compositeur, laisse un vieux piano. Tout jeune, Michel Legrand apprend la musique seul, en reproduisant à l’oreille des airs qu’il écoute à la radio. Puis il entre au conser- vatoire, sous la férule d’une grande et austère pédagogue, Nadia Boulanger. Il reviendra sur le tard au classique pour composer de la musique sym- phonique. Mais happé par sa passion pour le jazz, il préfère d’abord s’émanciper de ce car- can, et saura retranscrire en français le swing américain, réputé insaisissable. Ce pul- vérisateur de frontières a joué avec les plus grands jazzmen (Miles Davis, John Coltrane...). Il a aussi été compositeur, arrangeur, pianiste, chanteur et chef d’orchestre. Grâce à lui, la musique de film passe au pre- mier plan. Avec Jacques Demy, c’est l’osmose. Ensemble, des Demoiselles de Rochefort aux Parapluies de Cherbourg, ils inventent le musical à la française. Compositeur de la Nouvelle Vague, Michel Legrand n’en cède pas moins aux sirènes d’Hollywood, où il remportera trois Oscars – L’affaire Thomas Crown, Un été 42, Yentl – et un plébiscite que la critique française lui refuse encore. Monté avec inventivité et porté par le lyrisme teinté de mélancolie de ses mélodies et de nombreux extraits de films, ce documentaire épouse l’inimitable phrasé, tout en circonvolutions, de son sujet. De foisonnantes archives dévoilent son sens du show, son énergie débordante, le petit air intello qu’il avait à ses débuts, sa virtuosité et sa précocité. Au cours d’un émouvant entretien, Michel Legrand évoque ses années de jeunesse, sa carrière et même... son mauvais caractère, issu de sa grande exigence, qui lui vaut de piquer des colères à la de Funès".

Film de Gregory Monro.

Crédit photo © Fred Toulet / Leemage

Commenter cet article